bleu fushia

always blue


Poster un commentaire

Papiers, avenir et fanfreluches

« tous les hommes n’habitent pas » ©bleufushia

Comme tout le monde, je passe mon temps à ranger (des papiers), ne pas en faire une rame (de papier), éliminer (des papiers), jouer (avec des papiers) et trier (des papiers).

Un de mes voisins dépose régulièrement dans ma boîte aux lettres un magazine de mode pour femmes. Je ne l’aurais jamais ouvert par choix (et je le feuillette en me planquant de tout regard) mais il regorge de photos plutôt belles, dans lesquelles je pique souvent les matériaux de mes collages.

Aujourd’hui, j’innove grave, j’ai entrepris de jeter un œil sur les textes.

Et je m’en vais partager avec vous ma lecture, persuadée que vous n’avez pas forcément le temps de vous intéresser à des choses pourtant passionnantes et assez essentielles, vous, tout occupés que vous êtes à guetter des nouvelles du front.

Non, non, ne me remerciez pas ! C’est volontiers.

origine non retracée

Je me suis intéressée à mon horoscope de la semaine en cours, en quête de conseils qui me feraient sortir du canapé dans lequel je consume ma belle jeunesse vieillesse.

Bon, j’avoue, je n’ai pas lu le vôtre, le mien m’a suffi. Mais vous allez pouvoir l’utiliser si vous voulez.

Parce qu’il est rassurant, non, de savoir ce qui nous attend de bon, et pas seulement ce qui nous attend de pire ?

La constatation « vous êtes casanier » ressemble presque à une critique, mais comme c’est vrai, je ne la prends pas mal, et on me conseille de « sortir de ma routine ».

« Affranchissez-vous des contraintes enfermantes » (non, je ne mens pas!)

« Mercure vous impose un temps d’arrêt ».

Merci, Mercure (je croyais que c’était la faute à Jupitre, je m’a gourrée, donc. Au temps pour moi !).

Par ailleurs, une fois n’est pas coutume, l’horoscopologue y commente ses états d’âme en ces temps déchirés, où des choix idéologiques s’imposent douloureusement à lui. Il ne précise pas de quel signe il est, ni ce qui lui fait péter les boulons, maintenant, au point de s’incruster himself dans sa propre page.

Il explique qu’il lui est désagréable, mais qu’il y est moralement obligé, de modifier les catégories de ses prévisions (faut sortir de la routine, mon gars!), en faisant disparaître la rubrique « loisirs », alors même que c’est le chapitre phare en période printanière. Mais, conclut-il, cela pourrait paraître « indécent» de la conserver, et d’encourager les gens à folâtrer dans l’herbe verte.

Ainsi soit-il.

Versons collectivement une larme sur la rubrique défunte, mes amis. Il est vrai que la notion de loisir est absurde en temps de guerre, puisqu’il paraît que.

91364946_1102448906773660_724771513542115328_n

collage à l’arrache ©bleufushia

Une autre chronique, qui m’a semblé traiter d’un problème de fond de la société, développe tous les écueils pouvant faire trébucher les journalistes présentant les infos à la télé (et particulièrement les femmes) en terme d’habillement.

Peut-on mettre un haut rouge lorsqu’on traite d’un attentat, par exemple ? C’est une question épineuse. Et la réponse peut mettre votre carrière en jeu. Je ne rigole pas.

La remarque du jour, je vous la livre :

«  Il y a des pièges à éviter. Je ne travaille pas dans une émission de divertissement. Quand on évoque le coronavirus, on ne porte pas de robe à frou-frou ».

Je ne voyais pas ça comme ça, mais vous conviendrez avec moi qu’il y en a qui ont des vies difficiles, et des questionnements existentiels qui nous donnent du grain à moudre (soit dit au passage, c’est bon, puisqu’il y a pénurie de farine).

Malgré tout, les affaires continuent, et chacun son job, d’autres méditent sur les changements de cap que la mode doit opérer.

Extraits choisis :

« La fin de l’ère de la mode ultramarketée est programmée, car nous vivons des mouvements sociaux, avec le rejet de l’hyperconsommation. Et ces attentes deviennent en soi des tendances de fond.  »

(et le fond, on le touche ?)

C’est quand même intéressant de trouver dans un magazine people de luxe l’idée selon laquelle l’hyper consommation ne serait plus tendance !

90227647_1629437637208912_9143086737176657920_n

« L’upcycling, le zéro déchet, l’économie circulaire deviennent de nouveaux axes de réflexion. Il faut maintenant asseoir une identité sur le long terme, installer un vestiaire en faisant fi des saisons, ou opter pour un axe plus activiste en explorant des voies presque scientifiques. »

(Une question : l’identité qu’on assoie, c’est celle de la femme sur son upvélo, cœur de cible ? vous remarquerez par ailleurs que sur un vélo, on n’est plus « en marche », mais « en roule »)

« Je réfléchis à ce qu’est une bonne jambe de pantalon ».

(ça, ça m’a laissée perplexe, jusqu’à ce que je trouve : il s’agit certainement de la mode pour uni-jambiste.  Il – c’était un homme – ne réfléchirait pas à ce sujet-là à propos d’un cul-de-jatte, j’en mets ma main au feu).

« Retournons à une forme de classicisme en rejetant le tout-contemporain galvaudé. Arrêtons le story telling. Jetons les bases d’une garde-robe idéale et pérenne, en se concentrant sur des produits complices.».

(complices de qui ? hein ? j’en frémis, ça me rappelle la nouvelle rencontrée ce matin :  la police croulerait sous les signalements-délation, dénonçant des gens qui ne respectent pas la loi)

Je suis cependant d’accord pour considérer que le « tout contemporain » émarge plein-pot au rayon total galvaudé sa mère.

Sur la page suivante, la mode pour ce printemps me paraît un peu décalée, les modèles sont tous exposés sur fond de plage, les pieds dans l’eau… avec le commentaire : « conquérantes et racées, les silhouettes des beaux jours apprivoisent, en all over, toutes les nuances de la nature sauvage, de la plus tendre à la plus intense ».

Moi je lis ça, et reste bloquée sur la question : au vu de l’état semi-dénudé des femelles exposées, le « all over » serait-il l’inverse du pull over ?

guy denning

guy denning : cours camarade…

Je ne sais pas pourquoi, selon une association incontrôlée de mon cerveau, comme d’hab (il n’en fait qu’à sa tête, le bougre, depuis deux jours où je tourne en boucle ce vieux slogan : « Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi ».
Comment, on ne peut pas ?

Ça tombe bien, j’ai toujours détesté courir !

Ah, j’entends un gling dans le silence : sur mon écran, s’affiche un « Game over » !

©bleufushia

What do you want to do ?

New mailCopy


Poster un commentaire

In fine, con fine

10220d861d1edbdb4e7f8fd5e6e4a60e

auto protection

Aujourd’hui, comme trois fois par semaine, je reçois une newsletter (que je n’ai jamais sollicitée, mais qui m’est arrivée toute seule, depuis que je suis considérée comme vieille, du genre « presque bientôt morte ») :

Astuces, recettes et remèdes de nos grands-mères (sic pour la faute d’orthographe).

D’ordinaire, je l’élimine sans la lire. Mais là, la moindre activité comble le vide des espaces infinis. Alors, j’y jette un oeil.

On y trouve des choses d’une brûlante actualité, comme vous allez le voir.

Ainsi le dossier du jour, en pleine crise sanitaire et alors que le pays est quasiment à l’arrêt.

222222

la blouse blanche est, elle, dans l’air du temps

J’avoue que je trouve sympa de nous proposer de quoi penser à autre chose qu’à l’étrange merdier ambiant. Et quoi de mieux que de vaincre la peur de l’avion quand les avions restent au sol, et que la probabilité qu’on en prenne un risque d’être remise aux « calanques grecques » !

Attaquer de plein fouet cette question va sans doute grandement contribuer à calmer nos angoisses du moment, qui oscillent entre la peur de la mort et celle du manque de « Napü ».

C’est comme ça, parce que c’est juste bon de rire un peu, que j’appelle le PQ, conformément à la réponse que donnaient les français, pendant la deuxième guerre mondiale, aux allemands qui leur demandaient du cognac (traduction proposée dans un dictionnaire français-allemand des armées de l’époque). Napü !!

Des histoires de double sens

Je suis toujours fascinée par les mots, leur étymologie, et j’ai été bercée par les leçons constantes de mon enseignant de père, pour qui le pilier de tout savoir résidait dans la connaissance approfondie des racines grecques et latines.

J’avais du mal à comprendre comment un verbe commençant par « con » (=avec), en venait à signifier seul et sans contact avec.

Du coup, n’ayant rien à faire de ma vie, je me suis intéressée à l’origine et au sens du terme confiner.

Pour découvrir que, étrangement, le même verbe signifie deux choses totalement opposées ! (ça ne doit pas être le seul, mais aucun autre ne me vient à l’esprit à la minute)

Le verbe vient de « confins », et des racines « con » (avec) et « finis » (limite).

Je vous la fais rapide (et non exhaustif) :

  • dans un sens, il y a l’idée de la proximité d’une lisière commune entre des choses, des concepts, des personnes, des territoires. Cela signifie : être tout proche de, voisin, ressemblant, qui a des affinités, qui se côtoie.

C’est comme ça qu’Aragon peut parler de « cheveux aux confins de la rousseur », ou Roger Martin du Gard de « tous les voisins du confinage ».

Un certain Amyot évoque même un moment particulier, dans une relation : « quand leurs confins viendraient à se toucher et qu’il n’y aurait plus rien entre eux ».

bioluminescence vancouver

bioluminescence sur l’île de Vancouver, aux confins entre terre et mer

Dans les exemples illustratifs que j’ai trouvés, certains me semblent particulièrement adaptés au moment.

« Cela confine à la folie »

« Il y a des opérations capitalistes qui confinent au vol » (Jaurès)

On ne saurait mieux dire, non ?

« Aux confins entre l’animalité et l’humanité » (quand on voit comment certains peuvent se battre pour un paquet de pâtes, par exemple)

    • dans un second sens, il ne s’agit plus de toucher, mais d’éloigner, de reléguer, d’enfermer, de forcer à rester à l’écart, dans un espace limité, dans lequel même l’air devient « confiné » (dans ces cas-là, on est dans sa carrée, confiné au carré !). Il est alors question de se barricader, de s’isoler, de se limiter, voire de tenter de se contenir (le confinement nucléaire, par exemple, fait partie de cette acception-là.

« Nous allons entrer dans une époque de ténèbres. On ne pensera plus qu’à l’art militaire. On sera très pauvre, très pratique, très borné. Il faudra se confiner chez soi et ne plus rien voir. » (correspondance de Flaubert en 1870)

path of exile

illustration du jeu Path of exile

Je n’ai pas réussi à trouver par quel glissement on a pu passer d’un sens à l’autre (celui de se toucher est le plus ancien des deux).

Le fait de nous confiner, sauf brièvement – en s’étant signé tout seul une autorisation de sortie, comme lorsqu’on taillait le bahut, ce qui devait nous donner une sensation de liberté transgressive – paraît seulement liée à la deuxième de ces connotations.

Sauf qu’il y a en réalité deux poids deux mesures.Et même plus.

Là où certains ne peuvent plus mettre le nez dehors, d’autres sont, de par leur profession, obligés d’être en contact (infirmiers, médecins…) et ce, dans une situation de pénurie hallucinante, qui en fait des soldats sans armes – puisque le champ lexical choisi fait référence à la guerre, dans le but de marquer les esprits, et de faire disparaître les « ennemis de classe ».

Les infirmiers ne sont pas confinés, ni dans un sens ni dans l’autre. Ils sont en situation de servir, de sauver, et priés d’oublier les risques qu’il prennent en faisant cela. Ils n’ont pas le choix, on peut « compter sur eux ».

Il existe des situations, comme les prisons, où les gens sont à la fois confinés et confinés, si j’ose dire. La double peine…

Et il y a une autre partie de la population qu’on envoie au casse-pipe sans raison « objective », et sans problème moral pour les dirigeants, en dehors de tout besoin de la collectivité.

Sans doute pour illustrer le premier sens du verbe : on les confine, nombreux, proches les uns des autres (et sans protection), dans des usines qui produisent pour produire, des choses qui ne servent à rien en ce moment (comme des pneus, par exemple, dans un moment où on n’a pas le droit de se déplacer).

Ces gens-là ont l’obligation absolue (et opposée à celles des « calfeutrés »), et le droit insigne de se fréquenter, de se côtoyer, sans gestes-barrières possibles, dans des lieux où la pandémie a déjà frappé, et pour la gloire éternelle de l’argent.

Mais on s’en fout un peu, en fait. Ce ne sont quand même que des ouvriers.

90162831_232349597945093_4731953198728740864_n

petit jeu perso du jour : une réunion de famille interdite (pas plus de 5), même avec une protection maximale

Alors même qu’un seul mot suffirait pour tout arrêter (sauf nourriture et soins), on les met en danger, en les faisant travailler jusqu’à l’absurde.

Ça me fait penser à cette phrase « si on introduit un couteau dans un film, il faut bien qu’il serve ».

Pas de bol, le mot confiner a deux sens, pourquoi donc se limiter à un ?

Pour finir, j’ai caressé un temps l’idée d’aller m’installer à Confins, dans le Minas Gerais,  pas loin de Vespasiennes (pour le Napü – qui ne peut manquer dans un lieu pareil), mais vu l’air brésilien du moment, je crois que c’est une mauvaise idée.

confins

«Infiniment lointain, terriblement étranger » (Tadeusz Kantor), tel est maintenant tout ce qui se trouve à plus de 200 mètres de notre nombril.

Je me demande, comme beaucoup, ce qu’il en sortira quand on en sortira : y aura-t-il encore un « après à St Germain des Prés » ?

©bleufushia

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy


6 Commentaires

Quand 2020 est tiré, il faut le boire

femme-heureuse-chante

Digression (je l’annonce d’emblée, comme ça, vous êtes au courant)

Vingt dioux, vains dieux, merdum, s’il y a UN truc important dans l’année, qui se passe précisément le premier janvier, c’est le concert du nouvel an à Vienne !

Et je l’ai encore loupé…

En fait, ça fait des années que cela m’était complètement sorti de la mémoire. Depuis la mort de ma mère. A laquelle je me suis enfin autorisée à zapper ce truc de ma vie.

Va savoir pourquoi aujourd’hui, ça me revient.

Incroyable tradition, non ? Et sortie d’où, palsambleu ? Au 21ème siècle, en l’an 20, quel fantôme du pithécanthrope continue encore à programmer le concert du nouvel an à Vienne ?

Le même, sans doute, qui nous fait revoir, année après année Le père Noël est une ordure.
Y en a qui ont de la constance sur la lucarne.

Mon enfance a été rythmée par ce rendez-vous « im-man-qua-ble », du moins pour mon autrichienne (de vie) de mère.

Pour elle, café bouillu, concert loupu, année foutue !

Pour moi, le truc, imposé à moi seule, la punition du premier janvier (aucune de mes amies de l’époque n’a jamais vécu avec, comme amer inamovible, ce rendez-vous télévisé improbable. Moi oui !)

Et vous, ça vous dit quelque chose ? Ah, vous voyez, je vous le disais !

Une fois par an, ma mère osait verbaliser explicitement LE rêve de sa vie : que sa rejetonne – moi, ici présente, quoi – un jour, danse la valse sur du Strauss, habillée comme une reine, à la cour de Vienne, avec une coiffure à anglaises.

ggsdfsdf-768x385

Elle me rêvait en Sissi impératrice, personnage prestigieux qui condensait l’image idéale qu’elle se forgeait de son pays abandonné pour toujours. Sissi, le pied léger et silencieux, virevoltant et froufroutant dans des salons luxueux et baroques.

Gamine, j’ai été confrontée à cette image projetée, impossible à atteindre, et d’une étrangeté totale.

A minima, je ne pouvais pas couper au pensum de l’écoute – les plom plom, c’était long ! – et de l’admiration devant les fastes et la musique, ni aux larmes d’émotion que cela tirait à ma daronne.

J’ai craqué à 12 ans. Refusant tout net l’inscription à un cours de danse, proposition qui en découlait, dans l’idée de faire de moi, enfin, une vraie Mädchen.

Cette année-là, le grand-père d’une de mes copines d’école, d’origine autrichienne aussi, a reçu le prix Nobel, et mon amie s’est retrouvée valsant avec son grand-père, pour la cérémonie de remise du prestigieux prix.
Ma mère a vécu ça dans une sorte de délire : si la copine pouvait faire ça, fille d’une autrichienne hors les murs comme elle, moi aussi. Y avait aucun doute.

Plus moyen de couper à mon destin !

Sauf que je n’avais pas de grand-père prix Nobel, et que ouf ! l’horreur de la situation vécue par Poppi (c’était son nom, « petite poupée ») m’a été épargnée.

A partir de là, j’ai affiché une maladresse physique, en partie feinte, visant à décourager tout géniteur sérieux d’envisager pour moi une carrière de danseuse, et j’ai commencé à refuser, aussi, de me coller sagement devant le concert en question. Par où passe la rébellion, on ne peut pas prévoir. Pour moi, c’était le pauvre Strauss et la mesure à trois temps qui en ont fait les frais !

Pendant de nombreuses années de ma vie d’adulte, alors que je ne vivais plus sous le toit familial, le premier jour de l’an a été marqué par un coup de fil de ma mère, le matin, tentant de me persuader de regarder le concert, et l’après-midi, par un deuxième coup de fil où elle me faisait part de son incompréhension totale devant mon indifférence et la trahison de mes origines : comment pouvais-je être fille d’autrichienne, pays d’exception s’il en est, et refuser à ce point-là les valeurs de base ? ça lui était inconcevable.

Autant que le fait de ne pas me rendre compte que, ce faisant, je faisais injure à tous les illustres personnages connus et admirables qui étaient autrichiens.

J’ai ainsi eu droit à Schwarzyenegger, Fred Astaire, Heidi, Hedy Lamar, Romi Schneider, et même Woody Allen. Et j’en passe.

Quoi, tu veux que je devienne comme Schwarzy, je lui demandais pour la faire redescendre…

J’ai toujours été un poil provocatrice.

51359021_10218475985441581_3646130297445023744_o

collage bleufushiesque à l’arrache

Ses fantasmes avaient beau se heurter à ma réalité terrienne, à la maladresse de mon corps très tôt grandi façon grande duduche, à ma passion ostensible et réelle pour le jazz (très jeune, j’étais déjà jazzy à donf), et à mes cheveux coupés (par elle, d’ailleurs – incohérence due à sa propre histoire difficile de féminité) à la garçonne – alors que, toute petite, je connaissais déjà les légendes autour de la coiffure de Sissi : 5 kg de cheveux qu’on mettait trois heures par jour à lui coiffer, et sa phobie des cheveux morts, qui déclenchaient en elle des angoisses insurmontables -, le rêve de moi valsant était le plus récurrent, surpassait toute réalité, elle le kiffait un max.

Et elle n’a pas lâché l’affaire jusqu’à sa mort, alors qu’il aurait été évident, pour n’importe qui d’autre, qu’avec moi dans le rôle, c’était le casting foireux par excellence, le pari perdu dès le début. Mais pour elle, une sorte d’espoir absurde qu’un jour, je ferais enfin ce pour quoi j’étais venue sur terre.

En tout cas, pour moi, quand retentissait enfin la Radestzky march, qui termine invariablement le concert, l’année pouvait enfin commencer.

J’allais me mettre à mon piano sans un mot, signe évident que, pour moi, c’était la musique, et pas la danse. Et point final. Je me rappelle que je commençais toujours, à ce moment-là, par un des premiers morceaux que j’ai su jouer, une danse russe plus ou moins authentique, marquée par une basse d’une raideur et d’une rudesse réjouissantes, qui me semblait le summum du bolchévisme.
En guise de message « plus subliminal que ça tu meurs ».

thumbnail_Photo0023

2020

En fait, j’étais partie aujourd’hui, en ce premier de l’an, pour dériver dans ce billet autour de l’année 2020, et dès que j’ai pris la plume, je suis encore partie ailleurs. Damned !

Pourtant, je voulais vous causer…

…des homonymes de vingt, et particulièrement de la conjugaison de vaincre (je vaincs, tu vaincs, il vainc, vous vainquez…) qui m’a dissuadé jusque là de vouloir vaincre quoi que ce soit (à commencer par les pas de la valse).

…de 20 et 20, qui ne font pas quarante, pour le coup (mais on s’en fout comme de l’an quarante).

…de la quarantaine qu’on frise et et la vingtaine sur la capillitude de laquelle on sait que dalle

…des quarantièmes rugissants qui me font me demander si les vingtièmes miaulent .

…de la permanence du vingt (pourquoi vingt et pas trente?) dans les jurons : vingt rats, vingt dieux la belle église, vingts bleus (les mêmes dieux, mais « incognito », pour ne pas avoir l’air de jurer), vingt étant apparemment l’équivalent de « maint » en opposition au dieu unique…

…des dates comme des heures-miroir : ces chiffres doubles qui, quand on les croise, signalent indubitablement la présence d’un ange gardien ; celui de 20 h 20 vous met en garde devant un souci imminent, en rapport avec votre précipitation dans une décision quelconque. C’est en quelque sorte l’ange de la procrastination : méfiez-vous et soyez indépendant, qu’il vous dit… Quand l’heure miroir est une année, alors, gardez-vous à droite, gardez-vous à gauche !

…du principe empirique de Pareto, qui me semble d’actualité : 80 % des effets sont le produit de 20 % de causes, et la réalité comprend aussi un excédent à ces 100 %, qui est la « zone de risque, qui dépasse les capacités d’analyse » (on s’y croirait, non? Les 80 années à venir vont être le pur produit des 20 premières, et on est plein pot dans la zone de risque, dans une absence de capacité d’analyse des bougres qui font le monde qui est juste sidérante)

…de la symbolique numérologique du 20, qui indique le changement (si seulement!), la carte du jugement en tarot, et tutti frutti.

3962565075_4f9fd8c40e_b

charleston

Centenaire

Mais finalement, à cause de Strauss et de l’histoire familiale, à cause de la danse, à cause de ma tante préférée (née cette année-là), je vais plutôt retenir que l’année qui commence est le centenaire de 1920, des débuts de l’aviation, des années folles, du « plus jamais ça » (tiens, c’est pas ce que se disent beaucoup de français après le discours apaisant du misérable micron ?), du jazz en France, du charleston, des revues nègres, de Joséphine Baker, de ses bananes et de sa remarquable et indépendante façon de tracer sa vie, de la première jupe au-dessus du genou, de la libération des moeurs…

L’année qui commence, en résumé (t’avais besoin de tout ça pour en arriver là ? Ben oui, sorry), je nous la souhaite dans l’esprit du centenaire (bientôt mon âge) : jazzy, folle, balayeuse de toute la morbidité qu’on vient de subir, celle dont les puissants saupoudrent le monde, et futile, combative, gaie, improductive, non performante, foutraque, artistique, solidaire, sans peur.

Je pense à Totor et à « Ce siècle avait 2 ans, déjà Napoléon perçait sous Bonaparte ». Et l’association qui me vient (comment naissent les associations dans ma tête, je ne sais pas, désolée, c’est out of control) est celle du minus casseur qui se la jouait Jupiter, au début de son règne, et de l’urgence qu’il y aurait à le dégager fissa avant qu’il ne casse tout, maintenant que le siècle a 20 ans. Sans attendre plus.

Et si le krach boursier qu’on nous annonce venait, mieux que celui de 29, à bout du capitalisme, qui c’est qui serait aux anges ?

Bibi !

Allez, les gens, on ne lâche rien, ok ?

Et on œuvre ensemble à un monde moins merdique ?
Un monde où les enfants puissent encore approcher la mer, la nature, et toucher du doigt leurs rêves gratuitement, et sans danger.

thumbnail_WP_20171222_19_02_40_Pro 1

Je vous embrasse.

Et fuck la valse, et vive le tango !

 

©bleufushia


Poster un commentaire

Entre deux feux

IMG_20180529_080959559_HDR

©bleufushia (Ajaccio)

Je vous avais laissé en plan (Cf. Saint Glinglin, prochain arrêt*) sur le flou artistique régnant autour de la notion de senior.

Une petite piqûre de rappel en guise d’intro au propos du jour :

  • Un senior est plus vieux que d’autres plus jeunes, mais on ne peut pas qualifier comme ça un ado par rapport à un bambin. On est toujours le vieux de quelqu’un, mais quand on est senior, ça s’aggrave (au fait, je ne sais pas comment on dit en Espagne : un señor senior ? Et pour une femme? una señora senior ? Mais je m’égare !)

  • La limite inférieure de l’âge où on commence à le considérer comme tellement mûr qu’il est proche du blet est variable : 45 ans pour certains, 55 pour d’autres, ou 60, ou 62 – moment de la retraite, qui est sans cesse reculé – mais avant 70 ans (limite évoquée récemment par notre beau gouvernement, pour choisir entre toucher sa retraite ou accéder aux soins)

  • quand on a « l’âge de ses artères » (expression, vous l’avez remarqué – qui ne s’emploie pas pour toute personne ayant des artères qui la laissent « déjeûner en paix »), on est coincé dans un entre deux mouvant : entre la foule des plus jeunes, qui ne cesse de nous reléguer toujours plus loin, et le statut de personne âgée – « celle qui est proche du décès ».

    « Proche comment » était une des questions qui est restée en suspens.

101940874-burning-man

Burning man

After ze Saint Glinglin : FEU !

Aujourd’hui, je voudrais surfer sur la brûlante actualité du moment : la mort de celui qui voulait qu’on mange des pommes.

Depuis, lui avaient succédé ceux qui préconisent qu’on mange cinq fruits et légumes par jour, sans se préoccuper du fait que tout cela coûte un « pognon de dingue ». A son époque, un seul suffisait encore. Mais ce n’est pas le sujet.

« Ne chantez pas la mort, c’est un sujet morbide** », certes , mais c’est aussi, enfin, un sujet sûr et tangible.

Il y a un avant : la vie ;

un passage ;

après quoi, on est trépassé, mort, clamsé, fini.

C’est clair, et ça a l’avantage de mettre un terme à ce truc mouvant et vaseux des dernières décennies (dans le meilleur des cas) de l’étape précédente.

Quand on est mort, on est mort. Point !

Justement, Chichi (on l’appelait comme ça à mon époque) vient de « mordre la poussière ». On dit ça de ceux qui ne le sont pas encore redevenus. Sans préciser d’où vient la poussière « mordue ». Peut-être, dans ce cas, que Bernadette ne faisait plus beaucoup le ménage ces dernières années. Enfin, d’ici à ce qu’elle se soit solidifiée, quand même !

En s’éteignant, comme la flamme d’une bougie dont la cire a fondu, il relève d’une terminologie nouvelle : il devient « feu » Chichi.

Etonnant paradoxe du langage.

La nouvelle de son décès « met le feu » fort à propos (mais ce n’était pas son propos personnel) enfouissant dans le silence des medias d’autres informations qui auraient dû couvrir un feu plus gênant.

IMG_20180529_082048791_HDR

Effacement (dessinateur non identifié) street art Ajaccio

« Feu », ici, n’a rien à voir avec le feu qui brûle, ni avec les feux qu’on brûle d’ailleurs, ceux qui vous coûtent des points (pas morts, les points).

Dans cet état-là, on ne peut pas dire de Chichi qu’il pète le feu, ni en déduire qu’il va être incinéré, pas plus qu’on ne prétend qu’il soit mort par arme à feu, alors même qu’il vient de passer l’arme à gauche – lui qui était de droite. Ni que l’attendent les flammes de l’enfer. Ni qu’il va rôtir dans le « Chaudron de » de la madame des pièces jaunes.

Non, rien de tout ça !

« Feu » signifie qu’il va émarger dans des délais très brefs, dans les actes notariaux, à l’élégante catégorie des de cujus (en italique et sans majuscule, désignation qui se prononce « dé couillouss », qu’on en ait ou pas), c’est-à-dire, de celui dont on hérite. Sans doute le de cujus date d’un temps où la femme n’avait pas de fortune propre. Et où on n’héritait que du père… Je ne serai jamais UNE de cujus, bien que j’aie des héritiers.

Apparemment, d’après ce que j’ai lu, entre les mouflets qu’il aurait peut-être semés ici ou là, et les légitimes qui ne peuvent pas se blairer, ça peut être chaud bouillant maintenant qu’il est « feu », ça risque de bagarrer sec au sein de la progéniture.

Mais c’est quoi, cette histoire de « feu » ?

Ben, c’est pas simple !

Le feu qui brûle vient du mot latin « focus », qui signifie foyer. Pour autant, je peux « focuser » sur quelque chose, avec mon appareil photo ou mon esprit, sans que les deux se consument.

Le « feu » du mort, lui, a plusieurs étymologies possibles : celle qui fait consensus le fait provenir de « fatutus », lui-même dérivé de fatum, le destin.

Même avec cette étymologie-là, il a connu selon les époques des sens divers, en commençant par celui qui a une mauvaise destinée (mais tous les morts en ont une, qui les fait mal finir, puisqu’ils meurent, et ce, que leur destinée terrestre ait été bonne ou mauvaise), pour se transformer en « celui qui a accompli son destin », plus vague. Ou plus simplement, celui qui fut.

Vague aussi, le genre de l’adjectif qui s’accorde ou pas, selon (feu ma mère, mais ma feue mère). Il a l’air d’être le seul dans son genre.

Mais, encore plus vague, tout le reste.

Jugez-en par vous-mêmes.

Je peux employer « feu » pour désigner quelqu’un qui est mort « depuis peu ».

Quand il est mort depuis « un peu plus longtemps », on doit employer le terme de défunt.

Le temps dont il est question ici est imprécis. Un peu, ou un peu plus, allez, on ne va pas en faire un fromage. Mais quand même, y a du génie à employer des termes différents pour qualifier des trucs relativement pareils.

Ça recommence, comme avec les seniors… au-delà de la limite, le flou continue !

chichi

« Notre maison brûle et nous nous regardons ailleurs » (2002, toujours actuel !)

Feu désigne en tout cas un mort récent.

Si une autre mort advient (dans la famille, ou dans la catégorie – ici, chef d’état), le « feu » devient aussi sec « défunt ». Et pouf, abracadabra !

On peut donc, selon, rester « feu »un temps variable.

Si Giscard cassait sa pipe demain, le « feu » de Chichi partirait en fumée en une seconde. Franchement, ça ne serait pas juste, vous ne trouvez pas ? Les medias ne pourraient même pas profiter de ce « point mort » (stade auquel, dans les entreprises, une affaire devient rentable).

Le temps serait aussi (mais c’est une interprétation qui peut être contestée) lié à la longueur du deuil, qui est elle-même totalement variable : de deux ans pour une femme envers son mari (deuil complet, sauf au bout de 22 mois où elle a le droit de se remettre à boire du thé), il est réduit à à peu près rien pour un mari envers sa femme, et je ne vous dis pas les « normes » qui régissent le rapport à la fratrie disparue, ou au lointain cousin d’Amérique.

En plus, normalement, on emploie « feu » pour désigner quelqu’un qu’on a pu voir, sans que l’on sache maintenant si le contact visuel consiste à l’avoir vu en chair et en os.

Vous avez en tout cas repéré que je peux considérer, moi qui suis cacochyme, Chichi comme feu, parce que je l’ai vu à la téloche (mais sans avoir eu besoin de consulter les archives de l’INA cependant), mais comme il sévissait dans une période que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, les jeunes en sont réduits à ne pas utiliser le terme.

Il peut être feu pour moi, mais pas pour vous.

Et chtoc ! Non mais, qu’il y ait au moins quelques privilèges à être une vieille schnokesse.

Il y a aussi des nuances.

Prenons un pape : si je dis « feu » le pape, cela veut dire qu’aucun pape n’est vivant. Mais dès que le pape disparu a été remplacé, dès qu’un nouveau pape est appelé araignée-quel-drôle-de-nom-pourquoi-pas-libellule-ou-papillon, je me dois de dire illico  « le feu » pape.

Ici, Chichi est donc « le feu » Chichi, puisque ça fait une belle paire de lunettes qu’il est out.

On peut donc être feu sans être feu pour autant. Mais en même temps, pas encore totalement défunt, quoique bien mort.

Ça vous défrise, hein ?

la-petite-danseuse-d-ombre-40x60cm-monch

la petite danseuse d’ombre Monch

En tout cas, le truc sûr, c’est qu’il est clamsé et que la magie du « feu » opère : si on écoute ceux qui parlent dans le poste, il brille de tous les feux positifs possibles. Tout est oublié. Delete… et focus sur l’image idéalisée.

Un dernier truc m’intrigue  : le 2 novembre est le jour des morts, qualification brève qui remplace l’authentique dénomination, plus longue, la « commémoration des fidèles défunts ».

Que deviennent les pistachiers, ce jour-là *** ?

Pour finir en simplifiant le débat tout en l’élevant, je laisse la place à Bouddha himself.

« Il y a, ô brahmane, trois sortes de feux qu’il faut abandonner, qu’il faut éloigner, qu’il faut éviter.

Ce sont le feu de l’avidité, le feu de la haine et le feu de l’illusion. »

Y a du boulot, braves gens.

©bleufushia

* Pour lire Saint Glinglin, prochain arrêt, c’est par là :

https://wordpress.com/post/bleufushia.wordpress.com/3383

** très belle chanson de Jean-Roger Caussimon, chantée aussi par Léo Ferré

*** pistachier, nom donné en provençal aux hommes coureurs, à cause du fruit du pistachier qui aurait des vertus aphrodisiaques


5 Commentaires

Saint Glinglin, prochain arrêt

Así-se-verían-si-los-superhéroes-y-caricaturas-envejecieran-23

Alexis Solis si les super héros vieillissaient

Début juillet, c’était mon anniversaire.

Un âge un peu à la con. La période où on commence à désirer que les anniversaires n’existent plus.

Un âge très à la con, même, de mon point de vue ! de ceux qui ressemblent à une démarcation abstraite, mais lourde de conséquences, entre l’avant et l’après.

Et ce, en pleine canicule.

J’ai donc fait la grand-mère modèle, je me suis fait arroser par mon petit-fils, pendant qu’il évoquait le moment futur où je serai « très disparue », et la peine que cela lui fera.

Pour le moment, je l’ai rassuré, je ne suis pas encore disposée à être « très disparue » (encore qu’en tant que retraitée, je sois clairement – et normalement au demeurant – disparue des radars professionnels, et reléguée au rang de fardeau et de parasite encombrant pour la société par les politiques, qui ont comme seul avis à mon sujet que je coûte un pognon de dingue pour rien, alors que je pourrais dégager du milieu si j’avais un tant soit peu d’élégance).

Donc, encore là, la vioque, sans être forcément apte à affronter ma « propre contemporanéité » (comme ils disent dans le poste). Ça, je ne lui ai pas dit pour ne pas l’angoisser.

Mais contemporaine de quoi, au juste, à part, vaguement, de moi-même ?

femme-tronche-680x330

auteur non identifié

Michel Serre évoquait à la radio, dans sa dernière interview, juste quelques jours avant sa mort, la disparition de 35000 mots depuis la dernière édition du dictionnaire de l’académie française, et parmi ceux-là, des 93 mots qui permettaient de décrire l’ensemble et les détails de la façade de Notre-Dame. En expliquant comment ce qu’on ne peut plus nommer perd d’abord de sa réalité, puis de son existence. Pour Notre-Dame, quelque chose de presque pire qu’un incendie.

Ça m’a fait penser à cette vieille maison auprès de laquelle je suis passée maintes fois. Sur le mur, l’inscription « rayon de soleil » est devenue « rayon de so », « rayon de », « rayo », avant de disparaître complètement, et de laisser la place, instantanément, à du neuf, comme si la disparition du nom seule avait fait s’évanouir la maison.

En fait, je rentre dans un âge qui n’est pas bien défini, ni même clairement nommé, qui n’a pas un statut précis, où on est relégué en dehors des cadres, de la vie et des clous (mais, les clous, je sais pourquoi, un pote m’a dit que j’étais toujours hors des clous, cause que j’étais pas fakiresse, ceci expliquant cela)…

En cherchant à quelle catégorie je suis censée émarger maintenant, je suis tombée sur un os. Personne n’est d’accord sur les mots, justement.
Je suis façade de cathédrale !!!

0e93aebb27d743c30c006ebfa837bfb3

Je me suis documentée, assez fascinée : je ferais désormais, paraît-il, dans la seniorescence. Bigre, bougre et cancrelas ! Quelque chose de la fluorescence, sans le fluo, quoi ! Même pas de quoi scintiller dans le noir.
Genre truc qui en impose, mais non…

« Ne qualifions pas d’âgée une personne avant que son décès ne soit proche », dit cependant un monsieur précautionneux dont j’ai zappé le nom.

Ouf ! D’accord, mon gars. Est-ce que c’est la personne elle-même qui se qualifie toute seule d’âgée ? Ou sinon, comment on détermine la chose, sans avoir l’air pousse-au-crime et prédateur d’héritage ? Et combien de temps avant le décès le stade de vieillitude se déclenche-t-il ? un jour ? une semaine ? un mois ? un peu de précision, que diable ! Est-ce que l’âge du décès a un rapport avec l’âgitude ?

rrrr

Bon, procédons par ordre : je ne suis plus la « ménagère de plus de cinquante ans » (bien que j’aie toujours plus de 50 ans – mais cesse-t-on d’être ménagère, même quand on ne l’a pas été ?), pas une « vermeille », qui n’existe plus (c’est dommage, c’était bien, un nom de métal précieux – « merveille, un réveil vermeil ! ») et plus totalement une « silver » (les vieux aux tempes blanchies qui ont encore des pépettes, cibles de la silver économie), ni une senior – alors que, pourtant, dans « seniOR, il y a de l’or ». Et puis, senior voulant dire plus vieux, se pose tout de suite la lancinante question : plus vieux que qui ? J’hésite aussi entre le troisième et le quatrième âge (selon qui classifie ; certains mettent le début de la senioritad à 45 ans !) sans être non plus une « personne intemporelle », nouvelle catégorie assez pratique pour désigner un no man’sland de rien du tout après l’âge où l’on est exploitable. Je suis mûre, mais pas encore totalement blette.

blog

blog de togram

Quelque part, perdue entre la trottinette et le déambulateur. Juste avant le monte-charge dans l’escalier. Une à qui on laisse la place dans le bus, en tout cas. Une dont le corps commence à être « élastiquement rigide ». Et qui a du mal à « réorganiser ses journées », la pauvre.

L’être que j’ai été, qui s’est façonné au cours des années, de l’expérience, du travail sur soi, paraît émarger maintenant aux abonnés absents, au profit d’un truc zarbi. Je suis « inactive », « retraitée » et j’en passe.

Juste plus du tout ce que j’étais, par un tour de passe-passe en traître : une date fatale et hop, dans la fosse !

Que du bon, bien positif, bien réjouissant…

Pourtant, j’ai été win win, et plutôt « street qu’antique » (une question que me pose ce jour le magazine que je feuillette mollement – pas quantique pour un sou), et si je vais vers la stase et le has-been, c’est avec le souvenir encore présent de la mobilité.

Et comme disait l’autre, je ne suis pas vieille, je suis expérimentée.

Ha ha !

deab bradshaw golden years

Deab bradshaw « golden years »

Ce fameux jour d’anniversaire, les réseaux sociaux ciblés m’ont abreuvée de publicités ciblées. D’infos, d’articles : j’aurais voulu ignorer dans quel état j’erre, que ça aurait été impossible. Y en a de plus en plus, de ces pubs qui vous traquent, jusqu’à la gerbe !

Je me demande qui finance cet acharnement à mettre l’internaute devant sa réalité, bien dans la case qui lui correspond. Qu’est-ce qu’ils y gagnent, à « désespérer Billancourt » ?

Deux m’ont marquée : la première me suggérait d’acheter un bracelet électronique pour que mes proches puissent me localiser. A mon âge, c’est clair que je candidate directos à Allzheimer ! Et que ce serait bien aimable à moi de faciliter la vie des générations suivantes (je vous passe le pré-paiement de mon cercueil)

marc denton

marc denton

La deuxième me signalait qu’il fallait dare-dare que je passe aux « oldmojies ».
Un oldmojie, vous ne savez pas ce que c’est ? ben, trop fastoche, un émojie pour vioques. Et que j’abandonne les émojies à ceux pour qui ils sont vraiment faits. Que j’arrête de vouloir paraître jeune, et que j’assume à donf mon statut de pré-disparue.

Un coup du double effet kisscoolLol

T’es vieux, mais tu gagnes des oldmojies rien que pour toi, pour compenser l’effet psychologique désastreux de la carte senior, c’est trop sbop !

Et en plus, tu participes dru au combat contre l’âgisme (c’est comme ça qu’on appelle ceux qui sont racisses contre les cheveux blancs !), de l’intérieur de la place.

vieille 4

Je suis allée voir, et y a un truc qui m’interpelle « au niveau du vécu » (expression de ma jeunesse de baby boomeuse : on disait même, en rigolant, « au niveau de mon vrai cul »), c’est que l’émojie, c’est essentiellement une tête sans corps, alors que l’old montre des corps avachis, en plus de tronches séniles, et d’activités à la noix de coco… pour mieux qu’on cerne la décomposition en marche.

vieille 9

Bref, si je ris, faut que je mette une vieille décrépie en train de ricaner. Si je pleure, je tricote sur un fauteuil roulant. Et si je suis combattive, je me déguise en wonder woman ridicule, qui ne ferait même pas peur à une mouche.

C’est un truc aussi à la con que mon âge, parce que moi, quand je rigole, j’ai définitivement 12 ans, et un corps prépubère qui se trémousse à la faveur des vagues que le rire propage en moi.

Et je me continuerai à me bidonner avec un déambulateur comme si j’étais restée fixée à cet âge-là.

A 12 ans pour le rire, à 15 ans pour les rêves, à 3 ans pour les terreurs, à 7 ans pour la curiosité, à 6 ans pour la fantaisie, à un an pour l’équilibre et l’audace, à 16 ans pour l’anarchisme, à 20 ans pour la tendresse, à 10 ans pour les gros mots, à toujours pour l’irrévérence et la révolte…

Et je rigolerai avec les copines. Comme des gamines. Jusqu’à la fin, à la barbe des cul-cousus.

17efb87133d34e5fc0a972a21dbdc8ac

Et, je le dis là solennellement, là, juste là, et devant témoins, désormais, j’emmerde copieusement ma date de naissance.

Qu’elle aille se faire voir dans l’enfer des gens bien comme il faut ! 😊

©bleufushia


2 Commentaires

L’insconstance (à Chimène)

10168041_10203746516374060_4583547086614768050_n

C’est en écoutant Ferré chanter Aragon que m’est venue l’idée de vitupérer deux-trois trucs qui me mettent la rate au court bouillon (au milieu de plein d’autres, mais faut bien commencer par un bout).

« Il vous reste du moins cet amer plaisir-là /Vitupérer l’époque »

Il a raison, le père Louis : il ne nous reste plus grand chose, et quitte à être amers, autant que cela soit plaisant.

Faut dire que l’époque se prête un max à la vitupération (j’adore ce mot, où j’entends une histoire d’opération de vipère dyslexique de la mort qui tue).

Et si, comme le dit Aragon, « vaut mieux cent fois brosser les manteaux de vison /Que buter les rentières », il faut bien reconnaître que le vison se fait rare. Qu’il est même capable d’être en voie d’extinction, le bougre, rien que pour nous embêter. Et que buter les rentières, c’est pas bien jojo.

Donc, vitupérons l’époque dare-dare.

Cela dit, j’aime bien aussi l’animadversion.

Je me la pète un max, genre la fille qui a un vocabulaire de ouf, mais je l’ai découverte tout à l’heure en allant fureter pour savoir si Aragon aimait particulièrement les vipères.

Et j’ai trouvé ça :

« L’animadversion des classes inférieures contre la classe aristocratique ne détruit pas son ascendant sur ceux mêmes dont elle est haïe » (Mmede Staël)

Ça en jette, non ? Bon, ça causait un peu compliqué à l’époque. (m’a fallu trois lectures pour comprendre de qui quoi caisse c’était l’ascendant de quoi)

Si je traduis grosso merdo, ça sert à rien de gueuler si c’est pour continuer à obéir (en croyant qu’on ne le fait pas, juste parce qu’on a gueulé – alors que les autres, ils s’en balancent).

Moi, je réclame l’hostilité déclarée, et l’insoumission (même se je ne me fais pas beaucoup d’illusion sur ma marge réelle de manoeuvre)

Reconnaissance faciale et autres bonheurs

Je suis suivie, contrôlée, mise en fiche et autre. Comme vous, comme tous.

Sans doute un peu moins que les chinois, mais à peine moins. Et gageons que le « moins » ne va pas durer un max.

fi hage chine

en haut, la note obtenue

Encore récemment, le gouvernement imposait aux instits de commencer à ficher des gamins de maternelle  dont le comportement asocial pourrait annoncer de la délinquance de haut vol, et ce, dès trois ans – à leur manière de lancer les cailloux (je ne sais plus où on en est de ce dossier, d’ailleurs).

Ce matin, mon réseau social préféré me propose un contenu sponsorisé. C’est devenu une habitude, et pas qu’un seul, d’ailleurs.

Je ne vous apprends pas que le fichage à fins commerciales – qui n’est pas le seul, loin de là – est généralisé dans les moindres détails : impossible de se garer sur un parking, acheter une baguette, ou rentrer dans une boutique pour demander où se trouve la rue machin, sans que nos téléphones nous demandent immédiatement quelle note on attribue à tous ces lieux. Si on les recommande…

Alors que je me fous des notes comme de l’an quarante, et que je suis une fille basique : j’achète mon pain en pensant juste à le manger,  et je vois sans le noter le joli sourire de la boulangère et, égoïste que je suis, je ne me précipite pas pour partager ma fréquentation de ce lieu avec TOUS mes amis. Les notes, je ne les tolère que de musique.

163590_10201176489925005_1903914454_n

Generik vapeur by ©bleufushia

Et franchement, vous avez vu ma binette ? J’ai une gueule à recommander un parking tenu par des escrocs qui ont pignon sur rue ?

Donc, ce contenu est bel et bien à moi adressé :

« you’re talking to me ? » « yes, sir, yes ! »

Cranibus calvus, cranibi calvi

Voilà : « le coût de la greffe de cheveux en Turquie n’a jamais été aussi peu chère » (sic) Et d’annoncer le prix : 1969 euros ! (et nous sommes le 19/6/(201)9 – je dis ça, je dis rien).

Mazette, c’est donné, en effet (si on compte en plus l’ortho, bradée à un franc ancien la cagette de douze !).

Je vais y courir de ce pas. En même temps, ils ne disent pas où, en Turquie. Si ça se trouve, c’est à Pétaouchnok (ne me demandez pas comment s’appelle Pétouchnock en Turquie, j’ai toujours été une quiche en géographie). Et pour aller là-bas, si ça se trouve toujours, ça coûte un pognon de dingue que même pas on a !

Mais comment ils sont remontés jusqu’à moi, hein ?

A cause de ma top beauty-sphere-perruque bleufushia ?

photo Science et Avenir : les molécules du souvenir

Ou alors, de mon intérêt pour les motivations profondes de cette employée de la morgue belge chez laquelle on a retrouvé 3000 pénis empaillés ? (pourquoi on est allé fouiller chez elle, ça, c’est un mystère)

Mais vous me connaissez, j’adore les mots, et cela m’a amenée à contrôler comment on disait la tête de la chose en argot (c’est ça, mon souvenir était bon, c’est bien un chauve), et à reporter sur mon notebook quelques expressions croquignolettes sur la chauvitude de la tête.

Serait-il possible – j’en tremble – que les mentions reportées : « ne plus avoir de chapelure sur le jambonneau », ou « plus de paille sur le tabouret », ou « plus d’alpha sur le gourbi » , ou encore « dégazonné », m’aient trahie, et puissent amener, dans un futur proche, à ce qu’on me propose du gigot roumain, des sièges polonais, de l’alpha totalement omega (3, ou 5 G), ou du monsanto à snifer le soir au fond des midnights à moitié verts ?

Damned !

vintage-wooden-wig-makers-head-france-c-1930-3

porte perruque (1930)

Au delà de mon inquiétude pour l’état déjà décadent de ce que les chinois appelleraient mon « crédit social », dans cette vie à points qu’ils ont inventée (je ne traverse pas toujours dans les clous, il m’arrive, parfois, de critiquer notre économie, je ne suis pas dans la « désirabilité » extatique des produits de consommation, tout en pointant « l’arduité » de l’existence, et je m’en arrache parfois les cheveux – je sais que je suis donc, et visiblement, une personne de « non-confiance »), je me permets de vous faire part de mon inquiétude pour la planète, qui me semble implicite dans cette histoire de déchauvitude active.

Si la première chauve venue va prendre un avion au kérosène non taxé dès qu’il lui vient l’envie d’avoir plus de poils sur le caillou – et c’est tentant : hop, un petit voyage aux portes de l’orient, l’exotisme fascisant à portée de main, et finie la tonsure ! -, vous imaginez l’état de la planète au bout de ne serait-ce que mille « tremplins à mouche » voyageurs (et hop, un peu de baygon !).

Sans compter la transpiration qui peut vous faire glisser les cheveux nouvellement greffés vers le cou (bicoze le réchauffement climatique dont on nous rabat les oreilles – quand elles sont rabattues, les cheveux ont toute latitude pour glisser à l’envi, et faire de l’opération un échec)… Et obliger à une récidive.

Ça me fait penser à mon amie de cœur, dont une expression favorite, qui me fait bien rigoler, lui servant à l’admiration, mais aussi à l’ironie, consiste à dire : « c’est velu, ça ».

L’avion pour aller en Turquie se faire greffer, c’est velu comme idée, non ?

Bagnolasses (en provençal, -asse est un augmentatif qui indique la distance qu’on professe vis-à-vis de la chose)

Dans la foulée, j’entends une pub répugnante (on dirait du macron himself) pour une bagnole de « classe aristocratique » – elle n’a pas pu vous échapper, cette pub, elle tourne en boucle dans le poste – qui vante le plaisir de ne pas pouvoir se garer, ou celui de prendre un itinéraire beaucoup plus long que prévu, pour la prolongation de l’état de jouissance (de la conduite : on a les jouissances qu’on peut).

L’argument utilisé est le plaisir du riche de se foutre de tout au nom de son plaisir, justement.

Il monte dans sa bagnole, il roule plus longtemps qu’il n’en a besoin, ou même, il roule pour rien – parce que c’est jouissif de rouler dans cette caisse-là, en jetant ses mégots par la fenêtre, il passe deux fois à la pompe, et en rentrant, il signe sur un de ses smartphones une pétition contre la perte de la biodiversité blabla, et il se couche la conscience tranquillou pépère de celui qui sait la valeur de la vraie vie.

Conclusion hautement philosophique de mon cru (ça rappelle une contrepèterie connue, mais ça n’en est pas une)

On est dans une société totalement paradoxale : apparemment règlementée, mais totalement dérapante et sans respect pour la règle et l’intérêt commun, à la fois totalement rigide et étrangement élastique, les mêmes individus pouvant être successivement rigides ou élastiques, à cheval sur la loi (pour les autres) et oublieux de tout (pour eux-mêmes)…

Ces deux publicités, celle de la greffe de cheveux étant plus légère et improbable (si vous connaissez un greffé, donnez-moi ses coordonnées, please !) que celle visant les gros beaufs qui vont polluer en emmerdant les autres, me semblent un exemple assez flagrant de ça : le paradoxe permanent, érigé en règle de fonctionnement systématique par ceux du bord des puissants, contre les autres – et, au bout du compte, contre tous.

savignac raymond

Raymond Savignac : parisienne, mais qui s’exporte beaucoup !

Me revient à l’esprit la loi Evin, qui a interdit la publicité pour le tabac, au siècle dernier. A partir de la publicité, on a glissé de façon assez surréaliste (et soviétoïde – version l’effacement, le retour) à la suppression des images de cigarettes (Maurois, Sartre, Monsieur Hulot…et j’en passe, perdant leur cigarette ou leur pipe sur des photos célèbres. On avait, après procès, épargné Camus, et on n’avait pas touché à Fidel Castro, parce que c’était rien qu’un étranger…

Récemment, une proposition de loi proposait d’aller plus loin en purgeant les textes littéraires classiques de toute référence au tabac, et envisageait même de censurer tout texte à paraître – ou, au moins, de mettre un bandeau sur le livre, indiquant sa dangerosité. On laisse toutes sortes de fumées tueuses de gens dans l’air, mais on les interdit sur le papier.

Monsieur Hulot privé de tabac

Evidemment, on est dans un dérapage les deux pieds sur le guidon et les yeux fermés, à partir de ce qui peut paraître être une bonne idée, vers du délire pur et simple. Mais ce délire (au nom du sécuritaire qui monte-qui monte-qui monte) peut se mettre en place, parce qu’au bout du compte, il touche (sur le versant image et mots) uniquement des choses qui s’apparentent à la liberté de penser, de s’exprimer. Ça ne brime que des artistes (dans l’exemple du tabac), et ça, non seulement, le pouvoir s’en fout, mais en plus, il adore.
Et il y a plein de gens qui ne trouvent même pas ça délirant du tout. Et ça, ça me troue menu menu.

Alors que toucher au veau d’or, ça, non ! On range toute préoccupation et toute morale collective quand il s’agit que les riches se gobergent en paix, se fassent pousser des poils, ou empestent l’atmosphère.

M25857-17 002

fume, c’est du turc !

Pas la moindre petite loi qui empêche de faire de la pub pour encourager à rouler en voiture tant et plus.

Ça ne vous choque pas, ça ?

Ben, moi oui.

Comme me choquent, à côté de chez moi (c’est un exemple local, parmi d’autres, mais symptomatique), des gens qui s’accommodent de l’inobservance de lois (comme la loi littoral, par exemple), parce qu’ils pourront avoir une vue unique et exclusive sur la mer à partir d’une terrasse gagnée, dans l’indifférence totale (des pouvoirs publics – qui ont d’autres chats à fouetter), sur le domaine public.

Public étant devenu un gros mot… ecco et voila !

Et par chez moi (ceux qui me suivent sur face de book savent le nombre de photos de bord de mer que je poste), il suffit de dire qu’on n’a pas de littoral pour échapper aux lois qui prétendent règlementer sa bétonisation et sa privatisation. Hop ! magie des mots façonnant la réalité !

Ne les gêne nullement que la dite terrasse, en plus de leur amener du plaisir,  empêche les pauvres de voir la mer (zut, quand même, c’est pas juste qu’ils y aient droit, qu’ils aillent plutôt bosser, ces bandes de feignants – quand on est pauvre, on ne sait de toute façon pas voir la beauté), et même, leur interdire le passage (terrasse gagnée sur un chemin communal qui longe le rivage : c’est ballot, on n’a pas fait exprès de déborder, les gens voient vraiment le mal partout !).

Un chemin public ne peut plus être qualifié de public, s’il n’est pas emprunté par du public, non ? Que le fameux public n’y circule pas parce qu’il ne peut plus y passer, franchement, on s’en tape, non ? (je sais, j’emploie beaucoup le mot public, mais c’est un mot dont l’obsolescence totalement et cyniquement programmée me chiffonne dru).

C’est un exemple : la loi est bonne quand elle contraint « ceux qui ne sont rien » à rester dans leur niche et à leur place, mais on l’oublie avec bonheur quand elle permet de jouir du calme, du luxe et de ce qui reste de beauté.

C’est comme ça, on commence par s’arranger avec les mots, puis avec les lois, puis avec sa conscience. L’essentiel, c’est de s’amuser, non ?
Vous seriez pas un petit peu des coincés de l’amusement, les zamis ?

Bon, je viens de relire mon article : finalement, je me trouve hyper trop soft de l’animadversion vitupérée.

Venera panopticumgallery

Je me reconvertis, je vais être désormais panoptique non vitupéreuse (panopticon gallery : Venera). Je suis belle en virtuelle, non ?

©bleufushia


Poster un commentaire

Onirocosmos – autopsie d’un souvenir

ob_fe343f_corail-cerveau de neptune

Corail « cerveau de neptune »

Une branche de mon arbre

Va-t-en savoir pourquoi, certains jours, tu te réveilles avec un souvenir qui traverse soudain ton esprit, alors qu’il dormait depuis des lustres dans les méandres poussiéreux de ton cerveau plein de toiles d’araignée.

Pour moi, ce matin, c’est la visite impromptue, dans ma mémoire, d’une famille lointaine, l’oncle « Gêne », sa femme, Marie-Barbe, et leur fille, Marie-Gracieuse…
Je les ai croisés à trois reprises dans ma petite enfance, dans ces occasions qui regroupaient, en grand nombre, les branches éloignées : mariages (de qui ? mystère), enterrements (de ma grand-mère, entre autres, c’est certain, parce que « l’oncle » – grand-oncle, plutôt, donc – était un de ses frères)…
Dans une des rencontres, je crois revoir Marie-Gracieuse jouant à la pétanque. Je me souviens qu’elle avait des tresses.

capture.jpg

Parodie des trois grâces

Jouait-on à la pétanque dans un mariage, en ces temps-là ? Ou s’agit-il d’un souvenir directement transvasé en moi du cerveau de mon grand-père corse, grand joueur de boules devant l’éternel ?

(D’ailleurs, cela fait une éternité que je n’ai pas vu une femme avec des tresses, je m’en fais la réflexion. La tresse est-elle un accessoire de la grâce ?
Je repense à une discussion avec ma coiffeuse  à propos des apprenties qui n’apprennent plus à monter des chignons. Et ça devient une spécialité rare. Alors, la tresse, pensez !)

Je me rappelle cette idée que j’avais alors, et qui s’est gravée ainsi en moi, sans que j’en aie jamais parlé à qui que ce soit : je comprenais qu’on puisse ressentir de la « Gêne » à avoir une femme à Barbe, et que, de ce fait, on ait l’idée de qualifier sa descendance (particulièrement ordinaire, dans mon souvenir) de gracieuse, comme pour rattraper les « tares » que mettaient en « évidence » ces prénoms. Et j’entendais mon père commenter, dans un autre contexte, que « qui se gêne devient bossu », un dicton que je suppose être du cru.

Pour l’oncle, c’est aujourd’hui seulement que je viens de capter comment il devait s’appeler réellement.
Eugène, bien sûr, Eugène le bien né !

Aucune gêne à l’horizon ! Ça alors !

Il m’a fallu tout ce temps pour que mon cerveau efface l’explication inscrite dans ma tête d’enfant logique, il y a 60 ans, et qu’il me fasse accéder à une vérité sans doute plus proche.
Pas si bien né d’ailleurs, Gène : dans une famille pauvre de la plaine du Pô, ayant migré en Provence avant la première guerre mondiale, le « babi » – comme les Marseillais appelaient les italiens (crapauds ! Rien que ça!) – s’était retrouvé fissa sur les champs de bataille. Il en était revenu amoché, avec une blessure qu’il montrait en silence, et qui creusait un long sillon irrégulier et hésitant, couleur bleu nuit, sur son avant bras désormais inutile.

Lors de nos brèves rencontres, je lui avais été présentée, les trois fois : il était alors bien vieux, avait perdu toutes ses dents, ce qui creusait de façon effrayante ses joues maigres, sur lesquelles on m’avait ordonné de déposer un baiser. J’ai vécu là un des premiers cauchemars-fantasmes de mon enfance : celui d’être aspirée, en traversant la peau (le Pô?) à l’intérieur de ses joues, dans ce que j’imaginais comme une caverne. Les trois fois, j’en ai mal dormi pendant quelques jours. J’y tombais inexorablement dès que je cédais au sommeil.

levi van veluw

Levi Van Veluw

Avant le baiser, il avait, les trois fois, mis deux doigts, brièvement, sur une casquette imaginaire, en bredouillant, en guise de présentation destinée à l’identifier, comme une carte de visite imprimée en lui, un « Verdun ! Chemin des Dames ! » dont la signification m’est restée opaque, jusqu’aux cours d’histoire du lycée. Quelles dames ? les siennes, sans doute. Sur leur chemin ? Je le voyais avec du brouillard, le même qui obscurcissait ma comprenette défaillante et ma méconnaissance de la grande histoire.

C’était la seule chose qu’il disait. Pour le reste, le regard dans le vide, dodelinant légèrement, il restait muet.

Quant à la Barbe de sa femme, je sais maintenant que c’est une sorte d’équivalent du « babi » (non, pas de Barbie !) : Barbe, pour barbare, étranger… Elle était corse, c’est dire. Mais pas spécialement poilue ! Tout ce que j’en sais maintenant, c’est qu’elle « cueillait » le linge.

Quant à Marie-Gracieuse (où est passé le « chapeau chinois » qui orne la Grâce et pas la Gracieuse, d’ailleurs?), j’ai pensé très tôt, à moi à qui on demandait souvent de l’être un peu plus que je ne l’étais, que, comme les Aimé, Désiré, Parfait… c’était un prénom qui devait être désagréablement contraignant. Imagine-t-on une mégère s’appeler de la sorte ? Ce genre de prénom oblige à un destin douloureusement conforme.

J’ai envie de partager avec vous ce qui m’a amenée à exhumer Marie-Gracieuse, et qui me donne à penser, à ma manière tournante et tourbillonnante, assez bordélique, je le reconnais aisément, et aux drôles d’histoire que se conte notre cerveau plus ou moins sans notre participation.

Et je me suis amusée à retracer ce qui, dans mon vécu depuis deux jours, m’a conduite à elle aujourd’hui (à elle dont je ne sais rien, ni quelle a été sa vie, ni même si elle est toujours de ce monde).

La vie dans les plis des rêves, conscients ou endormis

c44e7e12e8023b70bd23d29c39f07872

photo trouvée sur Instagram

Avant ces deux jours, je me souviens avoir été intéressée fortement par Henri Michaux et son livre « le rideau des rêves » : il consacrait aux siens un moment chaque jour, et racontait, (sans jamais l’interpréter) en même temps que son rêve, ce qui, des événements de la veille, des rencontres, des lectures, avait créé des associations telles qu’elles finissaient par reconstituer un tout plus ou moins cohérent, et à créer une continuité dans sa vie. Même si les pièces du puzzle semblent toujours assez incomplètes, ne révélant que partiellement le fil que nous suivons.

Je vais m’inscrire dans le fil de cette construction-là.

Ou comment ce qu’on voit et entend nous « agit » en sourdine, donnant naissance à des résurgences inattendues.

1 Ça a commencé par la vue d’un panneau indiquant qu’un trottoir, devant lequel je passais en voiture, était interdit aux piétons. A quoi bon construire un trottoir pour l’interdire ? Qui est censé s’en servir ?

J’ai tourné cette question mollement dans ma tête, et elle m’a amenée au souvenir d’un autre trottoir, photographié auparavant, pour les piétons, celui-là, mais spécialement pour les « piétons provisoires » (avec un « s » à provisoire, les ouvriers de la voirie ne se promenant pas forcément avec le Bescherelle dans la poche).

Fernando Costa, sculpture

2 Réfléchissant à l’impermanence de tout ce qui est, il m’est revenu, dans une association assez vague, l’histoire des « îles temporaires », sur les « tresses des fleuves », et de l’expression « le chevelu naturel des fleuves », dont l’anthropomorphisme sauvage m’a toujours fait rêver, depuis la seule fois où je l’ai entendue.

3 En rentrant, n’ayant pas envie de me coller à la corvée qui m’attendait, j’ai procrastiné en me donnant une excuse : rechercher l’origine de ces îles vagabondes sur l’ordinateur.
Je suis tombée sur les deux opinions en présence, opposées (et dont aucune ne prédomine), expliquant comment un méandre se forme : celle des « compresseurs » et celles des « turbulents », que je préfère, avec leurs « allées de tourbillons »… Parce que les îles, comme les bras morts, ça vient des méandres, qui forment les fameuses tresses. Mais qu’on ne sait pas expliquer à 100% comment tout cela se crée.

4 j’ai compulsé des photos de tourbillons et de méandres (toujours pour les mêmes raisons qu’en 3), et en suis venue aux méandres du cerveau, et à leur relation avec l’écriture.
Méandre était un fleuve turc, puis un dieu grec dont le fils, Calamos, dont on ne sait pas s’il était gracieux ou calamiteux – a un nom qui signifie « roseau » et plus particulièrement « plume à écrire !).
Méandre, comme mon cerveau, était à la fois capricieux et divagant (là aussi, c’est un prénom qui « commande » un peu, comme on dit en provençal de quelque chose qui vous colle à la peau, comme un étrange destin).
Curieusement, les méandres, sur certains fleuves français, s’appellent des cingles.

Il n’en fallait pas plus pour que je dérive sur le fait d’avoir une araignée au plafond, avec sa toile cachée dans un quelconque pli de mon cerveau, qui me rend un peu fofolle, et sans plus de raison, parfois, que les souvenirs et les rêves.

Allée de tourbillon de karman : Majorque vue du ciel (photo Sciences et Avenir)

5 Notre-Dame s’enflamme (de la tête), et je pense à Marie, et à « pleine de Grâce », au coup de grâce, à rendre grâce…

6 Dans ma boîte aux lettres, je trouve une annonce publicitaire : un dépanneur vendeur de télévisions qui propose des « installations effectuées gracieusement »

7 Je me mets à délirer aussi sec – j’adore cette activité qui me fait jouer avec les sens des mots -, en me demandant s’il existe des cours de grâce pendant la formation à l’installation (et une mention spéciale dans le diplôme), si le fait qu’elle soit gracieuse signifie que l’artisan va intercaler un entrechat entre chaque geste technique, ou qu’il va sourire pendant toute l’opération. Ou autre, que je n’imagine même pas.

8 Je tombe sur un article d’une revue de femme expliquant que l’étape cruciale de chaque matin doit être de se maquiller, pour être gracieuse et pour être dans la Beauty sphere.

Et que malheureusement, la plupart des make up ne tiennent pas, et que, le soir, « on découvre avec tristesse que tout a terni ». L’explication en est que les femmes commettent un geste incompréhensible : « pourquoi continue-t-on à se toucher le visage ? Ne devrions-nous pas savoir que cela n’apporte rien de bon ? ». Heureusement, on peut réparer (gracieusement?) la chose en tamponnant la zone T avec un papier de soie.

femmes-maquillees-defile-vanessa-seward

Maquillage (les 3 grâces) défilé Vanessa Seward

9 J’entends un policier interrogé sur sa pratique, expliquant que souvent, les interventions de maintenant ressemblent à la guerre, et que, pourtant, « il n’est pas un lapin bleu ». Cette expression étrange se superpose avec les blessures dont il parle. Et avec les champs de bataille, où la nature, et les petits lapins, finissent par réoccuper le terrain, même s’il est pollué.

10 Je repense à l’impermanence de tout, monument historique comme make up, îles, ou arbres des forêts primaires, sans compter les cheveux des tresses, fluviales ou non.

11 Je découvre l’existence du « jeu de grâces », ainsi nommé parce que les bras s’y développent avec grâce, et que c’était un « jeu innocent », et apprends que George Sand y jouait avec un certain Jacques.
Jacques était un des prénoms de mon grand-père. Et de son propre père. Ainsi que de son fils. Marie-Gracieuse ne jouait-elle qu’aux boules, je me le demande (comme je m’interroge sur ce que peut bien fabriquer cet homme, sur l’illustration).

Jeu_des_grâces_-_1894

Jeu des grâces, 1894

Et le fil de l’araignée peut, après tout ceci, se déployer tranquillement, qui me fait déjeuner en rêvassant avec l’oncle Gène et sa charmante fille, pendant que Marie-Barbe, sans doute, dans la salle de bains, pose un papier de soie sur sa zone T. De façon préventive. L’image est un peu passée, mais elle est là, et son incongruité m’étonne doucement.

Sur mon bureau en T, j’empoigne alors mon calamos, et vous livre mes méandres, dans un papier, non de soi(e), mais bien de moi.

©Bleufushia

Onirocosmos ou la vie dans les plis des rêves, titre emprunté à un ouvrage de Romain Verger, dans lequel il explore le rapport de Michaux au rêve.