bleu fushia

always blue


9 Commentaires

Kafka pas mort (31)

Vlado Martek : Lieber Kafka (Zagreb, 1996)

Je travaille dans un lieu merveilleux.
J’ai une chance inouïe.
Et j’ai même deux fois de la chance : je devrais être déjà au travail, et je suis encore chez moi à me la couler douce.
Comment se fait-ce, direz-vous ? comment peut-elle, cette feignasse, se prélasser dans son sofa alors que les populations laborieuses, dont elle fait théoriquement encore partie, ont déjà repris le flambeau ?
Si vous vous rappelez les épisodes précédents, le lieu merveilleux est actuellement en travaux. De façon à en faire un lieu superlativement merveilleux.

Pour l’instant, nous sommes comme qui dirait dans l’entre-deux.

Entre merveilleux et méga-trop-top-merveilleux-que-le-monde-entier-nous-envie, j’hésite à qualifier la catégorie du moment. Lire la suite

Publicités