bleu fushia

always blue


7 Commentaires

E la nave va (29)

Dalek Doctor Who

Dalek
Doctor Who

Je ne sais pas pourquoi, ces derniers temps, je pense beaucoup aux Daleks*.
Mais si, vous savez, les mutants de la planète Sarko (oups, pardon, mon doigt a fourché, c’est la planète Skaro !), dirigés par le Dalek Noir !
Si vous ne connaissez pas, c’est une espèce puissante, dont les sentiments et les émotions ont été effacées, et qui poursuit la domination universelle des Thals, des humains pacifiques qui tentent de survivre.

Enfin, quand je dis que je ne sais pas pourquoi, en fait, je sais parfaitement pour quoi j’y pense.
Parce que Sarko.
Parce que la domination.
Parce que les conditions proprement ahurissantes de cette fin d’année universitaire.

Alors, pourquoi les Daleks ?
Parce que toute ressemblance avec des situations existantes est totalement justifiée.
Si si, je vous assure.
Venez, j’entrouvre la porte, vous allez voir

Que je vous dépeigne rapidement le cadre
Le mal a commencé il y a longtemps, mais c’est clairement sous Sarko que ça a été le début de la fin.
C’est lui qui a créé l’université libérale, laissant derrière nous la dépouille du service public. Aidé et surpassé par le gouvernement actuel, qui en a rajouté une louche.

Sur le plan de l’organisation concrète, ça a mis un certain temps à s’organiser, mais depuis cette année, dans les lieux où je travaille, on y est jusqu’aux oreilles.

Ça fonctionne comme un rouleau compresseur, et je ne suis pas la seule à être écrasée. C’est tout bonnement insupportable.

Ça se manifeste de deux façons ici :
– Sur le plan matériel, mon université est actuellement en travaux.
Elle fait partie du Plan Campus, une largesse attribuée par Pécresse, au moment des luttes contre la mise en place de l’université-tout-libéral, aux universités qui avaient « collaboré » en étouffant la contestation**
Depuis plusieurs mois, on travaille avec des marteaux piqueurs, meuleuses, perceuses, tronçonneuses, grues et autres à trois mètres des fenêtres, dans des nuages de poussière, avec des ouvriers qui circulent partout (hier matin, pendant un examen, un ouvrier dans le couloir a psalmodié pendant deux minutes un « je suis perdu, je suis perdu… » saisissant, par-dessus les bruits mécaniques).
Dans la région où j’habite, il fait en ce moment régulièrement plus de trente degrés, et on doit fonctionner fenêtres fermées. Et je vous passe les toilettes hors d’usage, l’eau coupée, l’électricité indisponible…
Ca doit durer quatre ans.
Va-t-en te concentrer dans un environnement de ce genre !

dessin de Duris

dessin de Duris

Le service qui gère les travaux a un nom qui fait rire (la #DEPIL – là où la depil passe, la vie repousse-t-elle ?), mais je n’ai pas ri longtemps !
Comme les travaux attaquent un secteur après l’autre, on doit déménager : en ce qui me concerne, on nous a affecté des locaux beaucoup plus petits que ceux où l’on se trouve actuellement, dont une salle de cours assez intéressante, en forme de L, et dont l’accès se fait en traversant une autre salle de cours.
Chouette, non ? Je sens bien la façon dont ça va faciliter la compréhension…
Mais ça, encore, ce n’est que du matériel, et on peut espérer, du transitoire.

– Mais le pire, c’est la « gestion des ressources humaines », c’est-à-dire la façon dont on bouge les pions que nous sommes.
Le but d’une université libérale, c’est de marquer clairement que le service public est une notion totalement obsolète, mais aussi, de gagner du fric (et/ou de ne pas en dépenser pour les choses importantes qui en nécessiteraient), de permettre au Dalek Noir d’avoir tout pouvoir sur les pions (en supprimant, par exemple, toute instance intermédiaire, et tout ce qui serait susceptible de permettre à des voix discordantes de se faire entendre), et d’être reconnus comme les plus forts selon des critères à la noix.
En ouvrant le site de ma fac, pour chercher le sens exact du sigle #Depil, je suis tombée sur cette exhortation : « rejoignez la plus grande université francophone ».
[Il suffit d’être grand pour être bien, vous ne le saviez pas ?
A l’usage, il ne faut pas 5 minutes pour constater que plus c’est grand, plus c’est pire.
]
Ça me fait penser aux concours de bac à sable (excusez, j’ai toujours assez mauvais esprit, je vous le concède).

Comment on fait pour gagner du fric ?
Fastoche, la question ! On supprime du personnel, pardi ! (et tout ce qui crée du lien, par la même occasion).

Cette année, alors qu’il y avait un(e) secrétaire par département universitaire, on est passé au « guichet unique » : très peu de secrétaires pour tous.
Autant dire que si un enseignant ou un étudiant a un problème un tant soit peu pointu, il peut se brosser.
Les (très) rares secrétaires restants ont perdu une mission – pour leur alléger un peu la charge de boulot énorme qui leur est tombée sur le paletot – celle de l’organisation des examens.
A été alors mis au pilotage de la dite « organisation » un service (avec peu de personnel) pour gérer l’ensemble des examens : recueil des desiderata et besoins des enseignants, gestion des sujets, et surtout, gestion du planning et des salles.

Le boulot est clairement impossible. Malgré leur bonne volonté, les secrétaires bossant dans ce service sont soumises à un stress permanent : elles ne parviennent pas à répondre aux désiderata et aux besoins, elles ne peuvent pas proposer un calendrier valide, elles se font engueuler par tout le monde : le Dalek Noir et ses sbires, les enseignants, les étudiants, qui ont été jusqu’à faire paraître un article dans la presse pour dénoncer le bordel ambiant (excusez le mot « bordel », mais il n’y en a pas d’autres).
Par exemple, on leur impose une gestion informatisée des salles, qui les a conduit à remplir, par exemple, nos salles spécialisées avec des examens d’autres matières ayant peu d’effectifs, et à mettre nos examens qui nécessitent du matériel dans des salles dépourvues de ces matériels, situées sur d’autres campus…

Et puis, elles sont incapables d’assurer un quelconque service de proximité.
Si on a un problème, personne n’en est responsable (ou alors, une seule responsable totalement débordée et au bord permanent de la crise d’hystérie).

Nous, les profs, sommes totalement dépossédés de tout choix possible (le calendrier ne venant pas, par exemple, j’ai ignoré jusqu’à la dernière minute quels seraient mes jours de travail, et ce, pendant les deux mois qui viennent de s’écouler).

La loi d’autonomie des universités nous fixait d’ailleurs comme seule mission de « servir », nous privant de notre position de sujet pensant. Et nous en sommes là. Réduits à obéir, à nous adapter, à ne décider de rien…

liberte-expressionPar exemple, un fragment de ce que ça a donné, ce mois-ci, pour moi (vous imaginez que je ne suis pas la seule dans ce cas-là !):
Deux examens programmés à la même heure le même jour dans deux campus différents (dont un des deux dans une salle banalisée, alors que j’ai besoin d’un piano et de diffuser de la musique).
Un examen avec des étudiants à 8 h du matin, puis, le même jour, avec les mêmes étudiants, un examen à 16 h (entre les deux, pour eux comme pour moi, rien… et la salle libre – et des heures de marteau-piqueur en musique de fond, pour rien).

J’examine le planning, je propose une solution claire et concrète pour que ça soit mieux. On me propose un deuxième planning qui aggrave la chose (quatre examens simultanés).

Je signale les impossibilités, on me propose, en dernier recours, d’établir mon propre planning.
Je le fais.

La veille du premier jour de la session d’examen (à 22 h), les trois plannings sont diffusés aux étudiants, qui ne savent plus à quel saint se vouer (et moi non plus).

Le résultat de l’opération : des étudiants venant après les examens – ils ont choisi le mauvais planning – et demandant à juste titre qu’on les fasse passer à un autre moment.

Se superpose à ça un planning de co-surveillance imposée des épreuves des collègues (de nombreuses heures placées n’importe où dans l’emploi du temps, et les profs taillables et corvéables à merci), parce que l’administration décide de normes de sécurité pendant les examens seulement : nos salles ne pourraient pas excéder 20 étudiants. Pour une promo de 45 étudiants, ça nous donne trois salles, chacune surveillée par deux profs.
Bonjour l’usine à gaz.

Et ça, c’est côté prof ! Perte d’énergie, attentes, tergiversations, colères, impuissance, stupidité d’une machine broyeuse…

Pour les étudiants, une impossibilité pour certains (très nombreuses erreurs) à savoir leurs notes, et s’ils ont droit ou non au rattrapage, d’autres découvrant une heure avant que l’examen a changé de date et qu’il est… maintenant ! puis une fois en train de composer, se confronter au marteau piqueur ou autre engin bruyant.

Quant au personnel du service en question, au moment même où le sénat décide que le burn out n’est pas une maladie professionnelle, il en reste très peu en service : elles sont quasiment toutes en congé maladie, pour souffrance grave au travail.

Bref, la gestion libérale qui considère les individus comme des numéros, qui les accable de tâches infaisables, qui les humilie en les amenant à se penser comme incapables, leur pourrit la vie.

La loi du plus fort  Youssef Ghazouani

La loi du plus fort
Youssef Ghazouani

Tous mes examens ont commencé par une discussion avec les étudiants (provoquée par eux) sur la façon dont l’université se fout de nous, et d’eux.
Parfois, ils en rient, ils sont de bonne composition.
Mais ils s’étonnent malgré tout du n’importe quoi total de la situation, en le pensant transitoire.

Moi, je sais que ça ne l’est pas, et que nous sommes dans les griffes du monde libéral, navigant toujours vers le pire, malgré la langue de bois et la propagande qui essaient de nous faire penser qu’on s’avance vers un monde merveilleux.
La douceur du travail, la convivialité, les conditions de calme nécessaires au travail de tous, l’humanité, le respect des individus… autant de vieux rêves disparus.

Si on veut être compétitif, faut que ça soit invivable.
Et que les meilleurs parviennent à survivre et à s’accommoder de ça.

Un constat s’impose : je ne suis pas dans les meilleures.
Définitivement pas !
Et je m’en tape grave.

Mais l’impression perdure d’être – comme le disait un de mes étudiants – sur un bateau ivre.
Dans un sale cauchemar.

Ça m’a rappelé quelque chose : lors d’un cours de traduction, un ami, qui proposait à ses étudiants, pour désigner un bateau qui s’éloignait vers le large, l’expression « le bateau cinglait vers l’horizon », s’était heurté à une incompréhension totale.

Si les bateaux sont cinglés, maintenant, où va-t-on ?
Oui, où va-t-on ?

le-cri-parodie-munch-8

©Bleufushia
* création de la série britannique Doctor Who
** pour rappel :
https://bleufushia.wordpress.com/2014/12/13/faites-donc-glisser-meme-dans-les-orties-16/


10 Commentaires

Ping pong à Pyongyang (28)

lunettes d'été (Mitsuru Katsumoto)

C’est bientôt l’été ! (lunettes d’été – Mitsuru Katsumoto)

(Ayant le cerveau vide et aucune idée de titre pour cet article, j’ai demandé à mon petit camarade une suggestion, que voilà, même s’il n’y sera question ni de ping pong – malgré le fait que l’enseignement soit un sport à part entière -, ni de Corée – qu’elle soit du nord ou du sud, à l’heure, pourtant, de la méchante épidémie de MERS qui porte un si joli nom).

Ouh la la, vous êtes déjà partis…

Non, please, restez ! Oubliez ce début calamiteux…

J’y vais, pour une des dernières chroniques de l’année de Lili Ze Prof.

L’année universitaire tire à sa fin.

Parfois, quand je suis fatiguée – ce qui est le cas -, le simple fait d’écrire une phrase comme celle-là me fait divaguer.

Est-ce qu’en septembre, on dira qu’elle « pousse à son début » ?

Ou alors qu’elle pointe (à l’instar du chômeur pétanqueur, qui pointe au lieu de tirer) ?

Je n’en sais rien, mais ce qui est certain, c’est qu’il n’y a aucun moyen de tirer au flanc, ou de tirer sa flemme quand elle tire à sa fin, et là, j’ai pourtant un intense besoin de vacances.

Mais vous l’auriez sûrement deviné, perspicaces que vous êtes, rien qu’à ce début d’article prometteur, certes, mais déjà, à ce stade, infiniment foutraque !

Que je vous dise : j’ai été ensevelie sous une avalanche de copies.

Pour ne pas sombrer, j’ai d’abord songé à utiliser cet ingénieux dispositif anti-neige (avalanche = neige : faut suivre, les loulous !), mais je me suis vite rendue compte que, pour me pencher sur ma table de travail, c’était tout sauf pratique.

Masque tempête de neige (1939 - Montréal)

Masque tempête de neige (1939 – Montréal)

La référence à l’avalanche, ça me rappelle soudain un épisode passé de la fac dans laquelle je gagne mon bel et bon argent : elle était, à ce moment-là, occupée par un collectif de lutte, lors d’une grève contre la funeste loi d’autonomie des universités.

Le doyen de l’époque – ne me faites pas dire ce que j’en pense, je vais devenir grossière – avait fait évacuer la fac en faisant intervenir trois bataillons de CRS (contre une cinquantaine d’étudiants et personnels qui dormaient – l’affaire se passait à 6 h du matin). Vous vous souvenez peut-être que, sur un campus, règne la « franchise universitaire » qui, depuis le moyen-âge, empêche les forces de l’ordre d’y pénétrer, sauf autorisation expresse du président (ou cas d’urgence absolue). Il a été rare que les présidents utilisent ce pouvoir, sauf ces dernières années, où ils ont souvent choisi cela comme mode opératoire principal, chiens verts qu’ils sont (désolée pour cette insulte injuste envers le vert canidé).

Dans mon université, l’affaire dont je vous parle était une grande (et sinistre) première, et la situation très calme ne l’imposait nullement.

A une question d’un enseignant s’opposant à cette descente violente, question où le collègue le prenait clairement à partie, le doyen de l’époque – à mon sens, un très sinistre individu, au demeurant à la tête d’un master sur la manipulation (ça ne s’invente pas !) – a répondu :

– Mais je n’ai pas fait intervenir les CRS, c’était des compagnies de secours en haute montagne ! Et le collègue de lui répondre que c’était sans doute pour nous dégager de l’avalanche des tracts… Mais je digresse, là !

Pour revenir à mon cas, j’ai fait plusieurs rêves, pendant cette période de corrections, dans lesquels il apparaissait que c’était plutôt l’idée de submersion, et de noyade, qui s’imposait à mon cerveau quand il était libre de chevaucher les vastes étendues des songes, réduisant alors la réalité à un « bredouillis »*.

J’ai immédiatement commandé et testé l’équipement suivant, que je vous recommande.

Gilets de sauvetage, en chambre à air de vélo (1925 - Allemagne)

Gilets de sauvetage, en chambre à air de vélo (1925 – Allemagne)

J’ai alors flotté à l’aise au-dessus des tas, mais mon problème était double : je survolais mes copies d’un peu haut ET j’avais par ailleurs la plus grande difficulté à me concentrer (avec un léger mal de tête du à la difficulté de la lecture de loin). Pour parvenir à mes fins (« tire »-t-on à ses fins ?…), j’ai finalement opté pour une invention fantastique, l’Isolator. C’est portable, individuel, seyant, efficace.

J’avoue que je suis emballée par cet appareil, sans réserve.

(Si vous ne connaissez pas, allez l’essayer au plus tôt).

The Isolator (Hugo Gernsback - 1920), dans Science et Invention magazine.

The Isolator (Hugo Gernsback – 1920), dans Science et Invention magazine.

Euh, enfin, emballée, mais en nage, parce qu’il faisait 30 degrés au moment du pic de boulot, et que le feutre, c’est moyennement de saison.

Pour l’hiver, en revanche, je pense que ça serait idéal pour les jeunes générations, adorables mais terriblement éparpillées de nature, pour arriver à profiter pleinement de leurs études tout en se réchauffant les neurones.

J’envisage, lorsque la rentrée poussera son début, de suggérer à l’administration l’étude du marché le plus avantageux pour ce produit.

Et je me vois déjà dans ma classe, évitant définitivement d’être confrontée à des garnements insoumis comme celui de droite… Le pied !

(euh, pardonnez ce détournement un peu grossier)

(euh, pardonnez ce détournement techniquement assez grossier)

Au cours de mes corrections, je me suis instruite un max : c’est ça qui est chouette, dans l’enseignement, c’est que ça circule dans les deux sens.

J’ai ainsi découvert

– un instrument inconnu, sans doute à percussion (« il tapait sur son jumbo »)

– « l’otographe », qui n’est demandé qu’aux gens célèbres parce qu’ils écrivent avec leur oreille

– « la crucification », qui est un truc un peu désolant qui est arrivé à un mec dont le nom m’échappe

– « le consansuce », qui, si j’ai bien compris, est un nouveau terme musical qui se passe d’explication (« j’entends dans cette musique un consansuce à la basse »)

– la « dévulgarisation » (ou l’art, sans doute, d’embrouiller et de compliquer)

– la « mixitude », cousine de la bravitude et autre…

– le « djent » (là, c’est du sérieux, les gens), qui est un sous-genre musical du heavy metal et dérivé du metal progressif, mot désignant une onomatopée produite par le son d’une guitare haute et saturée. En référence aux musiciens du groupe fondateur du djent, Meshuggah, qui peuvent être considérés comme les « intellos du métal »…ça vous en bouche un coin, ça, non ? ben, moi aussi !

– qu’il pouvait y avoir du synthé si c’est du « pagan » (le Pagan metal, autre branche du heavy : c’est du lourd, comme dirait l’autre !).

Ça aussi, vous faites les finauds, mais je suis certaine que vous ignoriez !

Aux écrits ont succédé les oraux. Il faisait beau, c’était déjà l’été : les looks des étudiants font dans le fashion, cheveux verts (trois filles, un gars), ongles bleu turquoise (deux garçons), coiffures « ananas » (rasé sur les bords, et une touffe nouée par un chouchou pour le sommet) pour la fraîcheur...

Parmi les oraux, des mini-séances d’enseignement. Une a été consacrée à la musique d’un jeu vidéo**.

Le « prof » fait entendre une musique, sans commentaire préalable. Demande à ses petits camarades ce que c’est.

V., une fille réservée qui parle peu, jaillit de sa chaise et répond, enthousiaste et précise :

– « C’est le début de la fin du dernier niveau de Lords of Shadow de Castelvania. »

Et elle développe, aidée par les deux autres filles du cours. Et par les gars.

A part moi, tout le monde baigne dans cet univers.

J’apprends que c’est un jeu vidéo (dont l’ami Wiki dit que c’est « une des séries les plus respectées » depuis 86 jusqu’à nos jours) – qui comprend de nombreux épisodes, dont je vais découvrir, au cours de cette séance, que V. comme les autres les connaissent par cœur, histoire et musique, et même détails, du genre, dates de parution, nom des dessinateurs, des musiciens, etc.

Comme je m’en étonne un peu, ils me racontent y jouer plusieurs heures par jour, pour certains (même si, pour d’autres, ils emploient un imparfait qu’on sent relatif à un passé très proche).

Je m’en doutais déjà, mais ça confirme.

Sinon, c’est l’heure des adieux (pour les troisièmes années qui s’en vont vivre leur vie ailleurs) et des déclarations qui font chaud au cœur (quand ils vous remercient, qu’ils pointent leur plaisir à vous avoir accompagnée quelque temps), ou qui émeuvent (quand je reconnais à haute voix que je vais regretter certains d’entre eux, et m’en souvenir avec un bon sourire).

Les « grands », comme je les appelle, ceux dont je m’occupais particulièrement, ceux qui veulent devenir profs, ont fait, chacun dans leur genre et avec leurs atouts personnels, une année excellente, dans laquelle ils ont réellement progressé. Si je m’interrogeais un peu en milieu d’année sur leur capacité à enseigner, ils me semblent, pour la plupart bien partis, avec une vraie réflexion sur ce qu’ils veulent incarner comme type d’adulte (entre autres).

Je pense aussi qu’ils sauront développer chez les enfants une culture (même si ça ne sera pas celle de ma génération, je suis moins pessimiste en cette fin d’année).

Ils ne l’attaqueront pas au désinfectant, la culture, contrairement à ceux qui luttent, non pas contre le théâtre, mais contre le MERS (de l’art de retomber maladroitement sur ses pieds, ça s’appelle ! cf l’intro ! – ok ! légèrement tiré par les cheveux, mais je trouve cette photo impressionnante).

Théâtre désinfecté à Séoul (juin 2015), contre l'épidémie de MERS

Théâtre désinfecté à Séoul (juin 2015), contre l’épidémie de MERS

Pélagie, en revanche, me semble toujours fragile !***

Ils m’ont avoué quelque chose que je voulais vous raconter. Ils se sont réunis pour des soirées tout au long de l’année, soirées où ils jouaient de la musique entre eux, y compris cette catégorie particulière qu’ils appellent « les musiques du cours ». Et…

– Celle qui a été notre tube, cette année, ça a été La java martienne. On adore tous cette chanson ».

Comme quoi, faut jamais désespérer !

Pour les autres (les « moyens », c’est-à-dire les étudiants de deuxième année), l’affection s’est manifestée par la confection d’un énorme gâteau collectif (pour la fin du cours) et par l’aveu, pour certains, qu’ils ont beaucoup « grandi » cette année grâce aux cours.

Pour certains autres (qui ne disent rien), j’ai la sensation d’un grand flop : nos routes intellectuelles ne se sont visiblement pas croisées, et je pense que j’ai raté certains de mes objectifs.

Un étudiant à qui je demandais, par mail, s’il avait réussi son année (un de ceux qui ont grandi), m’a répondu que oui, en terminant son message par ces deux lettres laconiques : GG.

Heureusement, internet m’a porté secours pour comprendre sa réponse. GG = « good game »

Pour ceux dont je parlais, ceux du flop, ceux avec qui « ça a fait pschitt » (comme disait l’autre), c’est sans doute (mais je ne sais pas si je peux l’employer) BG – bad game – en ce qui me concerne.

On ne peut pas gagner tout le temps. N’empêche ! Cela me peine.

Une dernière question me taraude. GG, ça se prononce gégé ? dgidgi ? guegue ?

©Bleufushia

* J’emprunte le « bredouillis de réalité » à Antoine Volodine, dans Terminus Radieux

** Session de rattrapage sur l’épisode précédent : https://bleufushia.wordpress.com/2015/02/09/decalage-le-recit-desabuse-dana-cro-21/

*** itou : https://bleufushia.wordpress.com/2015/01/23/songe-dune-nuit-dhiver-20/

**** re itou : https://bleufushia.wordpress.com/2014/10/09/ma-vie-sur-mars/