bleu fushia

always blue


5 Commentaires

Palsambleu ! (épisode 1)

blue-1443059019-600x360

Les gens, j’ai comme une angoisse qui m’étreint.

Je dois prendre livraison demain d’une nouvelle voiture.

Enfin, normalement.

Pas de quoi avoir la pétoche, me direz-vous. T’as peur du changement, mamie ?
Not at all, mais je viens de regarder le bordereau de commande, qui m’indique que la couleur de la voiture que j’ai achetée est « bleu virtuel » !
Ça fait un moment déjà que j’ai la sensation que le monde autour de moi se fissure doucement, et que j’épie pour repérer tout changement, même imperceptible, que je traque (en douce) ce qui peut se faufiler à travers les failles.
Parce que le bleu, moi, ça me connaît !
(bon, vous pourriez ricaner en douce, en vous disant qu’une qui pense que le bleu peut être fushia fait une bien étrange spécialiste – je vous donne partiellement raison, et ignore cependant vos rires entendus).

Je regarde de travers le nom de cette couleur-là, et je me dis que, ça y est, la faille est là, je l’ai rencontrée !
Quand je vais aller au garage, est-ce que je vais monter dans une vraie voiture ? Pourrais-je emprunter sans problème la route de mon sweet home ?
Vous le savez, vous ?

Pour me rassurer un peu, je suis allée sur gogole les mouettes me renseigner sur le bleu virtuel.

Etonnement, ça a l’air d’être la chose la plus habituelle qui soit, personne ne prend même la peine d’expliquer le concept.

TOUT le monde connaît le bleu virtuel, et pas moi.

l-20140424075621

seule au monde

Ça me rappelle une expérience très ancienne où j’avais vacillé sérieusement sur mes bases. C’était au tout début de l’année 2000, à l’époque où on venait de nous refiler ce fucking euro, et j’avais voulu faire une photocopie au Monops du coin.  La machine, un peu bancale, mais que je connaissais depuis son enfance, pourtant, il y avait même une certaine familiarité entre nous – m’avait soudain, en lieu et place d’une pièce de un franc, demandé d’insérer dans la fente un auditron.
J’avais alors questionné l’employé le plus proche. Qui avait haussé les épaules, méprisant, en s’éloignant et en marmonnant qu’il y avait toujours des gens qui ne connaissaient rien à rien. J’avais compris un truc du genre : complètement out, la vioque.
Et j’étais restée pétrifiée et meurtrie devant la machine, dans un état proche de l’aloyau (si si, vous connaissez, c’est extrait d’une chanson assez célèbre de G. : « chuis dans un état proche de l’aloyau… »), me demandant comment j’avais pu louper l’avènement de l’auditron dans nos vies.
Je n’avais osé demander à personne, à l’époque, j’étais seulement couverte de honte et de pipi noir.

520797-comment-on-va-se-coiffer-en-2050-le-580x0-2

comment on va se coiffer en 2050, quand le brun de maintenant sera devenu bleu

(elle fait un peu peur, non, avec ses cheveux en plastique ?)
Aujourd’hui, dans la foulée, je continue mes recherches,  en abandonnant presto l’idée du virtuel qui me fait flipper ma race, d’autant qu’en un balayage rapide du net,  j’ai découvert que quasiment tout est virtuel aujourd’hui, des maisons aux peintures, des coiffures aux couleurs.

Et j’en passe.

Je me plonge donc dans le bleu, m’attendant à du solide (même s’il est souvent liquide ou aérien, le bleu)… et j’y apprends tout de suite que le bleu n’existe pas, que c’est du blanc !
QUOI ?????
Je me sens tituber. Je relis… J’espère que je ne vais pas succomber tout de go à une attaque du célèbre diable bleu*.

Oui, braves gens, le mot bleu vient de blev, qui, en ancien français, signifie blanc.
Avant le moyen âge, le mot n’existait pas, et on classait le bleu sous la catégorie blanc.
Au moment de la formation des premières langues du monde, le bleu n’apparaît pas tout de suite, il n’arrive qu’en 6ème position, après de longues périodes où l’on ne distinguait que deux, puis trois… jusqu’à 5 couleurs. Une couleur aussi essentielle, quand même !

guillaume_gm_j.jpg

Puis on a découvert les techniques d’azurage : figurez-vous qu’un blanc teinté de bleu apparaît plus blanc ! étonnant, non ?
Mes recherches s’emballent : j’en découvre des bleues et des pas mûres, comme le fait qu’on peut dire d’un chien gris qu’il a une robe bleue (et depuis quand les chiens ont-ils des robes ? vous le saviez aussi, vous ? ah la la, quel monde !)
Et qu’il existe deux langues bleues, celle (non virtuelle) des chow-chow, et le Bolak (ou langue bleue), tentative avortée de langue universelle.
Si les langues qu’on parle se mettent à avoir des couleurs, sont-elles de surcroît, à votre avis, virtuelles ?
J’ai trouvé un très étrange exemple de phrase en Bolak :
« Ay per lovo moy sea fant lalged » (ce père aime beaucoup son enfant malade)
Pourquoi malade, sacrebleu ? et s’il était en bonne santé, qu’adviendrait-il ?
Finalement, il est peut-être bon que cette langue-là n’ait pas vu le jour, fût-elle bleue.

330px-bolak_postcard

Disant cela, je me rappelle que Bleu est une façon détournée de parler de Dieu (en jurant).
Est-ce que Dieu peut m’apparaître dans une peinture de voiture ? même s’il est censé être partout, faut peut-être pas exagérer, non ?

Pour digérer toutes ces infos, je m’en vais nager dans le bleu, ça va me changer  les idées, et noyer ce bleu virtuel qui me file un peu le vertige.
« Nager dans le bleu », me dit gogole au moment où je le quitte, rappelle-toi, ma belle, cela signifie « vivre dans l’irréel ».
Manquait plus que ça…
Si même la grande Bleue s’y met, on est pas sorti de l’auberge !

Au secours !
Please, pensez à moi demain !

©Bleufushia

* le diable bleu est un nom donné au spleen

Publicités


3 Commentaires

Savoir, dit-elle

IMG_0969

« Ma » plage en jaune, le 15 novembre 2014 ©Bleufushia

Je sais qu’on dit que la mer est bleue, mais qu’en réalité elle n’a pas de couleur.
Je sais que, bien que les surfaces marines recouvrent la majorité de notre univers, le premier nom de couleur (et souvent le seul) dans les civilisations primitives est le rouge.
Je sais que les couleurs ne sont pas les mêmes dans tous les pays.
Je sais que si je remplis un seau d’eau de mer, l’eau est transparente.
Je sais que la Mer Rouge n’est pas plus rouge que la Mer Noire n’est noire.
Je sais pourtant que la mer peut être rouge, pour m’être déjà baignée au soleil couchant sous une falaise de roches ocre foncé.
Je sais que la mer peut être noire lorsque le temps est à l’orage.
Je sais que la même mer est verte, blanche ou jaune, ou même de différents bleus, selon.
Je sais que si la mer est bleue, c’est à cause du ciel qui s’y reflète, mais je sais aussi que le ciel n’est pas bleu en réalité.
Je sais que tous ces bleus m’enchantent comme s’ils existaient.

                                                                                              ♦♦♦♦♦

Je sais qu’on dit une peur bleue, mais je ne sais pas pourquoi, pour désigner quelqu’un qui a le trouillomètre à zéro.
Je sais que le trouillomètre est un instrument de mesure qui n’existe pas.
Je sais que si la peur avait une couleur, elle serait plutôt livide, comme le visage de cet homme qui a failli être percuté par une voiture.
Je sais que livide n’est pas une couleur, mais ce n’est pas une raison.
Je sais que certaines personnes qui ont subi une peur violente peuvent perdre le sens des couleurs. Au point de ne plus connaître la couleur de leur peur ?
Je sais, même si je ne l’ai jamais constaté de mes yeux, que si quelqu’un avait une peur bleue dans la mer, on le verrait quand même.
Je sais que la mer est bleue comme une orange(∗), mais que la peur n’a pas de forme particulière.
Je sais qu’on associe le bleu à des tas de choses, la plus étrange étant pour moi le sang bleu.
Je sais qu’on disait avant, mais que ça n’a rien à voir ni avec la peur ni avec le sang, « palsambleu » pour jurer sans en avoir l’air.
Je sais que, bien que dans cette expression, bleu soit mis à la place de dieu, dieu n’est pas bleu.

37f71e693a_pieuvre

Dotés d’une intelligence remarquable, les octopodes se sont installés en Antarctique comme dans les eaux équatoriales, en passant par les régions tempérées. Comment ont-ils pu s’adapter à des températures si différentes ? La clé du mystère réside dans leur sang bleu. (photo et commentaire de futura-sciences.com)

©Bleufushia

(∗) je sais aussi que c’est la terre, et pas la mer… mais c’est un clin d’oeil à mon ami Pierre, celui qui parfois me prête sa plume pour que j’écrive un mot
Le sang bleu des poulpes, c’est aussi un clin d’oeil qui lui est prioritairement destiné.
(textes inspirés par le livre « Je sais », d’Ito Naga, aux Editions Cheyne)


6 Commentaires

Je ne supporte pas qu’on compare le bleu (Tribute to Yves Klein)

 ©Bleufushia

©Bleufushia

Je ne sais plus comment, ni quand ça a commencé. Ça remonte à si loin déjà.
Mon salut tient à la découverte de ce qu’a pu être la genèse de cet étrange penchant ? Vraiment ? Je n’y crois pas. A mon salut, je veux dire.
Je ne sais pas si tout ça a réellement une quelconque importance.

Peut-être que la première atteinte – c’est le terme qui me vient spontanément – c’était cette histoire de sang bleu, qu’on évoquait à demi-mots dans la famille. Gamin, j’essayais inlassablement de deviner sur quoi pouvait déboucher une telle anomalie, sans succès. N’avait-on pas de sang rouge ? Et un pur-sang, c’était bleu ou rouge ? Autant de questions un peu obsessionnelles, qui me donnaient, quand j’y pensais vraiment, un vertige, l’impression d’être atteint d’une étrange maladie, d’être promis à un destin singulier.

 Mur d'Athènes ©Bleufushia

Icare – sur un mur d’Athènes ©Bleufushia

Peut-être aussi puis-je déceler une origine, des prémices dans ces interminables siestes obligatoires de mon enfance. Transgressant l’interdit de me lever, je me postais derrière les jalousies et j’observais la mer : la maison que nous habitions était perchée sur une falaise et surplombait la baie. De ma chambre, on ne pouvait contempler que l’eau et le ciel, juste barrés par les persiennes. Baigné dans cette lumière pure, brutale, je m’absorbais dans la contemplation de cette masse marine – comme la couleur, bien sûr, encore que ce terme soit vraiment pauvre pour désigner les multiples teintes de ce qui s’offrait à ma vue. Je dirais que ça créait en moi comme une plénitude, un trop plein de jouissance.

Un autre élément me revient. A l’adolescence, mon premier achat volontaire, personnel, qui me différenciait complètement de mon père (et de ses stylos à encre munis d’un piston pour pomper l’encre violette – avec ces petites bouteilles semblables à celles de la Communale), ça a été un stylo à cartouches d’encre. Le corps du stylo était turquoise et translucide, ce qui relevait à l’époque d’un modernisme échevelé. Je me souviens très bien de mon « Epoca blu » : l’encre que j’y mettais s’appelait « peacock-blue ».

J’adorais ce nom, dans lequel le bleu renvoyait à des « coques », dans lesquelles je n’entendais que le sens de bateau.
J’ai écrit des années exclusivement avec ce stylo, au grand dam de mon père qui trouvait cet outil indigne d’une masculinité triomphante. Quand, plus tard, il s’est cassé, j’ai cherché en vain un modèle similaire : il me semblait impossible d’écrire autrement. J’ai dû m’y faire cependant.

Je me souviens aussi, puisque vous me pressez de questions, de ma fascination pour un spectacle que ma mère n’avait pas pu m’empêcher de voir à temps – j’étais tout jeune encore – celle du noyé de la plage du Levant. Son visage avait pris des teintes cyanosées impressionnantes. Ma mère répétait « c’est affreux » et moi, je me rappelle que je trouvais à ce spectacle une farouche beauté étrange. Mais cela a-t-il un quelconque rapport ?

IMG_4074

©Bleufushia

Il y a eu un moment, je devais avoir dans les vingt-cinq ans, sans que je parvienne à discerner une réelle continuité avec ce que je viens de vous raconter, ça a été d’un coup le grand dérapage dans le bleu, l’immersion totale, un peu les deux pieds sur le guidon.
Pêle-mêle, je citerais ma fascination pour les ciels de Giotto et pour le calme du bleu profond des nuits d’été, mon amour absolu des simulacres d’azur, certains matins blêmes, pour les teintes électriques précédant l’orage, les bleus fatigués du crépuscule, la volatilité des couleurs des mers… et j’en passe.

Reflet – Erbalunga ©Bleufushia

Un jour est arrivé, je ne sais trop comment, malgré ce que je viens de vous raconter, où mon seul projet, l’unique chose qui me raccrochait à l’existence, a été de devenir le Conquistador du bleu. Je n’avais plus d’autre idée que de créer LE pigment bleu, celui qui contiendrait tous les bleus, celui dont la pulvérulence massive ferait taire tous les autres, celui susceptible de faire basculer toutes nos conceptions étriquées de la couleur. Vous savez, celles qui nous font dire, par exemple, des choses aussi banales que « le rouge, ce sont les fraises, les tomates, et les coquelicots ».
Celui qui empêcherait définitivement de comparer le bleu à autre chose qu’à du bleu. Pur.

Je ne supporte pas qu’on compare le bleu.

Sans me vanter, après des années de travail acharné, j’y suis enfin parvenu. Depuis, je recouvre de MON bleu – oui, je l’ai déposé, il a un nom – tous les objets qui m’entourent. C’est une sorte de peacock-blue furieusement céruléen, mâtiné d’une pointe de cobalt.
Bon, je ne vous en dis pas plus, je conserve mon secret de fabrication, ainsi que les pierres et les plantes qui me permettent cette création unique.
Les objets, ça les dématérialise. Comment ? Vous ne comprenez pas ? Je ne crois pas pouvoir vous expliquer si ça n’est pas clair d’emblée pour vous.

Au crépuscule, je me livre maintenant à ce rituel que vous me reprochez aujourd’hui : je sais, ça ne se fait pas, je me dévêts, je trempe des éponges dans mon bleu, j’en frotte mon corps nu, puis je me couche sur de grands draps blancs étendus sur la grève, bougeant avec une infinie précaution, y imprimant de rêveuses anthropométries.

Pourquoi je fais ça ? Je ne sais pas, je dirais qu’il m’est simplement totalement impossible de faire autrement.
Vous ne trouvez pas ça très normal, dites-vous ? J’ai échoué à me faire comprendre ?
Je vous avais bien dit que le salut me semblait une entreprise extrêmement hasardeuse.
Me reste l’effacement.

Sarty in blues (emprunté à Véronique Videau-Salet) Blo

Sarty in blues (emprunté à Véronique Videau-Salet) – Blog http://psart.blogs.sudouest.fr/artiste-invitee-vvs/


©Bleufushia


4 Commentaires

Lotta

©Bleufushia

Berlin – immeuble alternatif près de Hackesche Markt ©Bleufushia

Il y a les textes que j’écris, et tous ceux qui restent lettre morte, bouts de scénarios rangés de façon aléatoire et sommaire dans un coin obscur de ma mémoire, qui ressurgissent de temps en temps, parfois aboutissent à un texte fini, mais le plus souvent s’estompent à nouveau, bribes d’histoires déjà vues.

J’ai décidé de prendre des notes pour des textes que je n’écrirai pas.

Portrait de groupe à 4 personnages (dont un, l’enfant, ne compte pas vraiment ici), mélodrame à six sous.
– Carlotta et sa fille – c’était le passé.
– Freddie, le marin, l’homme à la balafre et à l’oeil bandé, le mari de Carlotta, et son éternel perroquet sur l’épaule, ramenés d’un port lointain (l’oeil crevé, et l’oiseau).
– Lotta – la même, mais une autre – c’est maintenant, c’est le présent. Elle a laissé tomber le Car- pour Lotta, seulement Lotta, à cause de Lotta continua, à cause de Led Zeppelin (et de son Whole Lotta love), à cause de Lotta libera – parce qu’elle ne veut plus jouer selon les mêmes règles, parce qu’elle s’est libérée, et surtout, parce qu’elle trouve que son nom claque mieux comme ça.

Entre Carlotta et Lotta, tout un monde : une teinture de cheveux, de la lascivité, l’abandon du rôle de la femme soumise, mère avant tout, au profit d’une sensualité chaque jour plus affirmée.

Entre les deux, un acte de rébellion.
Freddie voulait que Carlotta se fasse tatouer un coeur avec son nom à lui sur la poitrine, entre les deux seins, en signe d’appartenance éternelle, d’allégeance absolue, et elle a désobéi.
A la place, elle s’est fait tatouer un signe de révolte féministe. Désormais, elle n’en fait qu’à sa tête, elle use de son corps comme elle le veut, selon son désir, avec qui elle veut. Elle ne veut ni mari, ni amant, juste des amours volages.

Elle se couche avec volupté dans les draps bleus de la luxure – oui, c’est bleue qu’elle la voit.

Freddie voit rouge de son oeil unique. Il a les mains ensanglantées, bien que jointes dans une tentative de demande de pardon (après tout, il est dans son bon droit, elle l’a trompé sur la marchandise), qu’il n’obtiendra pas, on le sait.
Si on regarde mieux, l’abandon dont Lotta témoigne s’accompagne d’une certaine fixité dans le regard, même s’il y subsiste encore un instant un souvenir de sensualité.
Ce sont les yeux d’une femme dont la vie vient d’être ôtée.
C’est l’image d’un crime, mais soft, en déshabillé bleu à pois blancs.

©Bleufushia

bleu, bleu, bleu

4 Commentaires

This gallery contains 33 photos


3 Commentaires

Du bleu

IMG_5042

Jean-Marc Tingaud, image extraite du recueil « Intérieurs », prise à Naples

Le bleu ne fait pas de bruit.

C’est une couleur timide, sans arrière pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l’attire à soi, l’apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu’en elle, il s’enfonce et se noie dans se rendre compte de rien.

Ce n’est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l’air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l’homme que dans les cieux.

[…] On voudrait jardiner ce bleu, puis le recueillir avec des gestes lents dans un tablier de toile ou une corbeille d’osier. Disposer le ciel en bouquets, égrener ses parfums, tenir quelques heures la beauté contre soi et se réconcilier.

[…] Assis sur un rocher ou sous un parasol rouge, allongés dans le pré bourdonnant d’insectes, les deux mains sous la nuque, agenouillés dans la fraîcheur et l’obscurité d’une église, ou tassés sur une chaise de paille entre les quatre murs de la chambre, tête basse, les yeux fixés sur un rectangle de papier blanc, nous rêvons à des estuaires, des tumultes, des ressacs, des embellies et des marées.

dalc3ad-muchacha-en-la-ventana-1925

La muchacha en la ventana, Dali, 1925 (en fait, sa soeur)

[…] Le ciel est de tuiles blanches. La sieste de la mer creuse une longue cicatrice d’encre sur la joue de l’horizon où les voiliers tracent de grandes routes calmes et plantent leur amour d’oiselier d’un blanc très nu.

Des jardins superflus poussent plus haut vers le large, odorants de menthes, de myosotis et d’impatientes. Une rumeur de lilas dégringole vers la mer quand, sur les balcons de bois peint, le coeur des marins s’éclaboussent.

[…] C’est un dimanche d’été dans l’antichambre de la mer. Les rideaux tirés baillent un peu. La lumière clignote. Son eau claire coule et tremble sur le bois ciré des meubles et le papier. Une frêle escadre est en partance. Et le tangage calme d’un poème. Un désir s’éveille ou s’endort

[…] Le monde est un vaste pays inconnu que l’on contemple depuis des terrasses. On choisit les chambres avec vue, celles qui donnent sur la mer, même si l’on sait que la mer ne se donne pas.

Jean-Michel Maulpoix, Une histoire de bleu

En écho, le bleu de la voix de Tom waits évoquant la très bleue Valentine