bleu fushia

always blue


2 Commentaires

Des chiffres et des lettres (9)

P1070522

Tende : visiter la vallée des Merveilles (août 2017) ©Bleufushia

Même si je n’ai plus désormais que des vacances éternelles, je me mets en vacances, au diapason de la France qui « existe » encore… Je suis aidée, j’habite dans un endroit où le temps est rythmé par l’apparition et la disparition régulière de foules  plus ou moins dénudées – malgré le panneau à l’entrée du village : Ici, on s’habille !
Alors, je m’offre des parenthèses folles… par exemple, je traînassouille sur le vèbe ! Ouais, aussi longtemps que je veux !

Et j’en apprends des bonnes, qui me scotchent… et me font douiller les neurones.

Vous qui êtes en vacances et qui avez sans doute d’autres chats à fouetter (si tant est que je puisse vous soupçonner de vous livrer à une activité aussi peu politiquement correcte), il vous aura peut-être échappé que l’homme serait, selon une récente étude, constitué en partie de matière intergalactique*.
Ça me fissure menu, ce genre de trucs. Vous imaginez, vous ne lisez pas l’article, et vous ne le savez même pas !

Cela dit, je remarque en haut de l’article que Monsieur Internet, prévenant, m’annonce que la lecture de cette chronique va manger 2 minutes de mon temps. J’hésite un poil avant de me lancer (vous aimeriez bien connaître la durée du poil, je le sens !), puis boostée par ce défi, je perds 1 minute 35 à dégoter sur mon téléphone le chronomètre, pour constater que (vous, je ne sais pas, mais…) MOI, je suis hyper trop top galactique, parce que la lecture ne m’a occupée que 24 secondes et 91 centièmes !

Ecco e vualà, y en a qui auraient dit, à me voir, que j’étais pas galactico moderne, oui, vous, je vous vois rigoler sur les bancs du fond, et ben, chtoc !

Depuis, j’essaie de me représenter mentalement ce qu’est un centième de seconde – pourquoi on ne divise pas la seconde en soixantième- , mais mon esprit gélifie un peu sur la question.

10421272_10204840758111309_2310240151505913621_n

Continuant à feuilleter mon ordinateur, je m’aperçois que les chiffres nous cernent, et qu’il y a des gens qui passent leur temps à tout mesurer. Moi qui suis littéraire, comme fille, j’avoue que j’ai un peu de mal à concevoir la chose, mais faut de tout pour faire un monde blabla etc.

Le chiffre envahit le monde. Il a sur lui toute l’assurance de celui qui est clair, net, objectif et incontestable (tout ce que je déteste, bien que je sois un peu de l’espace, mais plutôt version « espaces infinis-même pas peur » !)

Ça me rappelle une émission de télé, vue il y a fort longtemps. Un homme expliquait toute une technique compliquée pour comptabiliser le nombre des oiseaux migrateurs passant au-dessus d’un lac africain : au bout de sa démonstration, longue et savante, le présentateur lui avait demandé combien d’oiseaux étaient passés cette saison-là.

Il avait fait une réponse superbe : « trois cent quarante deux mille cinquante deux, gros-so mo-do (en détachant bien les syllabes) ».
Le « gros-so mo-do » me ferait seul apprécier la précision mathématique… mais n’exagérons quand même pas !

Par exemple, continuant ma lecture, je découvre avec horreur que « la concentration en spermatozoïdes du sperme a baissé de 52,4 % entre 1973 et 2011 chez les hommes occidentaux tandis que la quantité totale de sperme a chuté de 59,3 %, selon une méta-analyse scrutant 50 pays ».**

Le 0,3% me ravit !

P1070888210

Breil sur Roya / feue l’école de musique (août 2017) ©Bleufushia

Ça m’angoisse grave d’un coup… 59,3% !!! vous vous rendez compte ?

Je quitte l’ordi et me jette sur ma revue favorite : je ne m’y suis pas abonnée, et je la reçois gratis, parce que je suis retraitée. C’est cadeau : ça s’appelle « Pleine vie » (des fois qu’on aurait des doutes) et je suis rudement beaucoup infiniment très contente de la lire. J’y apprends comment gérer mon arthrose, assouplir mes articulations, gérer ma succession, et plein de choses tout à fait réjouissantes à gérer (mon porte-feuilles d’actions etc.). J’apprends que je n’ai plus l’âge de vivre, mais seulement celui de gérer (et de contenir des ans l’irréparable outrage, saloperie d’ans à la noix !). PVC ! (Porra de Velhice Chegando !)

20643206_10214097541863228_5142733559914670393_o

Mitterand pas mort (Sospel août 2017) ©Bleufushia

(la preuve irréfutable, s’il en était besoin, que je bouge encore !)
Il y a aussi une rubrique « chiffres » où l’on s’instructionne dru sur ce qui est tendance : par exemple, je découvre avec émerveillement que 25% des 35-44 ans aiment toujours faire des châteaux de sable à la plage. Enfin des choses chouettes à savoir. Je suis contente qu’il y ait des gens qui enquêtent et font des statistiques sur un sujet de société aussi important.

Je confirme en silence (il y a chaque année, sur la plage, un bonhomme dans ces âges-là, dont je pense qu’il doit travailler au moins chez Bouygues et que son cerveau ne lui permet pas de prendre des vacances pour de bon : il construit, année après année, devant ses fils qui n’en ont visiblement rien à battre, encore moins au fur et à mesure qu’ils grandissent, des pyramides, et encore des pyramides…)
Je me demande cependant si tout le monde est un peu intergalactique, ou seulement certains heureux élus. Et les autres tout connement terriens ?

P1070524

Tende août 2017 ©Bleufushia

Je me suis posée la question aussi la semaine dernière.
La canicule sévissait, et mon voisin m’a informé de sa récente lecture (il n’a pas les mêmes que les miennes) disant qu’il fallait arroser copieusement les vieux (merdum, et « Pleine Vie » qui ne m’a rien dit !) parce que, si un soupçon de déshydratation s’installait, le seuil fatal était vite atteint et hop, les deux pieds sur le guidon avant d’avoir pu lire l’article sur la gestion avisée de la succession… Et le sapin et tutti quantique !

La pétoche !!! las grossas boulas, comme dirait mon amie de cœur.

Pour éviter ça, je suis allée faire chauffer mes semelles à la montagne.
Et là, j’ai été sensible tout d’un coup à l’existence de mondes parallèles, dans lesquels la vie semble s’être arrêtée il y a longtemps. Aucun personnage du troisième type, plutôt des fantômes impalpables, vissés sur leurs chaises, silencieux, dans des bistrots aux devantures affaissées…
J’ai photographié au hasard les murs des villages traversés : inscriptions illisibles, mots effacés, silhouettes fantômes dessinées par l’humidité sur les murs, peintures hors d’âge (avec un charme fou, certes), affiches politiques datant de Mitterand, toujours lisibles, chiens silencieux couchés à l’ombre des rues, temps immobile, sonnailles de vaches dans le lointain…

P1070471

Osteria della Croce (Tende, août 2017) ©Bleufushia

Au détour d’une rue de T.***, j’ai aperçu un humain, un vieil humain, qui était assis sous une de ces inscriptions en partie évaporée.

Pas totalement certaine qu’il me réponde (le village semblait désert, la plupart des volets clos, le calme des rues parfois troublé par le passage lent d’un chat famélique, aucune occasion de parler ?), je lui ai demandé confirmation de ce que je pensais qu’il y était écrit, et il s’est mis à me raconter sa vie.

Ce monsieur est né italien, il a été à l’école sous Mussolini (« à l’époque où tout ce qu’on apprenait à l’école, c’est qu’il fallait faire la guerre, et moi, je n’aimais pas ça »), puis après la guerre, 99,99% des votants de son village ont validé le fait que désormais, ils seraient français.

Il n’en était pas encore revenu, et a répété plusieurs fois ce chiffre, commentant « vous croyez que c’est possible, vous, 99,99 % ? ». Il m’a demandé si j’avais repéré le nom de sa rue : « celui de l’homme qui a fait que je ne sois plus italien »… là encore, il n’en revenait pas, de la farce que le destin lui faisait en le faisant habiter là, juste là.

P1070221

Je rêve, ou il y a un fantôme blanc sous la plaque, à droite ? Saorge (août 2017) ©Bleufushia

Comme il était devenu français, il a dû s’y faire : avec tous les changements que cela imposait (et dont le moindre n’était pas de changer de langue…). Par exemple, ne plus pouvoir passer la frontière sans contrôle vers les endroits de son enfance…
En tant que gamin italien, pendant la guerre – « j’avais 9 ans » – il avait été mitraillé à la cheville, alors qu’il allait ravitailler des maquisards au Lago del Frisson

(le lendemain, alors que je randonnais dans les Alpes italiennes, non loin de là, un homme à qui je demandais le nom du pic impressionnant qui surplombait le chemin, m’a répondu « vous êtes juste au-dessous du Frisson »… j’en ai tressailli… au-dessous du Frisson, quand même, ça vous est déjà arrivé ?)

Plus tard, l’administration française a trouvé que, bien que son pied soit toujours resté fragile et de travers, il était encore assez bon pour aller combattre en Algérie. Nouvelle guerre (genre double peine !).

Il était content, il en était ressorti vivant. Pour bons services rendus, il touche aujourd’hui en guise de « retraite des anciens combattants » la somme mirifique de 0,86 euros par mois. Il a répété ce chiffre plusieurs fois, avec l’air indéfinissable de celui qui se demande où est l’erreur.

L’air d’un pas galactique du tout… frère humain paumé dans un siècle auquel il ne comprend rien. Dans une vallée où on empêche les réfugiés de passer, où on condamne qui les aide à accomplir des démarches légales… se demandant où il est chez lui… se sentant exilé dans un pays qui est censé être le sien. Qu’il le veuille ou non.

P1070176

Breil-sur-Roya (août 2017) ©Bleufushia

En le quittant, j’avais la voix nostalgique de Reggiani dans l’oreille : « C’est moi, c’est l’italien… « ****
Et comme un frisson, là, en dessous de moi-même.

©Bleufushia

*https://www.letemps.ch/sciences/2017/07/27/lhomme-serait-constitue-partie-matiere-intergalactique

**http://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-qualite-sperme-occidentaux-continue-baisser-43215/

***Tende, devenue française en 1947 (traité de Paris). Comme elle a été créée « à partir d’une partie étrangère », le code 06163 ne correspond donc pas à l’ordre alphabétique. C’est peut-être pour cela que les habitants s’appellent des Tendasques (qui, dans mon esprit sensible aux correspondances sonores, s’entend comme « Fantasques »)

****https://www.youtube.com/watch?v=Po4wLPrUXy8

 


Poster un commentaire

Compil à poil

8ed252d8ad517a68e14494f62656e164 « Qui n’aime, aux jours de la canicule, dans les bois, lorsque les geais criards se disputent la ramée et l’ombre, un lit de mousse, et la feuille à l’envers du chêne ? (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit)

OK, certes, évidemment, j’aime, j’aime…

Encore qu’ici la lancinante cigale remplace le geai criard, que la mousse est sèche et inapte à constituer une moelleuse couche, et que j’aimerais mieux qu’il ne fasse pas si chaud, si je peux me permettre, bien que je fasse partie du vulgum pecus, d’exprimer des préférences personnelles.

Mais bon, c’est l’été, qu’on se le dise, et cette canicule, la chienne*,  me fait divaguer autour de choses sans queue ni tête. Ce qui est finalement normal, parce que, si elles en avaient, ça ne serait pas des choses.
Et si j’arrive à la fin de cet article dégoulinante (c’est féminin, parce que ce n’est pas encore l’article qui dégouline), mais vivante, vous verrez qu’il y est question, en fait, de queues…
Lorsqu’on divague, demandait je ne sais plus qui, y a-t-il forcément des vagues ?

Je dirais que ça dépend…
Comme la canicule, ça dépend aussi… vous le saviez, vous, que tout est relatif, même la canicule ?

« Instruisons-nous en nous distraisant (treize ans et demi maximum) »**

Déjà, à l’origine, on ne la qualifiait ainsi que du 24 juillet (tiens, le jour de la saint Lili) au 24 août (la saint Glinglin)… le 24 juillet étant le moment où Sirius, l’étoile de la constellation du Chien (ici s’arrêtent les relations relatives à moi-même !) se lève et se couche en même temps que le soleil.
Déjà, une étoile dont on ne parle que lorsqu’on ne la voit pas, une qui se lève lorsque les autres se couchent, ça ne devrait pas être permis. Mais baste.
Savez-vous de quel chien il s’agit ?

Rien moins que du chien d’Ulysse (ça a un rapport avec après, mais là, pour l’instant, je vais faire dans le teasing à donf !).

Ulysse nous fait cependant savoir, par telex, qu’il n’y est rigoureusement pour rien, lorsque nous avons un temps de chien. OK, man, c’est noté !
 Ça me rappelle évidemment mes cours de latin :  « Cave canem ! », qu’ils disaient. Ça veut dire qu’il fait tellement chaud qu’il faut faire hyper gaffe au toutou et le descendre à la cave, pour le déposer là entre deux Mouton Rothschild – ce qui donne tout de suite un petit air Arche de Noé à l’ensemble.
Cela implique naturellement que l’on possède l’une et les autres.

Quoi qu’il en soit, faut aussi mettre son ti shirt mouillé, même si on n’est pas la reine de la soirée mousse.

Pour revenir à la relativité, selon les pays, et même au sein du même pays, vous pouvez avoir 39 degrés à l’ombre et ne pas être considérés comme possédés par les chiens, et en avoir 30 et qu’on vous plaigne tout en vous vaporisant plein pot les manettes. C’est dingue, ça, cette inégalité de traitement, moi, je dis que c’est de l’injustitude caractérisée !***

Et en plus, ça se complique encore, si on y rajoute l’indice Humidex (qui mesure l’indice d’inconfort ressenti – ça, c’est du lourd scientifiquement ! – sur une échelle allant « de l’inconfort à la mort »). Cool – si j’ose dire ! Qu’on peut mesurer fastoche à ses sensations internes, bien qu’il n’y ait pas vraiment d’échelle précise permettant de savoir si on chauffe, ou si c’est froid… en tout état de cause, je crois qu’on chauffe !

[euh, je peux digresser, là ? mon ancien établissement d’excellence a ouvert un truc baptisé A*midex, une fondation destinée à rendre nos « rêves accessibles »… au vu de la façon dont l’institution a viré de bord, je me demande sur quel point on se situe à la minute, entre l’inconfort et la mort, dans les services ex-public. Fermez la parenthèse, mauvaise langue que vous êtes !]

Mais le top du top de la nuance, en la matière, c’est quand  même la température ressentie.  Wikipedia, qui est parfois grandiose, nous précise que ceux qui ressentent, en la matière, sont les humains, et que l’indice ne « s’applique pas aux objets inanimés ».
Je suis rassurée, parce que si ma table se met à la ramener avec ses ressentis, et que son ressenti est différent du mien, on n’est encore pas sorti de l’auberge ! 

Cette température ressentie, qui n’est donc pas la température réelle, si vous me suivez bien, et ne désigne en plus des réalités différentes (selon qu’on la qualifie de canicule ou pas), se mesure avec un outil dont le nom me fait rêver dru : le thermomètre-globe mouillé (peut-on l’utiliser avec un ti-shirt sec ?).

800px-US_Navy_100524-N-5328N-671_Cryptologic_Technician_(Technical)_Seaman_Antron_Johnson-Gray_checks_the_wet_bulb_globe_temperature_meter

US_Navy : the_wet_bulb_globe_temperature_meter

Le postérieur enveloppé d’une mousseline humide – c’est la mode ti-shirt mouillé, mais version thermomètre – le thermomètre-globe (qui est carré, la notion de globe étant relative comme le reste ! non mais, pourquoi y en a qui seraient relatifs, et les autres non ?) prend en compte, de façon étrangement qualifiée d’assez « empirique », « l’humidité normale » ?

Encore faudrait-il, me dis-je, que la normalité soit la même en Bretagne, en Auvergne, et dans mon Sud, par exemple (y a que moi qui divague, là ?)

Un truc qui me défrise menu, dans l’ensemble, c’est d’être dépossédée par une machine de mon droit légitime à ressentir ce que je ressens, moi.
Non mais pour qui ils se prennent ? Et c’est quoi, l’étape suivante ? qu’on me dise quand je ressens la faim et la soif ?
On n’est plus chez soi, moi, je dis.

En résumé de tout ça, vous aurez compris qu’il fait taille de vachement chaud de sa mère en tong (parce qu’en bottes fourrées, ça ne le ferait pas), et que la température que je ressens est carrément exagérée. A la minute précise – mais ça peut changer si quelqu’un monte le curseur – je ne suis pas encore sub claquante (merci Humidex), et je m’occupe en bougeant le moins possible, droit dans l’axe du ventilo qui fait bouger mes bouclettes.
Le ventilo –  c’est presque un truc de rebelle de ouf, finalement, parce que ça s’oppose au thermomètre-globe mouillé. A ce dernier, il faut, j’ai oublié de le spécifier, pour fonctionner, une autre variable, qui est le temps calme et sans vent !

J’adore mon ventilo ! Yep ! Revolouchon’ ! tous pour le droit à ressentir par moi-même !!!

revolution_wallpaper___by_jeevay

Où il n’est pas question du septuagénaire kleptomane qui, à Arcachon, avenue des Goélands, ouvrait les voitures avec un couteau à huîtres****

Donc, je m’occupe, comme aux glorieux temps des « siestes libres » de mon enfance, à faire des listes.
Ça ne mange pas de pain, non ? Et pendant que je fais ça, je ne fais pas de bêtises !

-choses d’une fraîcheur déconcertante (chouette)

-choses dont on se demande bien pourquoi elles nous fascinent

-choses dont on se persuade qu’elles auraient pu inspirer Max Ernst****

eugenia loli

Eugenia Loli

Sous ma fenêtre, et dans cette atmosphère globalement « humidesque » et aqueuse (faut boire, mémé !) passent deux hommes que je ne vois pas, l’un déclarant à l’autre qu’il ne faut absolument pas « céder le chant des sirènes ».
Cela suffit à me sortir de ma torpeur. Je sursaute : il a dit « le », pas « au ».
Serait-ce que le chant des sirènes est maintenant coté en bourse ? à l’instar des licornes ?

(j’ai appris récemment que la licorne désignait une start up valorisée de plus d’un milliard de dollars avant même d’être cotée en bourse : alors que j’en suis encore à la conversion de l’euro en anciens francs, et que je suis constitutionnellement incapable de me représenter ce que c’est réellement qu’un milliard de dollars, on souille la pureté de la licorne par des histoires de gros sous, et ça m’achève !)

Ça me fait penser, cette histoire de sirènes, à ma terrible déconvenue quand un ami infiniment plus lettré que moi m’a raconté que les sirènes d’Ulysse étaient des oiseaux. ON ne me l’avait jamais dit !! J’ai pris cette nouvelle comme une offense personnelle, pour tout dire.

Ou sinon, à ma découverte récente des Siréniens.

En fait – c’est peut-être un effet d’Allzheimer – je passe ma vie à découvrir de nouveaux trucs dont je ne me souviens pas avoir entendu parler auparavant, et ça me ravit.
Sauf que l’histoire de la rhytine m’a un peu démoralisée. Je tombe sur la rhytine (qui n’est pas une partie de l’œil), et aussitôt, pof, je me rends compte qu’elle a déjà disparu de la surface de la terre.
C’est un animal marin découvert du côté du détroit de Behring au XVIIIème siècle. On a à peine le temps de le surnommer (est-ce du sexisme ?) vache de mer que pof, la population des rhytines est intégralement massacrée, jusqu’à la dernière. Comme quoi, au XVIIIème déjà, les hommes étaient d’une bêtise sans nom.

Et on ne peut pas incriminer la canicule, parce que sur le coup, ça glaglate beaucoup dans ce secteur-là.
Dugong_at_the_Sydney_Aquarium_(3505690937)
Des Siréniens, il reste le Dugong Dugon (le « g » sonne un peu comme un « c » dans ma tête), de la sous-famille des Dugongidés. Un animal dont on me dit qu’il « est couvert de poils courts qui permettent d’évaluer son environnement ». Génial, non, le créateur qui crée le poil du DD non pour lui, mais pour les scientifiques. Je n’en finis pas de m’émerveiller sur l’infinie inventivité de la création.
Et me demande si nos poils à nous, humbles humains, auraient par hasard le même rôle.
Il paraît – information à rajouter dans ma liste : choses qu’on adore, parce qu’elles ne servent à rien – qu’ils partagent bon nombre de caractéristiques anatomiques avec les éléphants, comme le nombre de vertèbres et l’absence de clavicule.

Pour revenir au dugong, je vous signale aussi qu’il est « inféodé aux zones d’herbiers », ce qui ne me semble pas très glorieux pour un animal si utile (ça me rappelle le « lit de mousse » de l’autre), et que son cri est un chant mélodieux.
Comme les sirènes ?
Le chant du Dugong Dugon (et de son cousin le lamantin – version plus chromatiquement mélancolique*****, peut-être ?) est-il coté en bourse ?

Leguat-Lamentin-1024x528

Leguat-Lamentin

Bon, chers amis, je vais terminer ce texte en queue de poisson (le thème me l’autorise) en allant me servir un petit gin frizz (comme le disait ma Valerix préférée dans son jeune âge), pour me rafraîchir un inutile poil (ou deux).

Ne cédons rien, et surtout pas le chant des six rennes (créateurs de la première polyphonie – croyez-moi, j’ai été prof de musique, j’en connais un rayon sur la question !)

Je vous bise.

©Bleufushia

*On en trouve la trace en anglais, qui traduit canicule par « dog day »

**Bobby Lapointe, dans sa génialissime leçon de guitare sommaire

*** Par exemple en France:

  • à Brest, on parle de chaleur caniculaire lorsqu’il fait au moins 28 °C le jour et 16 °C la nuit ;
  • à Lille, on parle de chaleur caniculaire lorsqu’il fait au moins 33 °C le jour et 18 °C la nuit ;
  • à Toulouse, la canicule correspond à un maximum dépassant 36 °C le jour et un minimum de 21 °C la nuit.

****fragment de liste emprunté à Blas de Robles, dans Le point Némo

***** référence à la forme musicale du lamento

 


2 Commentaires

Western crevetti (7)

something fishy jimmy lawlor

Something fishy (Jimmy Lawlor)

Aujourd’hui, on est le 15 octobre 2015.

Si si, comme je vous le dis.

C’est du moins ce qu’affichait mon téléphone portable ce matin, dès potron-minet.

J’ai tout de suite pensé au bug informatique qui fait griller les ordis…vous n’en avez pas entendu parler ? Ben, si votre ordi affiche un jour la date du premier janvier 1970, courez vous mettre aux abris rapido, parce que cette date déclenche un compte à rebours fatal : en un quart d’heure, vous vous trouvez en 1968, et là (va-t-en savoir pourquoi), ça grille, puis ça explose.

(Style, la rentrée sociale ? euh… non, mauvaise pioche… boum, c’est tout, boum ! pas pschittt…)

J’ai bondi sur mes réserves de plomb, mises de côté depuis les années 70 : un rapport de la Criirad, à cette époque, préconisait de s’ensevelir sous 11 mètres de plomb pour se protéger de l’irradiation. Le chiffre me semblait sérieux : 10, ça fait un peu petit joueur, mais 11, là, j’ai tout de suite eu confiance.
Evidemment, ça prend un peu de place, mais quand on n’aime, on ne compte pas.

Mais rien ne s’est passé. Alors, j’ai décidé d’aller à la plage, pour que la journée soit un peu plus souriante que l’aube.

En arrivant, juste à côté de l’accès, j’ai lu cette intéressante contribution à la controverse sur le burkini.

P1040347

©Bleufushia

A POAL!

En même temps, celui qui a écrit ça paraît au fait de l’actualité brûlante, aussi bien de la polémique plagesque que de la récente réforme de l’orthographe : « deux pavés écrasés avec la même mouche », comme on disait à mon époque.
Au courant d’une partie de l’actualité, du moins.

Il n’a visiblement pas entendu ce délire à propos du bébé d’un an et demi dont la maréchaussée a forcé les parents à le rhabiller fissa, sinon amende !
En tout cas, il a le mérite d’afficher clairement ses convictions. C’est un peu radical, et pas très argumenté, mais bon.

Il est vrai que maintenant, tout se complique dès qu’on est sur le sable.

Je pense à sa solution et je ne sais pas si, comme cela est arrivé sur certaines plages corses, il y a fort longtemps – du temps de ma jeunesse, c’est vous dire – celui qui suivrait ce conseil se trouverait non seulement verbalisé, mais également enduit de goudron et de plumes.

Je suis restée assise sur le sable un court instant, mais le soleil tapait dur : j’ai envisagé de couvrir mes épaules d’un paréo pour ne pas virer écrevisse, mais après examen des conséquences possibles, j’ai renoncé, et j’ai fini par plonger et nager au large, à la recherche d’un peu de calme et de solitude, loin de l’hostilité du monde.
Alors que j’étais en train de planer au-dessus d’une falaise sous-marine, je me suis avisée que mes oreilles captaient un cliquetis assez fort. Très fort, même.

Merdum, v’là que j’allais me faire hacher menue par un Chris Craft lancé à toute vapeur (faut dire que je nage toujours hors-piste, et qu’il n’y a pas intérêt à s’endormir sur le gigot, vu le nombre de pékins qui ont suffisamment de tunes pour te pourrir la mer à coup de moteurs).

Je lève la tête, prête au sprint, et là, rien… c’est la rentrée, et le possesseur de Crisscrasse (c’est comme ça que j’appelais ça dans l’enfance) est sans doute retourné à la capitale (ou ailleurs).
Le bruit était là, cependant, bien présent.
Au retour, je m’informe (poliment) sur gogol les mouettes de ce qui peut bien causer ce bruit, et là, j’en découvre de bien bonnes.

Les fonds de la Méditerranée (mais pas que) sont infestés d’Alpheidae, un bestiau muni d’un véritable taser. Elles font partie des « espèces communes » (à ces mots, mes muscles horripilateurs fonctionnent à donf – vous comprendrez pourquoi quand vous aurez lu ce qui suit), qui ne vous attaque pas au corps-à-corps, là où vous auriez vos chances, mais à distance, et en traître. Elle fait dans l’attaque surprise et éclair (ça nous rappelle le monde tel qu’il est, non ?)

En deux mots, « l’Alpha » (mais pas l’Omega) – c’est moi qui l’appelle comme ça -, c’est une crevette mignonette : moi qui avais peur de virer écrevisse, vous croyez que c’est un signe ?

alpheidae

ne vous fiez pas à la tenue de bagnard, c’est pour amadouer l’ennemi !

Elle est minuscule et munie d’une grosse pince, et d’une autre normale. Si la grosse est sectionnée, la petite grossit, et à la place du membre absent repousse une pince normale.
Cette pince est un véritable pistolet (d’ailleurs, la bête s’appelle crevette-pistolet à pattes épineuses, ou crevette claquante).

Je vous la fais rapide… la crevette ferme la pince, qui dégage une bulle qui explose (par cavitation : j’ai appris ce mot – je suis ‘achement fière – qui désigne la naissance d’une bulle de gaz dans un liquide soumis à dépression), et le souffle se propulse à une allure folle – sur trente mètres (à 97 km heure) – pour aller zigouiller la proie visée. Ça émet un bruit dingue (220 décibels !), tout en produisant, sur son passage, d’autres bulles qui font aussi du bruit en éclatant.

crevette bulle

visez un peu la bulle, en haut à gauche !

Et en plus, ça dégage une chaleur non moins dingue (4700 degrés celsius, j’ai bien dit quatre mille sept cents, ça nous fait le barbeuque express pour le même tarif, si la proie n’est pas trop près – sinon, c’est direct calciné).

Paraît que des gens qui ont voulu mettre ça en aquarium se sont retrouvés un peu cons (oh, t’as vu comme elle est mignonne, cette petite crevette ! oh zuuuuuut !), parce que les parois de verre n’ont pas résisté !
Les dents de la mer, à côté, c’est presque de la gnognotte.

En plus, c’est une des espèces d’animaux « sociaux » : avec des rôles, une reine, une répartition du travail, et des robocops pour défendre les civils en cas d’état d’urgence (euh, je m’égare… toute ressemblance bla bla bla… mais pour tout dire, je ne me fierais pas plus à ceux-là qu’aux nôtres, qui me filent les jetons grave quand je passe, par exemple, à la gare de la ville voisine).
Outre le fait que les robocops vous grillent, vous tasérisent, vous déchirent le tympan, paraîtrait même qu’ils font carrément la guerre du bruit : ça va jusqu’à brouiller le sonar des sous-marins.

Pitaing, on n’est vraiment tranquilles nulle part !
Qui me dit qu’il n’y a pas de crevettes psychopathes qui vont muter et agresser le malheureux nageur en train de faire tranquillement la planche (de la planche à la plancha, il n’y a qu’un pas !).
Notez que tous les avis sont dans la nature : j’ai entendu un étudiant, au mois de juin, déclarer «moi, j’aime beaucoup griller du cerveau »… peut-être que ça lui plairait, à lui !
Mais pour moi, cette histoire de bulle et de dépression (imaginez une crevette déprimée, ça doit exister, dans la conjoncture actuelle), c’est  total la flippe !

entete_img_philippines_plongee_puerto_galera_atlantis_dive_shop_img_3768

crevette-mante

Et encore, on a du bol, parce que la crevette mante est pire (elle fait pareil, mais en plus, elle est plus grosse et capable de harponner ses victimes, et contrairement à la nôtre, elle a une vue redoutable), mais elle vit dans des eaux tropicales. OUF !

A propos de bruit, je lisais aussi un autre truc : la pollution des mers change l’acidité de l’eau, et cette acidité ne permet plus aux sons marins d’être absorbés de la même manière qu’avant. Du coup, les sons vont se propager encore plus loin, et le paysage sonore sous-marin est déjà en train de virer à la cacophonie. Il paraît que ça perturbe dru les grands mammifères marins, qui ne parviennent plus à s’entendre.

(En plus, je ne vous ai pas tout dit, mais la crevette mignonnette, elle n’est pas la seule à foutre le ouaï ! je vous raconterai ça une autre fois).
Avec la crevette-pistolet, les 220 décibels vont être perçus encore plus fort : va falloir mettre des bouchons d’oreille pour aller se baigner !

(et mon paréo, alors, j’le mets ou j’le mets pas ?)

serviciodecorreo-10.es_-6

Cette histoire de perception, ça me fait penser à la météo des plages : on y parle de température réelle et de température ressentie. Vous y comprenez quelque chose, vous ? (comment prend-on la température ressentie, hein ?)

En fait, je dois vous l’avouer : je sais pas vous, mais moi, je comprends pas tout dans la vie.

Allez, c’est pas grave !
Comme dit l’autre, « le monde est grand et le salut nous guette de partout »*

©Bleufushia

*Titre d’un excellent film bulgare (de Stefan Komandarev)

Si vous voulez voir la crevette pistolet en action


4 Commentaires

On veille, on pense à tout à rien (6)

P1040042

©Bleufushia

« Jeune homme qu’est-ce que tu crains
Tu vieilliras vaille que vaille »
Disait l’ombre sur la muraille

Ce matin, en entendant à la radio annoncer la rentrée prochaine, je me suis rendue compte que j’ai laissé passer l’été sans rédiger une seule de mes (désormais fameuses) chroniques de plage. Damned, déjà fin août… « colchiques dans les prés, c’est la fin de l’été » 

Mais non, cool, regarde, c’est l’alerte canicule partout en France ! détends-toi. De surcroît, je te rappelle que tu devrais te tamponner de la rentrée, qui, cette année, a arrêté de te concerner perso, en tant que toi-même.

OK, quand même, je branche le ventilo, et zyva pour une chronique qui, si je l’écris en décembre, aura quand même du mal à passer pour saisonnière…

Vous vous rappelez certainement que je vis à quelques pas d’une plage enchanteresse en bordure de la Grande Bleue, veinarde que je suis. Et que, sur cette plage, je m’y baigne, œuf corse, j’y observe des poissons (ah, vous conter mon évolution féérique, hier, au milieu d’un très gros ban de daurades pas farouches), j’y regarde les gens, j’y baguenaude en humant l’air marin, j’y réfléchis aux mots et à la vie, j’y philosophe à deux balles la cagette de douze… la vie, quoi.

Cela dit, la plage – sujet que j’avais choisi l’an dernier pour sa légèreté dans un monde assez lourd – est devenue un lieu étrange. Presque compliqué.

Je me disais, en me baignant, que je peinais à y retrouver l’insouciance des bains de ma jeunesse, et que même tremper mon corps en apesanteur dans l’eau de mer ne me procurait plus la libération joyeuse d’antan. C’est peut-être l’âge.

Mais pas que : l’autre jour, j’y ai même été survolée et suivie successivement par un drone et par un avion de la police.

Le bonheur flottant est teinté d’une vague ambiguïté au ras des flots, et même l’amer* n’est plus ce qu’il était.

C’est peut-être pour cela que j’ai zappé le sujet cette année.

P1040039

qu’est-ce qui se trame dans notre dos ? ©Bleufushia

Avant la plage, j’ai fait un détour chez la coiffeuse (allez, zou, ça commence, les digressions ! oui, mais emprunter des bouts de sente hors du trajet principal, c’est le sel de la vie, et le sel, ça nous ramène infailliblement à la plage ! d’accord, d’accord, je sors !).

Une cliente y racontait l’histoire de son mari, qui vend des caravanes (y a pas de sot métier). Le maire du village a refusé, cette année, qu’il les expose dans un salon, sur le port – alors qu’il le fait depuis des années, sans problème.
Ah bon, à cause des attentats ? a commenté la coiffeuse.
– Non, il a dit que c’était « indigne » de notre village.

-Indigne ?

-Oui, pas assez staïle. On est plus chics que ça, ici, qu’il a dit.

J’ai été fière, d’un coup, de vivre dans un village chic, qui refuse d’attirer des Romanichels en son sein.
En même temps, j’ai dans mon sac de plage la lecture du moment : un livre de Maylis de Kerangal, dans lequel elle s’interroge sur le poids des noms, en explorant les associations que suscite en elle celui de Lampedusa**. A la réflexion, c’est peut-être pas le meilleur bouquin de plage ! Et pas le plus en phase avec ma fierté du paragraphe précédent. Bon, qu’importe. Si en plus, il faut être cohérent, maintenant !

En débarquant à la plage, un peu après, je suis accueillie, dans l’escalier bordé de figuiers odorants, palmiers au houppier de palmes lascives et autres bougainvilliers en fleurs,  par un premier panneau (en haut des marches), puis un second (avant l’arrivée sur le sable) indiquant la mise prochaine de la plage aux normes « vigipirate ».
[depuis, j’ai vu les mêmes panneaux sur une minuscule plage de galets à l’écart de la ville, plage qui doit pouvoir accueillir, les jours de grande foule, une petite cinquantaine de personnes !]

Le « prochaine » n’était pas daté, ni la façon de mettre aux normes un endroit à 6 entrées différentes, et j’étais un peu mécontente de ne pas poser ma serviette sur un sable « sûr », garanti sans danger par quelques musculeux hommes virils, munis de mitraillettes.
(je suis de l’époque où on entendait les femmes fantasmer sur les légionnaires, le sable chaud et tutti quanti, ça a bercé mon enfance, et là, tout d’un coup, j’ai une bouffée)

J’ai échappé – et c’est heureux – aux voleurs de poules, ce n’est pas pour tomber directos entre d’autres mains indélicates, me suis-je dit. Non mais. En même temps, dans un endroit où le caviste de ma rue affiche qu’il vend du « vin vivant », y a rien à craindre, non ?

(Dans un autre genre, plus maritime, me revient ce slogan ancien de marchande de poissons : « les vivants au prix des morts »… mes associations sont un peu orientées, désolée)

Je vérifie, pas de brigade punitive non plus… tout baigne.

Installée sur le sable chaud, j’ai fermé les yeux. Au lieu de regarder, comme l’été dernier, je me suis mise à écouter.

C’est bizarre, est-ce que c’est l’air du temps, mais j’ai été frappée par le silence assez grand, inhabituel. Si j’y réfléchis, ça a été, en fait, la couleur sonore de ce drôle d’été.
Le Monde du Silence, natürlich, me suis-je dit !

Dans un village où Cousteau a expérimenté pour la première fois le scaphandre autonome, c’est normal, finalement. On se hisse à la hauteur de notre histoire (je masque, sous une pirouette désastreuse – dont je suis coutumière – l’évidence de la vraie intranquillité du monde, sensible dans des tas de détails, dont celui-là qui me saute aux oreilles).

banksy-atat

Bansky… you know

Enfin, à dire vrai, ce n’était pas du vrai silence, mais à l’oreille, j’avais la sensation d’être sur une plage de fin septembre, et pas en pleine saison.

D’abord, j’ai entendu, distinctement, un doux clapotis.  
Je suis la championne des associations d’idées idiotes, et sans doute à cause de vigipirate,  mais aussi, à cause de tous ceux qui fuient leur pays, et n’atteignent jamais les caravanes, « clapoter » m’évoquait ce vieux verbe à la sonorité proche, « claboter » (= mourir, mais les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître).

Le mot lui-même serait né du « bruit que font des sabots trop grands dans le Poitou »… ce souvenir me ravit une minute, avec sa douce absurdité : qu’on puisse fabriquer des sabots trop grands, ou alors à taille unique – mais dans une taille que PERSONNE n’a – et un mot rien que pour dire ce son-là, dans ce coin-là ! Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais c’est vraiment d’une autre époque ça.

Au sens de mourir, hélas, « claboter » est de toutes les époques. Les synonymes, clamser, clapser dérivent sur « crab-ser ». La boucle est bouclée. Les sabots étaient peut-être trop grands volontairement, pour pouvoir héberger des familles de crabes, en attendant la mort ?

Capture

celui-là, il est extrait d’un livre fantastique dont je vous parlerai plus tard

Mais je m’égare, et j’ai refait surface en pensant qu’il faudrait que j’invente un mot pour mes tongs qui, au retour de la plage, chuintent sans retenue, bien que leur taille n’ait rien à voir avec le phénomène, j’en suis certaine

Capté au vol, aussi, des fragments de discussions :

 ça, il faut le faire à l’aube »

-« chais pas c’est où Lob »

… des chants d’enfant :

« je suis une mouette, je fais ouh ouh ouh (bis) »

… un chuintement étrange dans mon dos (ne l’identifiant pas, j’ai ouvert les yeux) : une adolescente anorexique, debout, l’air absent, exilée dans un monde lointain, balançait lentement son corps dans une petite pente : ses pieds avançaient d’un centimètre à chaque fois. Elle a fait ça sur 5 mètres environ, est revenue à son point de départ trois fois, pour recommencer le même manège incompréhensible, reflet d’un monde autiste. Certains humains sont mal mal mal…
Il me revient, à son propos, le dernier haïku d’Hokusaï, que j’ai retenu (malgré ma mémoire notablement déficiente) : « tels des fantômes, nous foulerons d’un pas léger les champs d’été ».

WP_20160710_18_56_01_Pro

le résultat (©Bleufushia)

… les bruits étouffés d’un combat féroce d’un enfant contre un non moins féroce crocodile (y a même des crocodiles sur les plages, maintenant ! je vous le dis, on vit dans un monde impitoyable !)

P1040067

heureusement, l’enfant a eu le dessus (©Bleufushia)

 … un échange de tirs de pistolets, mais à eau, finalement transformé en œuvre d’art (OUF !)

P1010885

graph-eau-logue (©Bleufushia)

… le tout, très calme. Anormalement calme, pour tout dire.

Ça m’a évoqué le nom d’une rue de mon village – je l’ai repéré cette semaine pour la première fois – «Impasse de verveine »

Comme si, désormais,« l’on pleur’ et l’on rit comm’ on peut dans cet univers de tisane ».

Ça peut paraître bizarre de parler de tisane, alors que la violence fleurit, mais les gens paraissent de plus en plus calfeutrés, même sur une plage, c’est ma sensation.

A ce stade-là, j’ai ouvert les yeux vraiment, en pensant à l’émission que j’ai entendu il y a deux jours à la radio (juste avant qu’ils ne se mettent à parler de la rentrée) : il y était question de la cacophonie que produisent, sous l’eau, les différents animaux marins. Un des pires, paraît-il, étant la coquille St Jacques, avec ses éternuements tonitruants.
Faudra que je vous concocte un petit article sur ce bordel sous-marin, j’en ai appris des vertes et des pas mûres ! (c’est du teasing ou je m’y connais pas, là ! ha ha !)

Je me suis rhabillée, et ai remis mes chaussures (mes tongs ont rendu leur âme chuinteuse hier,paix à elles), des pompes d’une marque espagnole.

Sous la semelle, il y a une inscription : « el mundo es un milagre permanente », que je regarde, présentement, avec une certaine incrédulité.
En me demandant ce qu’on aurait pu écrire sous les sabots trop grands du Poitou.

©Bleufushia

Le titre de cet article et les deux citations incluses dans l’article (et non identifiées à l’endroit où elles apparaissent) sont empruntés à Blues : un poème d’Aragon découvert dans l’enfance grâce à la mise en musique – géniale – par Léo Ferré (né il y juste 100 ans) 

Pour l’écouter, c’est par là
https://www.youtube.com/watch?v=VC5cAXX0Qb0

*Un amer est un point de repère fixe et identifiable sans ambiguïté, utilisé pour la navigation maritime (l’amer, c’est juste son nom, ça ne signifie pas qu’il le soit, ni qu’il s’appelle Michel).

**Maylis de Kerangal : A ce stade de la nuit (elle y décline les associations entre les naufragés, le Guépard de Visconti, où joue Burt Lancaster, la filmographie de Lancaster etc.)
« J’ai pensé à la matière silencieuse qui s’échappe des noms, aux fantômes qui y logent… »

 


3 Commentaires

Et danser sa vie… (5)

©Bleufushia

©Bleufushia

Une des grâces de l’enfance, c’est sans doute cette danse permanente, mouvements de bras fugaces et élégants, légèreté rêveuse, art du déséquilibre toujours à la limite de la rupture mais jamais rompu, liberté du geste… que nous, adulte, avons perdus, définitivement lourds et patauds que nous sommes devenus.

Et la plage est un espace où les enfants se permettent toutes les audaces.
J’en ai gravé quelques unes sur ma rétine, et ça a donné cette chorégraphie certes imparfaite, mais l’imperfection n’est que de mon fait.

©Bleufushia

Si vous avez loupé mon autre essai antérieur d’images animées à la plage, vous pouvez vous rattraper en visionnant « Balade en bord de mer », une petite déambulation sans prétention :

https://bleufushia.wordpress.com/2014/11/18/deambulation-1-video/


11 Commentaires

Lettres de vacances (4)

Les hommes de l'eau ©Bleufushia

Les hommes de l’eau
©Bleufushia

Sur la plage, je regarde les gens.
Ils courent sur la bordure mouvante de l’eau (surtout les enfants, je ne sais pas si vous avez remarqué combien les enfants courent au bord de l’eau), font de la gym ou des acrobaties, jouent au ballon, bâtissent des châteaux, s’enduisent de crème, rôtissent, lisent, papotent, s’embrassent, s’ignorent, se sourient, dorment, mangent, s’ennuient, s’amusent, téléphonent,

©Bleufushia

©Bleufushia

…se montrent, téléphonent encore,

©Bleufushia

©Bleufushia

…se baignent, plongent, boivent la tasse, jouent aux raquettes en ratant presque toujours la balle au premier échange, mais en continuant quand même, s’habillent et se déshabillent, engueulent leurs gosses, ou non…
D’autres font des trucs plus décalés.
Par exemple, tricoter par 35 degrés

©Bleufushia

©Bleufushia

… ou marcher sur l’eau (sur des « paddles » – j’aimais mieux quand j’étais gamine, quand on appelait ça des périssoires, et ce simple nom créait un petit frisson d’aventure)
… ou encore pratiquer d’obscures cérémonies à la déesse de la mer

©Bleufushia

©Bleufushia

Et puis il y a les rêveurs, les créatifs, ceux qui ont toujours rêvé de s’exprimer et qui en ont soudain le temps, et une immense feuille à disposition.
Ils ne veulent pas forcément laisser une trace indélébile, juste griffonner quelques mots, tracer des cœurs, écrire leur nom, poser leur empreinte, l’espace d’un instant. Exister, penser, et le dire.

Souvent, ils effacent le message aussitôt écrit, comme s’ils n’avaient fait que dialoguer un bref moment avec la plage. Ou avec eux-mêmes. Et que ça ne concernait qu’eux. Comme si ce qui importait était le tracé, la griffure du sable, le geste plus que le passage à la postérité.

Parmi ceux-là, envers lesquels je ressens comme de la tendresse, il y a
… l’adolescente mélancolique au rimel dégoulinant qui a passé un grand moment solitaire à tracer un message sur le sable pour l’effacer, à peine posé. Nul doute qu’il traitait « des pas des amants désunis que le vent efface sur le sable »

©Bleufushia

©Bleufushia

…le conceptuel, qui dessine le plan d’un château merveilleux au lieu de le construire, et ça lui suffit. Pas besoin de s’épuiser à réaliser ses rêves, il lui suffit de rêver.

©Bleufushia

©Bleufushia

…celui qui clame son amour à sa belle, en l’absence de la belle, mais néanmoins devant témoins.

« Je t’aime, ma princesse »
©Bleufushia

…celle qui, dans le soir couchant, s’écrie « plain de bise » pour un destinataire inconnu, et qui, l’écrivant, fait un pied de nez à Bescherelle

©Bleufushia

©Bleufushia

… ce rebelle (ou ce prof ? ou ce prof rebelle ? ou un défenseur de l’orthographe ?)

Faux ! ©Bleufushia

Faux !
©Bleufushia

…ces deux lycéennes tout juste diplômées dont j’ai entendu seulement la fin de la conversation :
– oh non, ça c’est trop long à écrire, on devrait plutôt écrire qu’on a eu le bac, mais avec les pieds
– pourquoi avec les pieds ?
– c’est juste que j’en ai marre des mains

©Bleufushia

©Bleufushia

Sur la plage, j’aime à regarder les gens.

©Bleufushia


6 Commentaires

La sirène (3)

©Bleufushia

Sirène de sable ©Bleufushia

Elle est là, sur la grève, alanguie face au soleil déclinant.
Dans une pose pas vraiment lascive. Juste allongée, calme.
L’œuvre d’une main adulte : j’ai vu faire, de loin, le jeune homme qui l’a créée, et c’est seulement lorsque la plage s’est vidée que je me suis approchée pour la contempler.
J’ai toujours eu un faible pour les sirènes.
Je me suis éloignée un peu, en la gardant dans mon angle de vue cependant, pendant que moi aussi, je contemplais, avec elle, le soleil qui rougeoyait doucement, là-bas, à l’endroit où un cyprès gracile s’élance entre deux pins parasols.

Un peu plus loin, un groupe s’est installé pour un apéro sur la plage (la grande mode cette année, sans doute une conséquence de la canicule : c’est vers 8 h du soir qu’on arrive enfin à ne plus ruisseler, et le bord de mer, avec la brise douce du soir, c’est bon, juste bon. Et je ne suis pas la seule à ressentir cela).

Les enfants l’ont repérée tout de suite, se sont approchés en chuchotant : une sirène, c’est un peu magique, ce n’est pas comme un château.
Rapidement, ils ont vu la mer qui monte toujours un peu plus et qui menaçait la belle.

©Bleufushia

©Bleufushia

Sans vraiment se concerter avec les autres, un premier a commencé à consolider la frêle barrière de sable qui la séparait des vagues du soir, un autre a continué, et au bout d’un moment, ils étaient tous là à s’occuper de la protection, à prendre soin d’elle.

©Bleufushia

©Bleufushia

Le ballet des va-et-vient a continué un grand moment, et j’ai admiré le sérieux que ces enfants consacraient à leur tâche. Et la façon harmonieuse dont ils collaboraient ensemble, tendus vers un but commun.
Que ce but soit relativement dérisoire ne les arrête nullement : c’est l’action, la solidarité, et l’activité symbolique qui compte.
Et sauver une sirène, ce n’est pas rien !

©Bleufushia

©Bleufushia

Je fréquente des parcs publics, et ai vu souvent jouer mes propres enfants. J’ai souvent été frappée du nombre de disputes, d’éclats, de luttes entre gamins qui émaillent les jeux.
Par contraste, je me fais soudain la réflexion que sur une plage, il est très rare que je sois témoin de ces petites luttes de pouvoir, de disputes, de cris.
Sur la plage, et c’est cela que je contemple à ce moment même et qui me frappe, les petits humains collaborent en douceur, s’absorbent dans des actions souvent communes, dans des créations qui les retiennent de longs moments dans une harmonie de collaboration.

©Bleufushia

©Bleufushia

Je ne sais à quoi c’est dû, peut-être la présence apaisante de la mer.
Je me dis qu’il serait bon que le monde soit une plage.
Je retourne me baigner encore un peu.
Du large, je vois qu’ils ont terminé leur œuvre de protection.
Ils courent un peu sur la grève, s’amusent à autre chose.
A un moment, les adultes se lèvent, rangent les verres et les bouteilles.
Juste avant de partir, sans apparemment se concerter, les enfants sautent sur la sirène et la détruisent, avec la même solidarité qu’ils ont eue dans la protection.

Je me désole intérieurement, elle me plaisait, cette sirène.
Eux non, ils rient, je les entends.
Et je me dis soudain qu’ils sont dans le vrai : pourquoi s’attacher à conserver à tout prix un objet (fut-il presque « humain ») alors qu’il peut vivre aussi bien dans l’imaginaire ?

Finalement, l’important, c’est peut-être uniquement ce qui circule entre les humains.

©Bleufushia