bleu fushia

always blue

L’horizon déraisonne

3 Commentaires

Linea de horizonte (Javier Perez)

Je suis entrée dans l’eau avant le lever du jour, me coulant en brasses lentes vers la limite, encore incertaine dans la lumière naissante, entre ciel et mer. Sans nul doute que je parvienne à m’en approcher avant que le soleil soit au zénith. Mon projet était d’atteindre l’horizon aujourd’hui, ou rien.

Tout en sentant les fluides m’environner avec douceur, me revenait en mémoire – légère incongruité au milieu de ce calme – mon ami R, prof de langue, qui avait proposé à des étudiants d’enrichir leur vocabulaire de l’expression « le bateau cinglait vers le large», inconnue au bataillon pour eux. L’un d’eux s’était discrètement tapoté la tempe – parce que c’était encore une invention à la noix du prof, mais où il allait chercher ces trucs de ouf – et avait dit tout haut qu’il avait entendu parler du bateau ivre, mais jamais de bateau cinglé.

On en avait ri, elle était bien bonne. Lui pas trop, parce que ses étudiants le croyaient de moins en moins, et que ça rendait parfois ses journées éprouvantes.

C’est alors que je me suis rendue compte que l’horizon vers lequel je cinglais, certes à faible allure, penchait vers la gauche. Est-ce que, d’ailleurs, quand on cingle, ça veut dire qu’on avance forcément très vite, comme un cinglé ?

IMG_20180530_194315028_HDR

©Bleufushia

J’ai interrompu ma progression pour le regarder mieux.

Nul doute, la pente était même assez prononcée.

J’ai d’abord cru à une blague, à un mauvais cliché pris sans que le photographe ait stabilisé sa position, mais je ne voyais aucun photographe.

C’est moi qui penche, me suis-je dit. Voilà l’explication. Et dans ce cas-là, comment le savoir ? quel repère puis-je prendre, à part moi-même, pour voir si je suis dans l’axe ?

Et si, dans un instant de distraction, je m’étais mise à faire le poirier sans m’en rendre compte ? Comment être certain qu’on est stable ?

J’ai tourné et retourné ces questions dans ma tête, tandis que l’horizon se fichait de mes interrogations existentielles dans les grandes largeurs. Il demeurait là, immobile, ni trop haut, ni trop bas, juste incliné.

A la réflexion, ce n’était quand même pas si mal. Imaginez s’il avait été effacé !

J’ai continué à nager vers le large, mais le cœur n’y était plus.

Peut-être avais-je affaire à ces fameux mirages froids, ces « fata morgana » dont on m’avait parlé, ceux qui font flotter les bateaux dans le ciel ?

fata morgana

Non et non, ce n’était pas au-dessus, mais la pente qui allait faire couler le ciel dans la mer… Y aurait-il un moment où le ciel serait vide ? de quelle matière était le ciel ?

Je tentais d’y voir clair : l’horizon, je le sais, est une frontière illusoire, un repère stable qui n’est que du vent.  Enfin, du vent… façon de parler, bien sûr.

Comme le temps, qui n’existe pas non plus.

Pourtant, l’horizon, je le scrute depuis que je suis gamine et que je sais voir les choses. Il est toujours au même endroit, et je ne l’ai encore jamais vu à la verticale. On m’aurait trompée ?

J’ai repensé à Sébastien, et à sa théorie selon laquelle les auras seraient internes, et que les imaginer comme externes à notre corps est erroné.

L’horizon serait-il juste une frontière interne ? Mais entre quoi et quoi ? une chose particulière pour chacun de nous ?

Ben_Ligne-horizon_1962

Je me suis secouée. En revenant à ce foutu horizon penché.

Un repère illusoire peut-il être droit ou penché, selon ? qui peut en changer l’axe ?ou se mettre à séparer n’importe quoi de n’importe qui ?

Ma raison s’égarait. Etais-je en train de devenir aussi cinglée qu’un bateau privé de raison ?

En même temps, si l’horizon est illusoire, comment savoir que je vois la même chose qu’une autre personne le regardant à mes côtés au même moment ? L’autre jour, il me souvient que je le voyais rectiligne là où mon amie le voyait courbe. L’illusion, c’est chacun chacun, non ?

Je me suis souvenue d’un article parcouru la semaine dernière, parlant de l’influence des émotions sur la perception de la ligne d’horizon… une émotion – mais laquelle  ?- le faisait souvent flancher vers la gauche. Je m’étais dit que c’était du grand n’importe quoi. C’est vrai, quoi, ils ne savent plus quoi inventer…

IMG_20180716_111303746

Je suis revenue vers la plage. Ai repris le chemin de ma maison. Au dernier passage piétons, j’ai cru dérailler.

A qui, à quoi peut-on donc se fier ?

©Bleufushia

 

Publicités

3 réflexions sur “L’horizon déraisonne

  1. Il n’est peut-être pas si mal, par les temps qui courent, que les gens penchent à gauche……

  2. Toujours ce style léger, décalé, loufoque, ces idées absurdes (est-ce que je suis en train de faire le poirier sans m’en rendre compte ? – je sais que moi, si je devais faire le poirier, je le saurais 😛
    Ça faisait très longtemps que je n’étais pas venue sur ton blog. Je sors la tête d’un trou assez profond.
    Je vais profiter des vacances pour me replonger dans la délectation de la lecture !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s