bleu fushia

always blue

In fine, con fine

Poster un commentaire

10220d861d1edbdb4e7f8fd5e6e4a60e

auto protection

Aujourd’hui, comme trois fois par semaine, je reçois une newsletter (que je n’ai jamais sollicitée, mais qui m’est arrivée toute seule, depuis que je suis considérée comme vieille, du genre « presque bientôt morte ») :

Astuces, recettes et remèdes de nos grands-mères (sic pour la faute d’orthographe).

D’ordinaire, je l’élimine sans la lire. Mais là, la moindre activité comble le vide des espaces infinis. Alors, j’y jette un oeil.

On y trouve des choses d’une brûlante actualité, comme vous allez le voir.

Ainsi le dossier du jour, en pleine crise sanitaire et alors que le pays est quasiment à l’arrêt.

222222

la blouse blanche est, elle, dans l’air du temps

J’avoue que je trouve sympa de nous proposer de quoi penser à autre chose qu’à l’étrange merdier ambiant. Et quoi de mieux que de vaincre la peur de l’avion quand les avions restent au sol, et que la probabilité qu’on en prenne un risque d’être remise aux « calanques grecques » !

Attaquer de plein fouet cette question va sans doute grandement contribuer à calmer nos angoisses du moment, qui oscillent entre la peur de la mort et celle du manque de « Napü ».

C’est comme ça, parce que c’est juste bon de rire un peu, que j’appelle le PQ, conformément à la réponse que donnaient les français, pendant la deuxième guerre mondiale, aux allemands qui leur demandaient du cognac (traduction proposée dans un dictionnaire français-allemand des armées de l’époque). Napü !!

Des histoires de double sens

Je suis toujours fascinée par les mots, leur étymologie, et j’ai été bercée par les leçons constantes de mon enseignant de père, pour qui le pilier de tout savoir résidait dans la connaissance approfondie des racines grecques et latines.

J’avais du mal à comprendre comment un verbe commençant par « con » (=avec), en venait à signifier seul et sans contact avec.

Du coup, n’ayant rien à faire de ma vie, je me suis intéressée à l’origine et au sens du terme confiner.

Pour découvrir que, étrangement, le même verbe signifie deux choses totalement opposées ! (ça ne doit pas être le seul, mais aucun autre ne me vient à l’esprit à la minute)

Le verbe vient de « confins », et des racines « con » (avec) et « finis » (limite).

Je vous la fais rapide (et non exhaustif) :

  • dans un sens, il y a l’idée de la proximité d’une lisière commune entre des choses, des concepts, des personnes, des territoires. Cela signifie : être tout proche de, voisin, ressemblant, qui a des affinités, qui se côtoie.

C’est comme ça qu’Aragon peut parler de « cheveux aux confins de la rousseur », ou Roger Martin du Gard de « tous les voisins du confinage ».

Un certain Amyot évoque même un moment particulier, dans une relation : « quand leurs confins viendraient à se toucher et qu’il n’y aurait plus rien entre eux ».

bioluminescence vancouver

bioluminescence sur l’île de Vancouver, aux confins entre terre et mer

Dans les exemples illustratifs que j’ai trouvés, certains me semblent particulièrement adaptés au moment.

« Cela confine à la folie »

« Il y a des opérations capitalistes qui confinent au vol » (Jaurès)

On ne saurait mieux dire, non ?

« Aux confins entre l’animalité et l’humanité » (quand on voit comment certains peuvent se battre pour un paquet de pâtes, par exemple)

    • dans un second sens, il ne s’agit plus de toucher, mais d’éloigner, de reléguer, d’enfermer, de forcer à rester à l’écart, dans un espace limité, dans lequel même l’air devient « confiné » (dans ces cas-là, on est dans sa carrée, confiné au carré !). Il est alors question de se barricader, de s’isoler, de se limiter, voire de tenter de se contenir (le confinement nucléaire, par exemple, fait partie de cette acception-là.

« Nous allons entrer dans une époque de ténèbres. On ne pensera plus qu’à l’art militaire. On sera très pauvre, très pratique, très borné. Il faudra se confiner chez soi et ne plus rien voir. » (correspondance de Flaubert en 1870)

path of exile

illustration du jeu Path of exile

Je n’ai pas réussi à trouver par quel glissement on a pu passer d’un sens à l’autre (celui de se toucher est le plus ancien des deux).

Le fait de nous confiner, sauf brièvement – en s’étant signé tout seul une autorisation de sortie, comme lorsqu’on taillait le bahut, ce qui devait nous donner une sensation de liberté transgressive – paraît seulement liée à la deuxième de ces connotations.

Sauf qu’il y a en réalité deux poids deux mesures.Et même plus.

Là où certains ne peuvent plus mettre le nez dehors, d’autres sont, de par leur profession, obligés d’être en contact (infirmiers, médecins…) et ce, dans une situation de pénurie hallucinante, qui en fait des soldats sans armes – puisque le champ lexical choisi fait référence à la guerre, dans le but de marquer les esprits, et de faire disparaître les « ennemis de classe ».

Les infirmiers ne sont pas confinés, ni dans un sens ni dans l’autre. Ils sont en situation de servir, de sauver, et priés d’oublier les risques qu’il prennent en faisant cela. Ils n’ont pas le choix, on peut « compter sur eux ».

Il existe des situations, comme les prisons, où les gens sont à la fois confinés et confinés, si j’ose dire. La double peine…

Et il y a une autre partie de la population qu’on envoie au casse-pipe sans raison « objective », et sans problème moral pour les dirigeants, en dehors de tout besoin de la collectivité.

Sans doute pour illustrer le premier sens du verbe : on les confine, nombreux, proches les uns des autres (et sans protection), dans des usines qui produisent pour produire, des choses qui ne servent à rien en ce moment (comme des pneus, par exemple, dans un moment où on n’a pas le droit de se déplacer).

Ces gens-là ont l’obligation absolue (et opposée à celles des « calfeutrés »), et le droit insigne de se fréquenter, de se côtoyer, sans gestes-barrières possibles, dans des lieux où la pandémie a déjà frappé, et pour la gloire éternelle de l’argent.

Mais on s’en fout un peu, en fait. Ce ne sont quand même que des ouvriers.

90162831_232349597945093_4731953198728740864_n

petit jeu perso du jour : une réunion de famille interdite (pas plus de 5), même avec une protection maximale

Alors même qu’un seul mot suffirait pour tout arrêter (sauf nourriture et soins), on les met en danger, en les faisant travailler jusqu’à l’absurde.

Ça me fait penser à cette phrase « si on introduit un couteau dans un film, il faut bien qu’il serve ».

Pas de bol, le mot confiner a deux sens, pourquoi donc se limiter à un ?

Pour finir, j’ai caressé un temps l’idée d’aller m’installer à Confins, dans le Minas Gerais,  pas loin de Vespasiennes (pour le Napü – qui ne peut manquer dans un lieu pareil), mais vu l’air brésilien du moment, je crois que c’est une mauvaise idée.

confins

«Infiniment lointain, terriblement étranger » (Tadeusz Kantor), tel est maintenant tout ce qui se trouve à plus de 200 mètres de notre nombril.

Je me demande, comme beaucoup, ce qu’il en sortira quand on en sortira : y aura-t-il encore un « après à St Germain des Prés » ?

©bleufushia

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s