bleu fushia

always blue

Entre deux feux

Poster un commentaire

IMG_20180529_080959559_HDR

©bleufushia (Ajaccio)

Je vous avais laissé en plan (Cf. Saint Glinglin, prochain arrêt*) sur le flou artistique régnant autour de la notion de senior.

Une petite piqûre de rappel en guise d’intro au propos du jour :

  • Un senior est plus vieux que d’autres plus jeunes, mais on ne peut pas qualifier comme ça un ado par rapport à un bambin. On est toujours le vieux de quelqu’un, mais quand on est senior, ça s’aggrave (au fait, je ne sais pas comment on dit en Espagne : un señor senior ? Et pour une femme? una señora senior ? Mais je m’égare !)

  • La limite inférieure de l’âge où on commence à le considérer comme tellement mûr qu’il est proche du blet est variable : 45 ans pour certains, 55 pour d’autres, ou 60, ou 62 – moment de la retraite, qui est sans cesse reculé – mais avant 70 ans (limite évoquée récemment par notre beau gouvernement, pour choisir entre toucher sa retraite ou accéder aux soins)

  • quand on a « l’âge de ses artères » (expression, vous l’avez remarqué – qui ne s’emploie pas pour toute personne ayant des artères qui la laissent « déjeûner en paix »), on est coincé dans un entre deux mouvant : entre la foule des plus jeunes, qui ne cesse de nous reléguer toujours plus loin, et le statut de personne âgée – « celle qui est proche du décès ».

    « Proche comment » était une des questions qui est restée en suspens.

101940874-burning-man

Burning man

After ze Saint Glinglin : FEU !

Aujourd’hui, je voudrais surfer sur la brûlante actualité du moment : la mort de celui qui voulait qu’on mange des pommes.

Depuis, lui avaient succédé ceux qui préconisent qu’on mange cinq fruits et légumes par jour, sans se préoccuper du fait que tout cela coûte un « pognon de dingue ». A son époque, un seul suffisait encore. Mais ce n’est pas le sujet.

« Ne chantez pas la mort, c’est un sujet morbide** », certes , mais c’est aussi, enfin, un sujet sûr et tangible.

Il y a un avant : la vie ;

un passage ;

après quoi, on est trépassé, mort, clamsé, fini.

C’est clair, et ça a l’avantage de mettre un terme à ce truc mouvant et vaseux des dernières décennies (dans le meilleur des cas) de l’étape précédente.

Quand on est mort, on est mort. Point !

Justement, Chichi (on l’appelait comme ça à mon époque) vient de « mordre la poussière ». On dit ça de ceux qui ne le sont pas encore redevenus. Sans préciser d’où vient la poussière « mordue ». Peut-être, dans ce cas, que Bernadette ne faisait plus beaucoup le ménage ces dernières années. Enfin, d’ici à ce qu’elle se soit solidifiée, quand même !

En s’éteignant, comme la flamme d’une bougie dont la cire a fondu, il relève d’une terminologie nouvelle : il devient « feu » Chichi.

Etonnant paradoxe du langage.

La nouvelle de son décès « met le feu » fort à propos (mais ce n’était pas son propos personnel) enfouissant dans le silence des medias d’autres informations qui auraient dû couvrir un feu plus gênant.

IMG_20180529_082048791_HDR

Effacement (dessinateur non identifié) street art Ajaccio

« Feu », ici, n’a rien à voir avec le feu qui brûle, ni avec les feux qu’on brûle d’ailleurs, ceux qui vous coûtent des points (pas morts, les points).

Dans cet état-là, on ne peut pas dire de Chichi qu’il pète le feu, ni en déduire qu’il va être incinéré, pas plus qu’on ne prétend qu’il soit mort par arme à feu, alors même qu’il vient de passer l’arme à gauche – lui qui était de droite. Ni que l’attendent les flammes de l’enfer. Ni qu’il va rôtir dans le « Chaudron de » de la madame des pièces jaunes.

Non, rien de tout ça !

« Feu » signifie qu’il va émarger dans des délais très brefs, dans les actes notariaux, à l’élégante catégorie des de cujus (en italique et sans majuscule, désignation qui se prononce « dé couillouss », qu’on en ait ou pas), c’est-à-dire, de celui dont on hérite. Sans doute le de cujus date d’un temps où la femme n’avait pas de fortune propre. Et où on n’héritait que du père… Je ne serai jamais UNE de cujus, bien que j’aie des héritiers.

Apparemment, d’après ce que j’ai lu, entre les mouflets qu’il aurait peut-être semés ici ou là, et les légitimes qui ne peuvent pas se blairer, ça peut être chaud bouillant maintenant qu’il est « feu », ça risque de bagarrer sec au sein de la progéniture.

Mais c’est quoi, cette histoire de « feu » ?

Ben, c’est pas simple !

Le feu qui brûle vient du mot latin « focus », qui signifie foyer. Pour autant, je peux « focuser » sur quelque chose, avec mon appareil photo ou mon esprit, sans que les deux se consument.

Le « feu » du mort, lui, a plusieurs étymologies possibles : celle qui fait consensus le fait provenir de « fatutus », lui-même dérivé de fatum, le destin.

Même avec cette étymologie-là, il a connu selon les époques des sens divers, en commençant par celui qui a une mauvaise destinée (mais tous les morts en ont une, qui les fait mal finir, puisqu’ils meurent, et ce, que leur destinée terrestre ait été bonne ou mauvaise), pour se transformer en « celui qui a accompli son destin », plus vague. Ou plus simplement, celui qui fut.

Vague aussi, le genre de l’adjectif qui s’accorde ou pas, selon (feu ma mère, mais ma feue mère). Il a l’air d’être le seul dans son genre.

Mais, encore plus vague, tout le reste.

Jugez-en par vous-mêmes.

Je peux employer « feu » pour désigner quelqu’un qui est mort « depuis peu ».

Quand il est mort depuis « un peu plus longtemps », on doit employer le terme de défunt.

Le temps dont il est question ici est imprécis. Un peu, ou un peu plus, allez, on ne va pas en faire un fromage. Mais quand même, y a du génie à employer des termes différents pour qualifier des trucs relativement pareils.

Ça recommence, comme avec les seniors… au-delà de la limite, le flou continue !

chichi

« Notre maison brûle et nous nous regardons ailleurs » (2002, toujours actuel !)

Feu désigne en tout cas un mort récent.

Si une autre mort advient (dans la famille, ou dans la catégorie – ici, chef d’état), le « feu » devient aussi sec « défunt ». Et pouf, abracadabra !

On peut donc, selon, rester « feu »un temps variable.

Si Giscard cassait sa pipe demain, le « feu » de Chichi partirait en fumée en une seconde. Franchement, ça ne serait pas juste, vous ne trouvez pas ? Les medias ne pourraient même pas profiter de ce « point mort » (stade auquel, dans les entreprises, une affaire devient rentable).

Le temps serait aussi (mais c’est une interprétation qui peut être contestée) lié à la longueur du deuil, qui est elle-même totalement variable : de deux ans pour une femme envers son mari (deuil complet, sauf au bout de 22 mois où elle a le droit de se remettre à boire du thé), il est réduit à à peu près rien pour un mari envers sa femme, et je ne vous dis pas les « normes » qui régissent le rapport à la fratrie disparue, ou au lointain cousin d’Amérique.

En plus, normalement, on emploie « feu » pour désigner quelqu’un qu’on a pu voir, sans que l’on sache maintenant si le contact visuel consiste à l’avoir vu en chair et en os.

Vous avez en tout cas repéré que je peux considérer, moi qui suis cacochyme, Chichi comme feu, parce que je l’ai vu à la téloche (mais sans avoir eu besoin de consulter les archives de l’INA cependant), mais comme il sévissait dans une période que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, les jeunes en sont réduits à ne pas utiliser le terme.

Il peut être feu pour moi, mais pas pour vous.

Et chtoc ! Non mais, qu’il y ait au moins quelques privilèges à être une vieille schnokesse.

Il y a aussi des nuances.

Prenons un pape : si je dis « feu » le pape, cela veut dire qu’aucun pape n’est vivant. Mais dès que le pape disparu a été remplacé, dès qu’un nouveau pape est appelé araignée-quel-drôle-de-nom-pourquoi-pas-libellule-ou-papillon, je me dois de dire illico  « le feu » pape.

Ici, Chichi est donc « le feu » Chichi, puisque ça fait une belle paire de lunettes qu’il est out.

On peut donc être feu sans être feu pour autant. Mais en même temps, pas encore totalement défunt, quoique bien mort.

Ça vous défrise, hein ?

la-petite-danseuse-d-ombre-40x60cm-monch

la petite danseuse d’ombre Monch

En tout cas, le truc sûr, c’est qu’il est clamsé et que la magie du « feu » opère : si on écoute ceux qui parlent dans le poste, il brille de tous les feux positifs possibles. Tout est oublié. Delete… et focus sur l’image idéalisée.

Un dernier truc m’intrigue  : le 2 novembre est le jour des morts, qualification brève qui remplace l’authentique dénomination, plus longue, la « commémoration des fidèles défunts ».

Que deviennent les pistachiers, ce jour-là *** ?

Pour finir en simplifiant le débat tout en l’élevant, je laisse la place à Bouddha himself.

« Il y a, ô brahmane, trois sortes de feux qu’il faut abandonner, qu’il faut éloigner, qu’il faut éviter.

Ce sont le feu de l’avidité, le feu de la haine et le feu de l’illusion. »

Y a du boulot, braves gens.

©bleufushia

* Pour lire Saint Glinglin, prochain arrêt, c’est par là :

https://wordpress.com/post/bleufushia.wordpress.com/3383

** très belle chanson de Jean-Roger Caussimon, chantée aussi par Léo Ferré

*** pistachier, nom donné en provençal aux hommes coureurs, à cause du fruit du pistachier qui aurait des vertus aphrodisiaques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s