bleu fushia

always blue


5 Commentaires

Saint Glinglin, prochain arrêt

Así-se-verían-si-los-superhéroes-y-caricaturas-envejecieran-23

Alexis Solis si les super héros vieillissaient

Début juillet, c’était mon anniversaire.

Un âge un peu à la con. La période où on commence à désirer que les anniversaires n’existent plus.

Un âge très à la con, même, de mon point de vue ! de ceux qui ressemblent à une démarcation abstraite, mais lourde de conséquences, entre l’avant et l’après.

Et ce, en pleine canicule.

J’ai donc fait la grand-mère modèle, je me suis fait arroser par mon petit-fils, pendant qu’il évoquait le moment futur où je serai « très disparue », et la peine que cela lui fera.

Pour le moment, je l’ai rassuré, je ne suis pas encore disposée à être « très disparue » (encore qu’en tant que retraitée, je sois clairement – et normalement au demeurant – disparue des radars professionnels, et reléguée au rang de fardeau et de parasite encombrant pour la société par les politiques, qui ont comme seul avis à mon sujet que je coûte un pognon de dingue pour rien, alors que je pourrais dégager du milieu si j’avais un tant soit peu d’élégance).

Donc, encore là, la vioque, sans être forcément apte à affronter ma « propre contemporanéité » (comme ils disent dans le poste). Ça, je ne lui ai pas dit pour ne pas l’angoisser.

Mais contemporaine de quoi, au juste, à part, vaguement, de moi-même ?

femme-tronche-680x330

auteur non identifié

Michel Serre évoquait à la radio, dans sa dernière interview, juste quelques jours avant sa mort, la disparition de 35000 mots depuis la dernière édition du dictionnaire de l’académie française, et parmi ceux-là, des 93 mots qui permettaient de décrire l’ensemble et les détails de la façade de Notre-Dame. En expliquant comment ce qu’on ne peut plus nommer perd d’abord de sa réalité, puis de son existence. Pour Notre-Dame, quelque chose de presque pire qu’un incendie.

Ça m’a fait penser à cette vieille maison auprès de laquelle je suis passée maintes fois. Sur le mur, l’inscription « rayon de soleil » est devenue « rayon de so », « rayon de », « rayo », avant de disparaître complètement, et de laisser la place, instantanément, à du neuf, comme si la disparition du nom seule avait fait s’évanouir la maison.

En fait, je rentre dans un âge qui n’est pas bien défini, ni même clairement nommé, qui n’a pas un statut précis, où on est relégué en dehors des cadres, de la vie et des clous (mais, les clous, je sais pourquoi, un pote m’a dit que j’étais toujours hors des clous, cause que j’étais pas fakiresse, ceci expliquant cela)…

En cherchant à quelle catégorie je suis censée émarger maintenant, je suis tombée sur un os. Personne n’est d’accord sur les mots, justement.
Je suis façade de cathédrale !!!

0e93aebb27d743c30c006ebfa837bfb3

Je me suis documentée, assez fascinée : je ferais désormais, paraît-il, dans la seniorescence. Bigre, bougre et cancrelas ! Quelque chose de la fluorescence, sans le fluo, quoi ! Même pas de quoi scintiller dans le noir.
Genre truc qui en impose, mais non…

« Ne qualifions pas d’âgée une personne avant que son décès ne soit proche », dit cependant un monsieur précautionneux dont j’ai zappé le nom.

Ouf ! D’accord, mon gars. Est-ce que c’est la personne elle-même qui se qualifie toute seule d’âgée ? Ou sinon, comment on détermine la chose, sans avoir l’air pousse-au-crime et prédateur d’héritage ? Et combien de temps avant le décès le stade de vieillitude se déclenche-t-il ? un jour ? une semaine ? un mois ? un peu de précision, que diable ! Est-ce que l’âge du décès a un rapport avec l’âgitude ?

rrrr

Bon, procédons par ordre : je ne suis plus la « ménagère de plus de cinquante ans » (bien que j’aie toujours plus de 50 ans – mais cesse-t-on d’être ménagère, même quand on ne l’a pas été ?), pas une « vermeille », qui n’existe plus (c’est dommage, c’était bien, un nom de métal précieux – « merveille, un réveil vermeil ! ») et plus totalement une « silver » (les vieux aux tempes blanchies qui ont encore des pépettes, cibles de la silver économie), ni une senior – alors que, pourtant, dans « seniOR, il y a de l’or ». Et puis, senior voulant dire plus vieux, se pose tout de suite la lancinante question : plus vieux que qui ? J’hésite aussi entre le troisième et le quatrième âge (selon qui classifie ; certains mettent le début de la senioritad à 45 ans !) sans être non plus une « personne intemporelle », nouvelle catégorie assez pratique pour désigner un no man’sland de rien du tout après l’âge où l’on est exploitable. Je suis mûre, mais pas encore totalement blette.

blog

blog de togram

Quelque part, perdue entre la trottinette et le déambulateur. Juste avant le monte-charge dans l’escalier. Une à qui on laisse la place dans le bus, en tout cas. Une dont le corps commence à être « élastiquement rigide ». Et qui a du mal à « réorganiser ses journées », la pauvre.

L’être que j’ai été, qui s’est façonné au cours des années, de l’expérience, du travail sur soi, paraît émarger maintenant aux abonnés absents, au profit d’un truc zarbi. Je suis « inactive », « retraitée » et j’en passe.

Juste plus du tout ce que j’étais, par un tour de passe-passe en traître : une date fatale et hop, dans la fosse !

Que du bon, bien positif, bien réjouissant…

Pourtant, j’ai été win win, et plutôt « street qu’antique » (une question que me pose ce jour le magazine que je feuillette mollement – pas quantique pour un sou), et si je vais vers la stase et le has-been, c’est avec le souvenir encore présent de la mobilité.

Et comme disait l’autre, je ne suis pas vieille, je suis expérimentée.

Ha ha !

deab bradshaw golden years

Deab bradshaw « golden years »

Ce fameux jour d’anniversaire, les réseaux sociaux ciblés m’ont abreuvée de publicités ciblées. D’infos, d’articles : j’aurais voulu ignorer dans quel état j’erre, que ça aurait été impossible. Y en a de plus en plus, de ces pubs qui vous traquent, jusqu’à la gerbe !

Je me demande qui finance cet acharnement à mettre l’internaute devant sa réalité, bien dans la case qui lui correspond. Qu’est-ce qu’ils y gagnent, à « désespérer Billancourt » ?

Deux m’ont marquée : la première me suggérait d’acheter un bracelet électronique pour que mes proches puissent me localiser. A mon âge, c’est clair que je candidate directos à Allzheimer ! Et que ce serait bien aimable à moi de faciliter la vie des générations suivantes (je vous passe le pré-paiement de mon cercueil)

marc denton

marc denton

La deuxième me signalait qu’il fallait dare-dare que je passe aux « oldmojies ».
Un oldmojie, vous ne savez pas ce que c’est ? ben, trop fastoche, un émojie pour vioques. Et que j’abandonne les émojies à ceux pour qui ils sont vraiment faits. Que j’arrête de vouloir paraître jeune, et que j’assume à donf mon statut de pré-disparue.

Un coup du double effet kisscoolLol

T’es vieux, mais tu gagnes des oldmojies rien que pour toi, pour compenser l’effet psychologique désastreux de la carte senior, c’est trop sbop !

Et en plus, tu participes dru au combat contre l’âgisme (c’est comme ça qu’on appelle ceux qui sont racisses contre les cheveux blancs !), de l’intérieur de la place.

vieille 4

Je suis allée voir, et y a un truc qui m’interpelle « au niveau du vécu » (expression de ma jeunesse de baby boomeuse : on disait même, en rigolant, « au niveau de mon vrai cul »), c’est que l’émojie, c’est essentiellement une tête sans corps, alors que l’old montre des corps avachis, en plus de tronches séniles, et d’activités à la noix de coco… pour mieux qu’on cerne la décomposition en marche.

vieille 9

Bref, si je ris, faut que je mette une vieille décrépie en train de ricaner. Si je pleure, je tricote sur un fauteuil roulant. Et si je suis combattive, je me déguise en wonder woman ridicule, qui ne ferait même pas peur à une mouche.

C’est un truc aussi à la con que mon âge, parce que moi, quand je rigole, j’ai définitivement 12 ans, et un corps prépubère qui se trémousse à la faveur des vagues que le rire propage en moi.

Et je me continuerai à me bidonner avec un déambulateur comme si j’étais restée fixée à cet âge-là.

A 12 ans pour le rire, à 15 ans pour les rêves, à 3 ans pour les terreurs, à 7 ans pour la curiosité, à 6 ans pour la fantaisie, à un an pour l’équilibre et l’audace, à 16 ans pour l’anarchisme, à 20 ans pour la tendresse, à 10 ans pour les gros mots, à toujours pour l’irrévérence et la révolte…

Et je rigolerai avec les copines. Comme des gamines. Jusqu’à la fin, à la barbe des cul-cousus.

17efb87133d34e5fc0a972a21dbdc8ac

Et, je le dis là solennellement, là, juste là, et devant témoins, désormais, j’emmerde copieusement ma date de naissance.

Qu’elle aille se faire voir dans l’enfer des gens bien comme il faut ! 😊

©bleufushia


2 Commentaires

Jubilation (41)

cette-oeuvre-actuellement-exposee-a-la-galerie-perrotin-met-en-scene-la-figure-d-un-elephant-en-levitation-au-dessus-du-sol-photo-daniel-firman_91218_wide

Daniel Firmant

Ce n’est pas la campagne de Russie, mais…

… me voilà à l’heure de la retraite.

Pas encore devant l’entrée de la maison du même nom, mais tout est une question de temps…
C’est très étrange, parce que j’ai encore 18 ans, je le sais, mais c’est là.

Je n’aime pas ce mot, qui a des relents d’obscure capitulation, ou de couvent, et la différence entre prendre sa retraite et battre en retraite me paraît ténue.

 A ce propos, j’ai, en fait, déjà battu en retraite en octobre dernier, et ai passé ma dernière année professionnelle à l’arrêt (pas aux arrêts, je vous rassure). Ce qui me fait rire est que je viens juste de recevoir mon avis de notation annuel. Cette année, le commentaire me laisse aussi rêveuse que ne l’avait fait celui de l’an dernier (mais pour d’autres raisons). Finies, la constance* et la sérénité**.

« Madame Machin a été très investie dans son travail cette année. »

Oui, vous lisez bien. L’investissement dans l’absence, c’est-y-pas merveilleux ! ma vie est un oxymore !
A la lumière de cette appréciation, je me demande si je n’en faisais pas un peu trop les années précédentes, finalement. Parce que surinvestie, c’est presque une critique, non ?

Mais je reviens à mes moutons.

Il y a dans la retraite un mouvement en arrière : on se retire, on s’isole, on cède du terrain devant l’adversaire, on abandonne le champ de batailles. C’est fini, on n’ira plus de l’avant, fier et droit, on ne participera plus à l’effort de construction de la riante société de demain (pour le moment, plutôt à l’état de ruine fumante).

Non, on est sur la voie du hors champ, de la disparition,  de l’effacement progressif.
C’est moyen, vous ne trouvez pas, comme projet de vie ?

l'hermite tarot dess visconti sforza

L’hermite (tarot des Visconti-Sforza)

Jubilons, jubilez !

Finalement, j’ai eu une idée, je vais me faire naturaliser espagnole.

Parce que eux « jubilent », au lieu de se carapater en catimini (rien à voir, mais vous saviez, vous, que l’origine du mot catimini serait le mot grec  katamênia – les menstrues-, qu’a priori, on cache, œuf corse).

Plus de menstrues à la retraite, la jouvence est finie, ce qui n’empêche pas de se jouer le film« Catimini-le retour» !).

J’ai donc décidé (vous êtes les premiers à qui je le dis) d’être une jubileuse.

Celle qui pousse des cris de joie : yep yep yep ! en dansant la danse du scalp au lieu de se morfondre.

Les mots, quand même, c’est chouette ! vous en changez un seul, et d’un coup la vie se colore autrement.

Pour commencer, les cahiers au feu, et la maîtresse au milieu ! hop, fini le boulot ! « Il envoie tout dans le plafond… ça pleut les papelards, les dossiers… Une fois… deux fois… il recommence ! Toujours poussant des hurlements ! des joyeux !… Il est jubileur ! (Céline, Mort à crédit)

Disparaît la fonction, reste l’individu, dans son ébouriffante virginité (euh, t’en fais pas un peu trop, là ?).

Et puis, si on fête mon jubilé, j’en ai encore au moins pour 50 piges devant moi.
Et quitte à flirter avec le vocabulaire catho, je préfère un bon jubilé [l’année de la rémission de tous mes péchés (champagne !) – et même des peines pour les péchés]  à la retraite au fond d’une cellule.
Qu’on se le dise.

Xylolalie (et lalalère)

Une fois ma carrière partie en fumée, je me suis mise, toujours sur le mode sioux, à éplucher la prose institutionnelle des derniers mois, histoire d’eraser grave ma BAL, et du passé de faire table ra-a-ase.
Avant de tout foutre en l’air, j’en ai prélevé pour vous quelques menus échantillons, qui me semblent faire sens (comme dit l’autre).
Ça faisait un moment que je n’avais pas jeté un œil sur la prose de la « gouvernance ».

En quelques mois, les chefs (qu’il est bon, mais bon, qu’ils ne soient plus les miens, ceux-là !) se sont mis à parler bizarrement.

922olHjw3r12Tsun1F6qvXqdiQ4

Plonk et Replonk

Ce n’est même plus de la langue de bois (ou alors, de l’aggloméré), ni de la novlangue, c’est un truc qui ne ressemble à rien. Vous rajouterez par là-dessus une petite réforme de l’orthographe, et on va finir par se demander vraiment où et dans quel état on erre.
Jugez-en par vous-mêmes (ce sont les premiers qui me tombaient sous les yeux).

-« Je vous invite à vous rendre à la réunion de  présentation de la cinématique des déménagements » (il est à quelle heure, le film à la cinématique ?)

-« Interviendront la société Melaudix (en sous-sol) et la société Déméninge (parce qu’on est quand même dans une fac, faut pas oublier !) en charge de l’ingénierie de déménagement.»

-« La DEPIL a procédé à une modification du mode opératoire d’affranchissement sur l’ensemble des campus, l’objectif principal étant d’assurer un reporting précis des dépenses » (…et par un prompt renforting, nous nous vîmes trois mille en arrivant Topor)

-« Nous demandons aux agents qui n’ont pas pu accéder au campus XXX lors des 2 journées de blocus (20 et 28/04) de poser un jour de congé » (on serait pas dans un monde un tout petit peu libéral, par hasard ?).

Je pourrais continuer ainsi sans problème : tout est à l’avenant. Mais la dernière citation m’amène dans le vif du sujet. La contrainte, l’irrespect, la manipulation, les changements subreptices mais cependant brutaux de règles, bref, le monde capitaliste comme il est, juste à vomir.

Capture

Gabin dans Mélodie en sous-sol

Vous reprendrez bien un peu de censure (potinons quelques petits potins)

Plus l’université-entreprise prend son rythme, et plus elle laisse voir sa vraie nature. Elle ne la cache pas, au demeurant : quand on a les pleins pouvoirs, on aurait tort de se gêner.

Cette année, il y a eu des élections internes, pour le renouvellement de la gouvernance. La continuité sans changement, malgré la majorité des suffrages obtenus par les opposants à l’équipe en place, qui laissait entrevoir la possibilité d’un changement de têtes et de programme.

Un tour de passe-passe, et le tour était joué : le vote des personnalités extérieures triées sur le volet a emporté le morceau (par exemple, la candidature de Guédiguian a été refusée : trop « pas dans l’axe » ! d’autres ont été invalidées après terme, pour manque de pièces… non demandées dans le dossier), après des incidents de parcours en tout genre.

Parmi ceux-là, l’histoire de la déclaration de foi pour être candidat, dont les chefs avaient fixé le nombre de mots précis qu’elle devait contenir. La liste d’opposition a déposé une déclaration en bonne et due forme, dont les deux derniers mots (et pas des moindres : « la démocratie ») ont étrangement disparu du mail transmis… c’est balot, mince, pas conforme, pas de déclaration… pas de bras, pas de chocolat !
Mais il y a aussi l’histoire des listes de diffusion sur la messagerie interne.

J’ai connu l’époque où, sur la messagerie, il y avait une liste sur laquelle se trouvaient tous les personnels de la fac, tout site confondu (l’université était déjà répartie en différents bâtiments dans des villes différentes).

On voulait passer une annonce, donner son avis, conseiller un lien, annoncer une réunion, une manif, une pétition, pousser un coup de gueule, et j’en passe, on allait sur « all-users » (déjà de l’anglais… une amie avait détourné cette dénomination, au moment où nous avons perdu le combat contre la loi d’autonomie des universités en parlant de la liste « all-loosers »), on tapait son message, et une seconde après, tout le monde y avait accès. Pas de modérateur, pas d’embrouille, et pas de censure (même s’il me revient un épisode où un vice-président assez lourdingue nous abreuvait quotidiennement d’une prose indigeste, et d’articles de torchons de droite réécrivant la réalité… et qu’on était un certain nombre à espérer qu’il se taise enfin, ou à vouloir l’expédier en spam – mais cette fonction n’existait pas non plus sur la messagerie),  
Puis la modernité est arrivée, et avec elle, la fusion des universités en une seule usine à gaz, qui s’est dotée d’une messagerie à l’image de sa grandeur, de son excellence, et de son extrême modernité.

amu

Audacieux (un bel exemple de comm de ma boîte)

(oh, c’est beau, ça me fait vibrer…)

Désormais, les seuls qui ont accès à l’écriture sur la liste « all-users », ce sont les chefs. Même les syndicats ayant pignon sur rue n’ont pas obtenu la possibilité d’utiliser cette liste. Faudrait quand même qu’ils arrêtent de vouloir nous abreuver de leur prose inutile…

Depuis deux ans, il en est ainsi.

Parallèlement à cela, l’université s’est dotée d’un service de communication qui pilote tout, et livre aux foules en délire une image policée et idéale d’elle-même. L’ouverture de ce service a fait mettre à la casse l’ancienne « Télé campus », dans laquelle des étudiants (indépendants) donnaient à voir des enquêtes, des points de vue, des réflexions issues des centres de recherche… A la place, des annonces de cérémonies pour fêter des accords commerciaux avec le monde de l’entreprise, des auto congratulations sur notre degré mondial d’excellence. Du positif, du « qui va de l’avant ». Du correctement moderne.

Cela ramène à ma mémoire un souvenir ancien (c’est juste parce que j’ai mauvais esprit, faites excuse !).
Juste après la chute de Ceausescu, j’ai fait partie d’un petit groupe de directeurs de départements qui a reçu une délégation des nouveaux ministres roumains, venus demander conseil. Parmi eux, le ministre de la « communication et de la propagande », dénomination double qui m’avait presque autant étonnée qu’un des critères de notation des profs de collège (autorité et rayonnement – on continue à nager dans l’oxymore).

Lors du dernier comité technique, il a été posé à notre Magnifique Gouvernant la question suivante : « êtes-vous d’accord pour créer une liste de diffusion ouverte permettant l’expression libre des personnels ? »
Réponse du Président :
« Cette question a suscité une réflexion de la gouvernance et de la direction. Compte tenu de ce qui s’est passé au cours des dernières semaines, les listes de diffusion ouvertes ne semblent pas adaptées. Il faut encore réfléchir pour trouver des moyens plus adaptés d’expression et de création de lien social entre les personnes. »

bruit_de_bottes

 Je suis, personnellement, un peu étonnée qu’il soit encore question de « création de lien social » dans une entreprise dans laquelle on n’a plus que des contacts virtuels avec des machines (Mathieu vous raconterait mieux que moi la saga du « ticket » qu’on envoie à l’aveugle dans le cyber espace – mais non, y a pas d’aveugle, c’est l’envoi qui part on ne sait où et dont on ne sait ni où il aboutit, ni s’il aboutit). Où tous les lieux de rencontres ont été supprimés…

En tout cas, à cause de l’absence de « moyen adapté », l’équipe des opposants, qui rédige depuis les élections une excellente Gazette, drôle et bien informée, est, par exemple, interdite de diffusion par la voie interne (avoir voulu faire savoir la réalité de cette censure c’est à ça que notre Merveilleux Gouvernant fait allusion plus haut)..

Cela dit, si vous voulez un avis avisé de spécialiste (je suis quand même musicienne/dinosaure, vous pouvez vous en référer aux épisodes précédents, si vous avez le moindre doute à ce sujet), je vous dirai que finalement, il a raison, le MG : trop de pensée divergente crée certainement de la dissonance cognitive.

Je ne suis pas adepte de la polyphonie, vite synonyme de cacophonie, et je trouve finalement reposant qu’on n’entende qu’un seul et unique son de cloche.

Dans les choses que je trouve bonnes aussi, à la réflexion (quoi, j’ai changé d’avis par rapport à ma position antérieure ?), c’est l’histoire du département de philo (un repaire de mal pensants) à qui on a interdit de procéder à des élections, prétextant que « certains enseignants se seraient plaints de souffrance au travail « . Malgré leurs protestations, un administrateur extérieur a été nommé.
Circulez.

Y en a pas un qui parlait du silence des pantoufles pire que le bruit des bottes ?

La retraite ne me sauvera pas de la lente mais irrésistible ascension de cette forme de totalitarisme (dans un lieu où on ne pense pas, a priori, que cela puisse advenir), elle m’en éloignera seulement, en me dispensant désormais, dans ce lieu-là du moins, de l’épuisement d’une lutte sans merci et sans issue.  Je reste empathique avec les collègues et néanmoins amis contraints de durer dans cette galère.
Pour ce qui est de moi, vaut vraiment mieux que j’aille jubiler ailleurs, mon humeur s’en trouvera certainement adoucie.

demon harvey landart

Demon Harvey (land art)

Pour m’adoucir encore plus, il me reste le souvenir de tous les moments d’humanité partagée avec les étudiants, dans un aller-retour permanent, la richesse du contact confiant et du chemin mené ensemble, la gratitude de certains qui ont avancé plus qu’ils ne l’espéraient, le bonheur toujours renouvelé de la conduite de relations maïeutiques, le pétillement des rires émaillant le sérieux du propos et de la tâche… et la mémoire souriante que je garde, précisément, de beaucoup d’entre eux, de leurs histoires, de leurs doutes, de leurs désirs.

Et la conscience d’avoir fait ma part.
A côté de ça,  l’institution qui a perdu toute âme en la vendant aux pouvoirs abusifs et au fric, ça a finalement une bien sale gueule.

©Bleufushia

Pour tout savoir sur ma constance et ma sérénité

* https://bleufushia.wordpress.com/2015/12/31/moi-jmen-balance-37/

** https://bleufushia.wordpress.com/2015/12/27/serenitude-absolue-36/