bleu fushia

always blue


6 Commentaires

Stone… le monde est stone

brian romero fubar

Brian Romero : FUBAR

Où Lili Ze Prof affirme ne pas consommer de trucs illicites, mais ça lui fait pareil…

De plus en plus souvent, j’ai la sensation étrange d’un léger décalage avec mes semblables.
Ça a commencé il y a un petit moment, et ça ne se calme pas.
Comme si je n’étais pas exactement dans la même galaxie que certains d’entre eux.
Je me demande où je suis, je doute, je ne sais plus dans quel état j’erre (même si, comme l’écrivait un fin lettré croisé sur le net, je suis encore «dans l’éparage»)

Un peu dans l’état où était, peut-être, cet étudiant lorsqu’il évoquait dans sa copie d’examen la «contrebasse lassive qui était mise en ex-herbe» dans la musique que je lui demandais d’analyser.
Voilà, je suis comme un qui aurait fumoté une «lassiveuse» entière d’herbes périmées sur fond de contrebasse mollement érotique. Vous imaginez ? chez moi, ça donne ça… Trop strange, non ?

Darja.M.Osenina

Darja M. Osenina

En fait, cette sensation naît dans des moments où, tout d’un coup, je ne comprends plus rien de rien au cinoche qui m’environne. Des moments où tout est bizarre, où les gens s’intéressent à des choses qui me paraissent complètement absurdes, où je lis des choses que je ne saisis pas (tiens, comme ce matin en allumant l’ordi: «Mozilla soutient les héros du web»… mais de quoi on cause, là ?)

Vous allez comprendre

Je vous donne un exemple.
Je déjeune à la cantoche du boulot, je suis seule, et, coincée entre deux tables de collègues (des profs d’université, quand même !), je prête une attention un peu vague aux conversations.

A l’une d’elle, des spécimens mâles échangent avec le plus grand sérieux sur la façon dont ils pourraient faire fortune. J’entends au passage : « tu es ridicule, c’est total mort pour investir sur la côte croate ».
(merdum, moi qui y pensais justement !)

A l’autre, un groupe de femmes : la conversation a l’air, au ton employé, d’une importance capitale. Au bout d’un moment, je capte qu’il s’agit de la façon de faire un choix judicieux pour acheter une robe pour un baptême : chacune a des arguments opposés aux arguments des autres, les défend avec une certaine âpreté, et la conversation dure trois quart d’heures sur le sujet. 45 minutes !!! La conclusion est commune, il s’agit de ne pas avoir peur d’afficher «un look totalement rupturiste».
Cool ! Zyva !

Capture10

Comamina Mucciolo

Je sais bien que la pause déjeuner, ça sert à relâcher, mais quand le monde s’effondre (la liste est longue des vraies préoccupations que l’on pourrait avoir), et qu’on est tous FUBAR de chez FUBAR (si si, vous aussi, vous êtes sur le même bateau, on est tous «Fucked Up Beyond Any Repair»), je trouve ça plus que bizarre d’avoir des collègues qui pensent à investir sur la côte croate. Ou qui croient que le baptême, ça va être un vaccin efficace prémunir le gamin de cette société de grands prédateurs !

Avant, le décalage était surtout net par rapport aux étudiants . Vous pourriez me dire que c’est plus normal, à cause de la différence de générations.
[Cela dit, j’ai toujours ressenti cela comme assez illogique : en fait, je n’ai jamais cessé d’avoir 20 ans, j’en ai l’intime conviction, même si tout se ligue contre moi pour vous conduire à penser le contraire.]
Maintenant, c’est un peu par rapport à tout. Sans doute que je ne suis vraiment plus dans aucun moove.

hanoi

…un peu larguée (photo Libé : inondation à Hanoï)

Le temps est quand même un drôle de truc. Je sais pertinemment qu’il passe, mais rien n’est affaire de logique, dans cette affaire-là.

Sa Roseté (ou l’art de se poser de vraies questions)
Si vous aussi, vous ressentez la même chose que moi, et que le tangage nauséeux de l’univers vous fatigue, que vous aspirez à un peu de certitude rassurante dans un monde mouvant, je crois que j’ai trouvé un truc hyper logique, qui me fait le plus grand bien.

Depuis, je me sens, vraiment, nettement mieux.
Alors, je partage (ne me remerciez pas, je pense que vous feriez la même chose si vous aviez découvert un remède à vos maux intimes).

Il s’agit de la LRI.
Et, croyez-moi, c’est du lourd !
Comment, vous n’en avez JAMAIS ENTENDU PARLER ???
LRI pour Licorne Rose Invisible (à ne surtout pas confondre avec le TFPM – Très Furtif Pégase Marron – né d’un schisme et très peu crédible).

Ce qui me plaît, déjà, c’est le caractère implacable du raisonnement.
« La croyance dans la licorne rose invisible est fondée sur la logique et sur la foi. Nous croyons qu’elle est rose, mais, de façon logique, nous savons qu’elle est invisible » (Steve Eley).
Ah, ça vous en bouche une superficie, hein ?

Tout de suite, je vous vois venir avec vos critiques : si elle est invisible, comment savoir sans se tromper qu’elle est rose ? on a une photo d’elle ?
Ben, certains ont essayé de la photographier, mais les clichés sont bien décevants, ce qui conforte les croyants dans leur adhésion à cette figure merveilleuse. Imaginez une seconde qu’on ait vu quelque chose sur le polaroïd ! la cata !
Enfin, je ne devrais pas le dire, parce que c’est un peu sacrilège, sans doute, mais moi, je l’imagine comme ça !

icelandic memories michela picchi

Islandic memories (Michela Picci)

Les adorateurs de la LRI, dont je fais maintenant partie, disent qu’ils ont senti la présence de la licorne dans différentes circonstances.
« J’ai senti sa Présence, et elle était rose et en forme de licorne ».
Ecco et oualà !

Sinon, une façon infaillible de recueillir une preuve scientifique consiste à faire une lessive en mélangeant du linge blanc avec du rouge : si vous voyez du rose à la sortie, c’est qu’elle est là, pas loin ! Vous pouvez en être encore plus certains s’il ne vous reste qu’une seule chaussette sur une paire : la Licorne Rose est, en effet, associée au Mystère des Chaussettes Perdues.

Certains sont certains qu’elle avait des origines coréennes, à cause de la découverte récente (en 2012) et incontestée d’une authentique caverne de licorne.

Dans cette caverne, on a en effet trouvé des reliefs de pizza à l’ananas, qui est, c’est bien connu, l’aliment de base de la LRI, avec le pain aux raisins (symbole évident de l’univers en expansion).
Maintenant que je l’ai découverte, je vais continuer à l’honorer jour après jour, surtout depuis que je sais que «les hérétiques seront jetés dans le Grand Tas de Crottin, où ses nains sacrés leur dévoreront les rotules pour l’éternité ».

Bigre, vous conviendrez que ça fout les jetons un max.
Allons, amis, chantons ensemble : « Que Bénis Soient Ses Saints Sabots » !
Ah, vous voyez que, vous aussi, vous vous sentez mieux ?

rotsakura2007

Détendez-vous ! Ayez confiance ! Le monde est rose et calme…

©Bleufushia

Je vous avais annoncé dans le billet
https://bleufushia.wordpress.com/2015/11/01/le-monde-est-rose/
des articles sur les licornes et en voilà un premier.

La LRI est la déesse d’une parodie de religion développée vers 1995 par des étudiants de l’Iowa, qui prétendaient avoir trouvé un manifeste (perdu, bien sûr) évoquant une religion ancienne fondée sur une multitude de LRI. Ils ont développé autour de ce culte parodique une multitude de personnages, comme l’Huître Violette de la Damnation, qui, au départ, aurait été au service de la licorne avant d’en être chassé, et de devenir une sorte de diable dans le système.

Si vous voulez être super calés sur le sujet, l’article wikipedia est assez complet.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Licorne_rose_invisible

Publicités


2 Commentaires

Mais qui est donc Gunther ?

subway-underground_00402735

subway

Ce qu’on sait de lui, c’est qu’il n’est pas allemand, contrairement à la piste qu’on aimerait sans doute nous faire suivre.
Ou pas plus allemand qu’à l’époque où on était « tous des juifs allemands »… je ne sais pas si vous avez l’âge de vous en souvenir, c’était une époque de pavés qui volaient par-dessus des barricades, dans toute la magie hélas très fugace des possibles, une époque d’utopies dansantes.
C’est marrant, la mémoire ! cet antécédent des « on est machin, ou encore chose » qui fleurissent aujourd’hui vient juste de me revenir, sans doute parce que, dans un plan bref d’une série télé, j’ai aperçu hier soir la tête incongrue de Dany, juste le temps de le reconnaître et de me demander ce qu’il faisait là. Je me demande d’ailleurs s’il y a eu des antécédents à l’antécédent, mais sans avoir la réponse. Donc, je reviens à mes moutons, qui n’en sont pas, vous allez le voir.

mai-68-copie-2

Si on insiste pour savoir qui est exactement Gunther auprès de ceux qui sont au courant de l’affaire, ils répondent en rigolant que c’est un chien, mais que ça pourrait être n’importe quoi d’autre. Et que, d’ailleurs, on s’en fout, la question n’est pas là.
Quelle est donc la question, on ne va sans doute pas le savoir aussi facilement que ça.
A l’origine, rajoute la voix rigolarde, Gunther n’était pas seul, il y avait aussi Unter, l’alter ego de Gunther.
Unter, ça veut bien dire « dessous », j’ai appris l’allemand, moi, monsieur, et si je veux bien, à la limite, croire à l’existence d’un chien qui s’appelle Gunther, un qui s’appelle « dessous », on ne me la fait pas !
L’homme rajoute que, lorsqu’on appelle les deux chiens, il arrive qu’on crie : Ugévéka (UGWK). A cause du fait que leur propriétaire tient, mais l’hiver seulement, une taverne (Unter & Gunther Winter Kneipe)
Mais parfois on les nomme également UX.
Moi, j’ai vu un dessin les représentant, et franchement, on dirait plutôt des rats, non ?

Capture
Je n’y comprends rien, mais, à ce stade-là, je commence à me demander sérieusement qui peut bien se cacher « sous » Gunther ?

L’homme qui parle n’est pas le propriétaire des chiens, ou du moins, on n’en est pas certain, pas plus que de son nom à lui, qu’il consent à nous donner, comme un os à mordre. Il s’appellerait Lazar Kunstmann, ce qui sent son pseudo à plein nez. L’Artiste, voyez-vous ça ! Et la façon dont il parle le français ne laisse pas vraiment de doute : cet homme n’est pas allemand, non, non, l’Allemagne, c’est une fausse piste.
Si on lui demande qui, à la fin, est ce fameux Gunther, il répond en riant que c’est bien un chien (« mais je viens de vous expliquer que c’est un chien ! »), mais pas rien qu’un chien.
Il précise que ce n’est pas un homme non plus, bien que, par ailleurs, l’hypothèse ne soit pas totalement absurde.
Vous ne comprenez pas ?

Si, je pige qu’on a sans doute affaire à une fucking race de chiens mutants de l’occident pourri !

Not at all, précise Lazar, en souriant, pas plus de chien mutant que de mexicaine perforée.
Je ne vois pas de quoi il parle avec sa mexicaine, sinon qu’il essaie de m’égarer dans l’espace – si le Mexique était l’occident, ça se saurait ! -, mais je commence à comprendre que sous Gunther (un peu de la même façon étrange que sous les pavés, il y avait la plage) ce n’est pas d’un homme, mais de plusieurs qu’il s’agit, et même sans doute des femmes, et peut-être des enfants.

24522478-Cr-ne-de-sucre-mexique-jour-de-mort-Vector-Illustration-Banque-d'images

Mais pourquoi je vous raconte que Gunther est fameux, alors que son propos est de ne l’être pas ?
Ce n’est pas Gunther, vous l’avez bien compris, mais bien ceux qui se cachent sous Gunther qui sont remarquables, même s’ils se planquent.
Et si je vous en parle, c’est parce qu’ils me plaisent, ces gens-là. J’aime leur discrétion, leur passion, leur humilité, la voie qu’ils tracent hors des chemins balisés.

Leur existence a été connue du public, parce qu’il ne pouvait pas en être autrement.
Ça faisait à l’époque plus de 20 ans qu’ils oeuvraient dans la clandestinité la plus totale. Ils sont en effet une section volontairement invisible d’un mouvement d’expérimentateurs urbains : ils se chargent, à leurs propres frais, de restauration du patrimoine parisien intra-muros. Ils s’intéressent aux lieux urbains délaissés.
Et tout d’un coup, on leur a fait un procès plutôt surréaliste.

Un vrai procès ?
Oui, tout à fait.

Ils ont restauré l’horloge monumentale du Panthéon, avant qu’elle ne soit définitivement fichue, ce qui ne paraît pas de nature à les conduire devant la justice.
Mais ils ont pénétré dans un bâtiment public, déjoué la surveillance, installé un atelier clandestin, des bureaux, une bibliothèque, et travaillé pendant une année complète sur le projet, sans que jamais personne ne soupçonne leur existence.
On les a repérés, parce que l’horloge, pour fonctionner, demandait à être remontée une fois par semaine. Ils ont hésité, puis signalé à l’administrateur du monument qu’elle était désormais en état de marche.
Ils ont été accusés de restauration clandestine d’un monument public, et relaxés… parce que ce chef d’inculpation n’existe pas.

ug6

le coin bibliothèque des UG au Panthéon

La suite est encore plus surréaliste. Le Centre des Monuments Nationaux a délégué un horloger chargé de remettre l’horloge hors d’état de fonctionner. Oui, vous lisez bien… je crois que c’est ce qui me troue le plus dans cette histoire !
Le motif de cette décision idiote est, probablement, que l’action des UG aurait pointé l’incurie de l’administration (à la fois pour l’absence de surveillance des monuments publics et pour le défaut d’entretien), ce qui est un crime de lèse-majesté, ou je ne m’y connais pas !
A la trappe, les gêneurs !

Finalement, j’aurais pu intituler ce billet : Ubu Roi contre Gunther.
Depuis, les UnterGunther ont repris leurs activités silencieuses, sans plus en faire aucune publicité.

©Bleufushia

N.B. J’ai découvert les UnterGunther en lisant un (assez ébouriffant et incroyablement documenté) roman de Jean-Marie Blas de Roblès : L’île du point Némo. J’ai eu envie d’en savoir plus.

Et voilà inaugurée une nouvelle catégorie de « baguenaudages en marge de mes lectures »

re N.B. Je ne vous ai pas fait un article détaillé sur ce mouvement, et sur les mouvements qui lui sont liés, comme La Mexicaine de Perforation (une salle culturelle souterraine qui a diffusé pendant des années, jusqu’à une dénonciation) ou les Mouse House. Juste une petite mise en bouche.

untergunther au panthéon

UG au Panthéon

Pour aller plus loin et explorer ce drôle d’univers, vous pouvez lire

une interview passionnante, sur l’excellent site d’Article11, du porte-parole des UG
http://www.article11.info/?Lazar-Kunstmann-porte-parole-de-l

un article de l’Express au moment du procès
http://www.lexpress.fr/informations/sous-les-paves-les-explorateurs_722061.html

et visionner un petit film montrant cette opération
https://vimeo.com/51365068
Mais, en cherchant bien, si ça vous branche, vous pouvez encore découvrir d’autres choses, bien sûr !