bleu fushia

always blue


3 Commentaires

Et danser sa vie… (5)

©Bleufushia

©Bleufushia

Une des grâces de l’enfance, c’est sans doute cette danse permanente, mouvements de bras fugaces et élégants, légèreté rêveuse, art du déséquilibre toujours à la limite de la rupture mais jamais rompu, liberté du geste… que nous, adulte, avons perdus, définitivement lourds et patauds que nous sommes devenus.

Et la plage est un espace où les enfants se permettent toutes les audaces.
J’en ai gravé quelques unes sur ma rétine, et ça a donné cette chorégraphie certes imparfaite, mais l’imperfection n’est que de mon fait.

©Bleufushia

Si vous avez loupé mon autre essai antérieur d’images animées à la plage, vous pouvez vous rattraper en visionnant « Balade en bord de mer », une petite déambulation sans prétention :

https://bleufushia.wordpress.com/2014/11/18/deambulation-1-video/


14 Commentaires

We are chaotic dreamers – déambulation 2 (vidéo)

 ©Bleufushia

©Bleufushia

J’ai séjourné à Athènes en septembre 2013.

Je m’intéressais de près à la crise grecque et à la façon dont l’union européenne fait rendre gorge au pays dans un silence sidéral.

La réalité que j’en ai perçue était au-delà de ce que j’imaginais.

Pauvreté partout (sauf quelques rues réservées aux touristes), deux magasins fermés sur trois, une ville intégralement taguée, dégradée, des fenêtres aveugles, des squats dans les ruines, le tout sous surveillance policière déployée constamment dans des quartiers potentiellement chauds…

Que les citoyens d’un pays dit « civilisé » en soient réduits à cela m’a profondément marquée (dans un pays dit « non civilisé » – mais que cette appellation est ridicule ! -, ça me marquerait de la même façon, mais c’est celui-là que j’ai visité et je ne peux oublier le rôle de la Grèce dans la culture occidentale, qui en fait un pays peut-être un peu plus civilisé qu’un autre).

J’ai fait un petit montage à partir de certains tags parmi des milliers d’autres : regards vides, absents, troués, qui vous suivent partout dans cette ville et ne vous lâchent jamais, affiches recouvertes, déchirées, recouvertes à nouveau, slogans, cris qui tentent de percer, désespérément, le silence.

Je me suis servie, pour le titre du montage, d’un graffiti sur un mur, qui me semblait correspondre à l’aspect halluciné de certaines de mes balades dans cet endroit du monde, si loin, si proche. NB. pour plus d’images, et voir une première galerie qui complète ce montage, suivez le lien https://bleufushia.wordpress.com/2014/11/30/sur-les-murs-dathenes-galerie-1/ Pour une deuxième galerie, avec d’autres murs, c’est par là : 

https://bleufushia.wordpress.com/2014/11/30/athenes-again-galerie-2/#jp-carousel-661

©Bleufushia