bleu fushia

always blue

Portrait de groupe sans dame

2 Commentaires

masque protecteur

Expliquer à une jeune anglaise, dans un rêve, le mot « conviction ».
Illustrer par un exemple : avoir la conviction qu’on existe.

Au réveil, ou peut-être encore dans le rêve, se demander si l’affirmation est pertinente.

Regarder sa propre carte d’identité en la trouvant fort louche. Trouver que ça ne prouve rien.

Toucher la peau de son visage, sous le ciel lourd et solitaire, pour éprouver si oui. Ne rien sentir.

Ne plus pouvoir naviguer vers les îlots de certitude où l’on se ravitaillait, la mer a été effacée, le paysage s’est évanoui, le monde est confisqué.

michael borremans 1998

Michael Borremans 1998

Se souvenir que si « navegar é preciso, viver não é preciso »*

Hésiter sur le sens qu’il y aurait à ne plus naviguer ni vivre. N’en trouver aucun. Douter de la possibilité d’une île.

Ne plus entendre, un instant, le mégaphone crachotant, menaçant, anonyme, qui, en boucle, strie l’azur vide (pas plus de 300 mètres, pas plus de 300 mètres), l’entendre quand même,  savoir qu’on est à 400 mètres,  coupable, indésirable, se sentir las.

Examiner le mot désir, le trouver sans substance.
Sans sortir, s’en sortir, en sortir… sang sort, tire.

chômeur, tu tires ou tu pointes
Observer le vide. Avec attention. Se taire.

ça fait un bail.
vieille baderne à badigoinces

La radio pour recouvrir le silence du cerveau déserté.
Traversée, sur un horizon en carton, de mots dépenaillés, obsolètes, de phrases incohérentes (plus de mots à soi, sauf les survivances des rêves).

tant de bouches béent
blafarde et chlorotique
dans un environnement si volatil, notre groupe, c’est du solide**
la vie, c’est pas de la confiture, c’est dur

S’asseoir dehors, sur un banc dur, se demander si cette audace va nous conduire au trou, penser aux trois vieux papis de Gotainer, sur leur banc moussu. Scruter le ciel pour guetter les corbeaux qui volent à l’envers pour ne pas voir la misère, et bayer aux chimères. S’imaginer papoter avec un papi, mais voir tout en austère.

98210323_1116719212030861_8522286142668668928_n

Se dire qu’en effet.

un bon bâilleur en fait bâiller sept
entrebâiller sa fenêtre peut vous coûter cher

Croire apercevoir une forme humaine, assez loin, mais confondre, peut-être, avec un mannequin connecté.
Etre tenté de s’approcher, de poser la main sur le bras, mais interdit, dangereux. Il pourrait en cuire. Les autres, tous les autres, sont des dangers potentiels. S’en souvenir, mordieu.

Avoir peur, ne pas savoir s’il faut ou non.
S’abstenir, renoncer.

le monde se redessine à l’aveugle
le monde est un jeu, il faut entrer dedans un peu masqué***

Réfléchir aux mots « un peu masqué ».
Préférer se taire

Essayer de se souvenir du temps où on n’était pas encore devenu figurant d’une mauvaise pièce, sans mouvement, sans action, sans décor, et sans public. Y parvenir à grand peine.

topor 1

Roland Topor

Avoir le réflexe pas très antique d’enlever le masque, pour ne pas risquer la prison.
Avoir le réflexe trop récent de le remettre, pour ne pas risquer l’enfermement.
Le mettre et être enfermé quand même.

l’inachevé qui nous achève
l’heure d’avoir le courage d’avoir peur

Se rappeler que, au début du début, les mots masque et visage étaient synonymes, et masque et linceul aussi. Avoir la tentation idiote de blaguer, vieille habitude, dans un ricanement, c’est normal, le masque-tombe.
Evoquer les blagues à deux balles de son géniteur, si t’es gai, ris donc, et si c’est rond, c’est point carré.

Penser dire une chose pareille à un jeune et imaginer son air navré.

il est possible de transposer dans une surface réduite l’esprit de découverte qui nous anime face à de grands espaces
Y réfléchir, lâcher le faire, ou l’affaire, un fantôme émarge-t-il encore à un genre ? Essayer d’imaginer les grands espaces, renoncer.

détoxifier l’ongle, pour avoir des happy feet

Se demander si, porté sur la bouche, un masque ne s’appellerait pas plutôt un bâillon.
Sourire au mur du salon.

Se taire, le bec cloué. Ne pas risquer la prison, l’amende, la mise au ban. Se faire tout petit. S’effacer.

Penser à Gorgô, la déesse grecque de l’altérité. Qui regardait son masque était pétrifié et transformé en cadavre. Prémonitoire, la gonzesse.

6a00d8341ce44553ef01bb08a4dec6970d-320wi

Blog passionnant « regard éloigné », de Malaurie (entrée « démasquer le masque »)

Ne plus regarder personne dans la rue, et constater, en douce, que personne ne nous regarde. Se demander si on est devenu transparent.
Se dire que l’altérité est un drôle de truc, je est un autre, tout ça.
Effleurer l’idée d’une carrière hypothétique dans l’altérité de soi-même. En être fatigué.

Exhumer du passé une bribe de poême
telle une horloge comtoise
sur un petit chariot de déménageur
le silence des anneaux
empêche de crier

Même sans anneaux, ne pas crier.
S’entendre dire : je pense, donc je suis, et n’en ressentir aucun réconfort.

Constater que tous les sites internet demandent constamment notre permission pour respecter notre vie privée, au moment où on est privé de tout.

Les trouver franchement peu francs du collier.

S’inquiéter de voir sa boîte « trash » devenir « quarantaine ».
Ne plus oser l’ouvrir.

Se formuler que le monde nous étrange, trouver l’expression parfaite.

Se demander si on est aussi volatile que l’environnement, mettre un « e » à volatil, et jouer avec les nuances du mot, penser au pangolin, et au reste. Rigoler comme une niaise.

les poules échappent à l’âge pivot

roland-topor-securite-1986 dada kronik

Roland Topor

Se souvenir des couleurs, un instant avant le monde.

Entendre, juste au moment d’éteindre la radio, life is magnifique

Se rappeler que ce n’est pas parce qu’on a un pied dans la tombe qu’il faut se laisser marcher sur l’autre****.
En être réduit à rêver aux happy feet.

©bleufushia

*Pessoa : « naviguer est nécessaire, vivre ne l’est pas »

**le pdg de pernod ricard, spécialiste du liquide !

***Fanny Ardant, interviewée il y a un an

****Mauriac (qui l’eût cru?)

2 réflexions sur “Portrait de groupe sans dame

  1. Franchement fraîchement s’inquiéter!
    Passez moi l’expression
    & le sel te plait!
    *
    °} mirliton{°

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s