bleu fushia

always blue

Quand 2020 est tiré, il faut le boire

6 Commentaires

femme-heureuse-chante

Digression (je l’annonce d’emblée, comme ça, vous êtes au courant)

Vingt dioux, vains dieux, merdum, s’il y a UN truc important dans l’année, qui se passe précisément le premier janvier, c’est le concert du nouvel an à Vienne !

Et je l’ai encore loupé…

En fait, ça fait des années que cela m’était complètement sorti de la mémoire. Depuis la mort de ma mère. A laquelle je me suis enfin autorisée à zapper ce truc de ma vie.

Va savoir pourquoi aujourd’hui, ça me revient.

Incroyable tradition, non ? Et sortie d’où, palsambleu ? Au 21ème siècle, en l’an 20, quel fantôme du pithécanthrope continue encore à programmer le concert du nouvel an à Vienne ?

Le même, sans doute, qui nous fait revoir, année après année Le père Noël est une ordure.
Y en a qui ont de la constance sur la lucarne.

Mon enfance a été rythmée par ce rendez-vous « im-man-qua-ble », du moins pour mon autrichienne (de vie) de mère.

Pour elle, café bouillu, concert loupu, année foutue !

Pour moi, le truc, imposé à moi seule, la punition du premier janvier (aucune de mes amies de l’époque n’a jamais vécu avec, comme amer inamovible, ce rendez-vous télévisé improbable. Moi oui !)

Et vous, ça vous dit quelque chose ? Ah, vous voyez, je vous le disais !

Une fois par an, ma mère osait verbaliser explicitement LE rêve de sa vie : que sa rejetonne – moi, ici présente, quoi – un jour, danse la valse sur du Strauss, habillée comme une reine, à la cour de Vienne, avec une coiffure à anglaises.

ggsdfsdf-768x385

Elle me rêvait en Sissi impératrice, personnage prestigieux qui condensait l’image idéale qu’elle se forgeait de son pays abandonné pour toujours. Sissi, le pied léger et silencieux, virevoltant et froufroutant dans des salons luxueux et baroques.

Gamine, j’ai été confrontée à cette image projetée, impossible à atteindre, et d’une étrangeté totale.

A minima, je ne pouvais pas couper au pensum de l’écoute – les plom plom, c’était long ! – et de l’admiration devant les fastes et la musique, ni aux larmes d’émotion que cela tirait à ma daronne.

J’ai craqué à 12 ans. Refusant tout net l’inscription à un cours de danse, proposition qui en découlait, dans l’idée de faire de moi, enfin, une vraie Mädchen.

Cette année-là, le grand-père d’une de mes copines d’école, d’origine autrichienne aussi, a reçu le prix Nobel, et mon amie s’est retrouvée valsant avec son grand-père, pour la cérémonie de remise du prestigieux prix.
Ma mère a vécu ça dans une sorte de délire : si la copine pouvait faire ça, fille d’une autrichienne hors les murs comme elle, moi aussi. Y avait aucun doute.

Plus moyen de couper à mon destin !

Sauf que je n’avais pas de grand-père prix Nobel, et que ouf ! l’horreur de la situation vécue par Poppi (c’était son nom, « petite poupée ») m’a été épargnée.

A partir de là, j’ai affiché une maladresse physique, en partie feinte, visant à décourager tout géniteur sérieux d’envisager pour moi une carrière de danseuse, et j’ai commencé à refuser, aussi, de me coller sagement devant le concert en question. Par où passe la rébellion, on ne peut pas prévoir. Pour moi, c’était le pauvre Strauss et la mesure à trois temps qui en ont fait les frais !

Pendant de nombreuses années de ma vie d’adulte, alors que je ne vivais plus sous le toit familial, le premier jour de l’an a été marqué par un coup de fil de ma mère, le matin, tentant de me persuader de regarder le concert, et l’après-midi, par un deuxième coup de fil où elle me faisait part de son incompréhension totale devant mon indifférence et la trahison de mes origines : comment pouvais-je être fille d’autrichienne, pays d’exception s’il en est, et refuser à ce point-là les valeurs de base ? ça lui était inconcevable.

Autant que le fait de ne pas me rendre compte que, ce faisant, je faisais injure à tous les illustres personnages connus et admirables qui étaient autrichiens.

J’ai ainsi eu droit à Schwarzyenegger, Fred Astaire, Heidi, Hedy Lamar, Romi Schneider, et même Woody Allen. Et j’en passe.

Quoi, tu veux que je devienne comme Schwarzy, je lui demandais pour la faire redescendre…

J’ai toujours été un poil provocatrice.

51359021_10218475985441581_3646130297445023744_o

collage bleufushiesque à l’arrache

Ses fantasmes avaient beau se heurter à ma réalité terrienne, à la maladresse de mon corps très tôt grandi façon grande duduche, à ma passion ostensible et réelle pour le jazz (très jeune, j’étais déjà jazzy à donf), et à mes cheveux coupés (par elle, d’ailleurs – incohérence due à sa propre histoire difficile de féminité) à la garçonne – alors que, toute petite, je connaissais déjà les légendes autour de la coiffure de Sissi : 5 kg de cheveux qu’on mettait trois heures par jour à lui coiffer, et sa phobie des cheveux morts, qui déclenchaient en elle des angoisses insurmontables -, le rêve de moi valsant était le plus récurrent, surpassait toute réalité, elle le kiffait un max.

Et elle n’a pas lâché l’affaire jusqu’à sa mort, alors qu’il aurait été évident, pour n’importe qui d’autre, qu’avec moi dans le rôle, c’était le casting foireux par excellence, le pari perdu dès le début. Mais pour elle, une sorte d’espoir absurde qu’un jour, je ferais enfin ce pour quoi j’étais venue sur terre.

En tout cas, pour moi, quand retentissait enfin la Radestzky march, qui termine invariablement le concert, l’année pouvait enfin commencer.

J’allais me mettre à mon piano sans un mot, signe évident que, pour moi, c’était la musique, et pas la danse. Et point final. Je me rappelle que je commençais toujours, à ce moment-là, par un des premiers morceaux que j’ai su jouer, une danse russe plus ou moins authentique, marquée par une basse d’une raideur et d’une rudesse réjouissantes, qui me semblait le summum du bolchévisme.
En guise de message « plus subliminal que ça tu meurs ».

thumbnail_Photo0023

2020

En fait, j’étais partie aujourd’hui, en ce premier de l’an, pour dériver dans ce billet autour de l’année 2020, et dès que j’ai pris la plume, je suis encore partie ailleurs. Damned !

Pourtant, je voulais vous causer…

…des homonymes de vingt, et particulièrement de la conjugaison de vaincre (je vaincs, tu vaincs, il vainc, vous vainquez…) qui m’a dissuadé jusque là de vouloir vaincre quoi que ce soit (à commencer par les pas de la valse).

…de 20 et 20, qui ne font pas quarante, pour le coup (mais on s’en fout comme de l’an quarante).

…de la quarantaine qu’on frise et et la vingtaine sur la capillitude de laquelle on sait que dalle

…des quarantièmes rugissants qui me font me demander si les vingtièmes miaulent .

…de la permanence du vingt (pourquoi vingt et pas trente?) dans les jurons : vingt rats, vingt dieux la belle église, vingts bleus (les mêmes dieux, mais « incognito », pour ne pas avoir l’air de jurer), vingt étant apparemment l’équivalent de « maint » en opposition au dieu unique…

…des dates comme des heures-miroir : ces chiffres doubles qui, quand on les croise, signalent indubitablement la présence d’un ange gardien ; celui de 20 h 20 vous met en garde devant un souci imminent, en rapport avec votre précipitation dans une décision quelconque. C’est en quelque sorte l’ange de la procrastination : méfiez-vous et soyez indépendant, qu’il vous dit… Quand l’heure miroir est une année, alors, gardez-vous à droite, gardez-vous à gauche !

…du principe empirique de Pareto, qui me semble d’actualité : 80 % des effets sont le produit de 20 % de causes, et la réalité comprend aussi un excédent à ces 100 %, qui est la « zone de risque, qui dépasse les capacités d’analyse » (on s’y croirait, non? Les 80 années à venir vont être le pur produit des 20 premières, et on est plein pot dans la zone de risque, dans une absence de capacité d’analyse des bougres qui font le monde qui est juste sidérante)

…de la symbolique numérologique du 20, qui indique le changement (si seulement!), la carte du jugement en tarot, et tutti frutti.

3962565075_4f9fd8c40e_b

charleston

Centenaire

Mais finalement, à cause de Strauss et de l’histoire familiale, à cause de la danse, à cause de ma tante préférée (née cette année-là), je vais plutôt retenir que l’année qui commence est le centenaire de 1920, des débuts de l’aviation, des années folles, du « plus jamais ça » (tiens, c’est pas ce que se disent beaucoup de français après le discours apaisant du misérable micron ?), du jazz en France, du charleston, des revues nègres, de Joséphine Baker, de ses bananes et de sa remarquable et indépendante façon de tracer sa vie, de la première jupe au-dessus du genou, de la libération des moeurs…

L’année qui commence, en résumé (t’avais besoin de tout ça pour en arriver là ? Ben oui, sorry), je nous la souhaite dans l’esprit du centenaire (bientôt mon âge) : jazzy, folle, balayeuse de toute la morbidité qu’on vient de subir, celle dont les puissants saupoudrent le monde, et futile, combative, gaie, improductive, non performante, foutraque, artistique, solidaire, sans peur.

Je pense à Totor et à « Ce siècle avait 2 ans, déjà Napoléon perçait sous Bonaparte ». Et l’association qui me vient (comment naissent les associations dans ma tête, je ne sais pas, désolée, c’est out of control) est celle du minus casseur qui se la jouait Jupiter, au début de son règne, et de l’urgence qu’il y aurait à le dégager fissa avant qu’il ne casse tout, maintenant que le siècle a 20 ans. Sans attendre plus.

Et si le krach boursier qu’on nous annonce venait, mieux que celui de 29, à bout du capitalisme, qui c’est qui serait aux anges ?

Bibi !

Allez, les gens, on ne lâche rien, ok ?

Et on œuvre ensemble à un monde moins merdique ?
Un monde où les enfants puissent encore approcher la mer, la nature, et toucher du doigt leurs rêves gratuitement, et sans danger.

thumbnail_WP_20171222_19_02_40_Pro 1

Je vous embrasse.

Et fuck la valse, et vive le tango !

 

©bleufushia

6 réflexions sur “Quand 2020 est tiré, il faut le boire

  1. Un vrai petit bijou ! Bravo, et merci, Lili Tango.

  2. lilitango en sissi walzante…les mères ont une imagination débordante ! mais tu as peut-être (peut-être) loupé des sensations tout à fait rares…
    alors que l’an passé (19) m’a frappé le fait que fêtant mes 64 ans, j’étais en train de me manger la 65ème année, par contre, ce 2020, à part le comique de répépétition, c’est quand même s’avancer sur un nouveau continent, et ça y est, les filles et les gars, on a mis un pied sur la 3ème décennie du XXIème siècle, ça fait marrer, j’aurais pas parié un sou là-dessus…
    bonne année 20, lili, qu’elle soit folle !!!

    • C’est sûr qu’elles auraient été du type « rare ». Mais je peux toujours les imaginer 🤣
      Sinon, répépétons donc que 20 20 sera plein de liesse ou rien 🙃
      C’est vrai, tu as raison, ce n’était pas gagné qu’on en arrive là.
      Merci de ta lecture

  3. Ces nouvelles années 20 vont être folles, mais je crains d’une folie tout autre que celle du siècle précédent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s