bleu fushia

always blue

Western crevetti (7)

2 Commentaires

something fishy jimmy lawlor

Something fishy (Jimmy Lawlor)

Aujourd’hui, on est le 15 octobre 2015.

Si si, comme je vous le dis.

C’est du moins ce qu’affichait mon téléphone portable ce matin, dès potron-minet.

J’ai tout de suite pensé au bug informatique qui fait griller les ordis…vous n’en avez pas entendu parler ? Ben, si votre ordi affiche un jour la date du premier janvier 1970, courez vous mettre aux abris rapido, parce que cette date déclenche un compte à rebours fatal : en un quart d’heure, vous vous trouvez en 1968, et là (va-t-en savoir pourquoi), ça grille, puis ça explose.

(Style, la rentrée sociale ? euh… non, mauvaise pioche… boum, c’est tout, boum ! pas pschittt…)

J’ai bondi sur mes réserves de plomb, mises de côté depuis les années 70 : un rapport de la Criirad, à cette époque, préconisait de s’ensevelir sous 11 mètres de plomb pour se protéger de l’irradiation. Le chiffre me semblait sérieux : 10, ça fait un peu petit joueur, mais 11, là, j’ai tout de suite eu confiance.
Evidemment, ça prend un peu de place, mais quand on n’aime, on ne compte pas.

Mais rien ne s’est passé. Alors, j’ai décidé d’aller à la plage, pour que la journée soit un peu plus souriante que l’aube.

En arrivant, juste à côté de l’accès, j’ai lu cette intéressante contribution à la controverse sur le burkini.

P1040347

©Bleufushia

A POAL!

En même temps, celui qui a écrit ça paraît au fait de l’actualité brûlante, aussi bien de la polémique plagesque que de la récente réforme de l’orthographe : « deux pavés écrasés avec la même mouche », comme on disait à mon époque.
Au courant d’une partie de l’actualité, du moins.

Il n’a visiblement pas entendu ce délire à propos du bébé d’un an et demi dont la maréchaussée a forcé les parents à le rhabiller fissa, sinon amende !
En tout cas, il a le mérite d’afficher clairement ses convictions. C’est un peu radical, et pas très argumenté, mais bon.

Il est vrai que maintenant, tout se complique dès qu’on est sur le sable.

Je pense à sa solution et je ne sais pas si, comme cela est arrivé sur certaines plages corses, il y a fort longtemps – du temps de ma jeunesse, c’est vous dire – celui qui suivrait ce conseil se trouverait non seulement verbalisé, mais également enduit de goudron et de plumes.

Je suis restée assise sur le sable un court instant, mais le soleil tapait dur : j’ai envisagé de couvrir mes épaules d’un paréo pour ne pas virer écrevisse, mais après examen des conséquences possibles, j’ai renoncé, et j’ai fini par plonger et nager au large, à la recherche d’un peu de calme et de solitude, loin de l’hostilité du monde.
Alors que j’étais en train de planer au-dessus d’une falaise sous-marine, je me suis avisée que mes oreilles captaient un cliquetis assez fort. Très fort, même.

Merdum, v’là que j’allais me faire hacher menue par un Chris Craft lancé à toute vapeur (faut dire que je nage toujours hors-piste, et qu’il n’y a pas intérêt à s’endormir sur le gigot, vu le nombre de pékins qui ont suffisamment de tunes pour te pourrir la mer à coup de moteurs).

Je lève la tête, prête au sprint, et là, rien… c’est la rentrée, et le possesseur de Crisscrasse (c’est comme ça que j’appelais ça dans l’enfance) est sans doute retourné à la capitale (ou ailleurs).
Le bruit était là, cependant, bien présent.
Au retour, je m’informe (poliment) sur gogol les mouettes de ce qui peut bien causer ce bruit, et là, j’en découvre de bien bonnes.

Les fonds de la Méditerranée (mais pas que) sont infestés d’Alpheidae, un bestiau muni d’un véritable taser. Elles font partie des « espèces communes » (à ces mots, mes muscles horripilateurs fonctionnent à donf – vous comprendrez pourquoi quand vous aurez lu ce qui suit), qui ne vous attaque pas au corps-à-corps, là où vous auriez vos chances, mais à distance, et en traître. Elle fait dans l’attaque surprise et éclair (ça nous rappelle le monde tel qu’il est, non ?)

En deux mots, « l’Alpha » (mais pas l’Omega) – c’est moi qui l’appelle comme ça -, c’est une crevette mignonette : moi qui avais peur de virer écrevisse, vous croyez que c’est un signe ?

alpheidae

ne vous fiez pas à la tenue de bagnard, c’est pour amadouer l’ennemi !

Elle est minuscule et munie d’une grosse pince, et d’une autre normale. Si la grosse est sectionnée, la petite grossit, et à la place du membre absent repousse une pince normale.
Cette pince est un véritable pistolet (d’ailleurs, la bête s’appelle crevette-pistolet à pattes épineuses, ou crevette claquante).

Je vous la fais rapide… la crevette ferme la pince, qui dégage une bulle qui explose (par cavitation : j’ai appris ce mot – je suis ‘achement fière – qui désigne la naissance d’une bulle de gaz dans un liquide soumis à dépression), et le souffle se propulse à une allure folle – sur trente mètres (à 97 km heure) – pour aller zigouiller la proie visée. Ça émet un bruit dingue (220 décibels !), tout en produisant, sur son passage, d’autres bulles qui font aussi du bruit en éclatant.

crevette bulle

visez un peu la bulle, en haut à gauche !

Et en plus, ça dégage une chaleur non moins dingue (4700 degrés celsius, j’ai bien dit quatre mille sept cents, ça nous fait le barbeuque express pour le même tarif, si la proie n’est pas trop près – sinon, c’est direct calciné).

Paraît que des gens qui ont voulu mettre ça en aquarium se sont retrouvés un peu cons (oh, t’as vu comme elle est mignonne, cette petite crevette ! oh zuuuuuut !), parce que les parois de verre n’ont pas résisté !
Les dents de la mer, à côté, c’est presque de la gnognotte.

En plus, c’est une des espèces d’animaux « sociaux » : avec des rôles, une reine, une répartition du travail, et des robocops pour défendre les civils en cas d’état d’urgence (euh, je m’égare… toute ressemblance bla bla bla… mais pour tout dire, je ne me fierais pas plus à ceux-là qu’aux nôtres, qui me filent les jetons grave quand je passe, par exemple, à la gare de la ville voisine).
Outre le fait que les robocops vous grillent, vous tasérisent, vous déchirent le tympan, paraîtrait même qu’ils font carrément la guerre du bruit : ça va jusqu’à brouiller le sonar des sous-marins.

Pitaing, on n’est vraiment tranquilles nulle part !
Qui me dit qu’il n’y a pas de crevettes psychopathes qui vont muter et agresser le malheureux nageur en train de faire tranquillement la planche (de la planche à la plancha, il n’y a qu’un pas !).
Notez que tous les avis sont dans la nature : j’ai entendu un étudiant, au mois de juin, déclarer «moi, j’aime beaucoup griller du cerveau »… peut-être que ça lui plairait, à lui !
Mais pour moi, cette histoire de bulle et de dépression (imaginez une crevette déprimée, ça doit exister, dans la conjoncture actuelle), c’est  total la flippe !

entete_img_philippines_plongee_puerto_galera_atlantis_dive_shop_img_3768

crevette-mante

Et encore, on a du bol, parce que la crevette mante est pire (elle fait pareil, mais en plus, elle est plus grosse et capable de harponner ses victimes, et contrairement à la nôtre, elle a une vue redoutable), mais elle vit dans des eaux tropicales. OUF !

A propos de bruit, je lisais aussi un autre truc : la pollution des mers change l’acidité de l’eau, et cette acidité ne permet plus aux sons marins d’être absorbés de la même manière qu’avant. Du coup, les sons vont se propager encore plus loin, et le paysage sonore sous-marin est déjà en train de virer à la cacophonie. Il paraît que ça perturbe dru les grands mammifères marins, qui ne parviennent plus à s’entendre.

(En plus, je ne vous ai pas tout dit, mais la crevette mignonnette, elle n’est pas la seule à foutre le ouaï ! je vous raconterai ça une autre fois).
Avec la crevette-pistolet, les 220 décibels vont être perçus encore plus fort : va falloir mettre des bouchons d’oreille pour aller se baigner !

(et mon paréo, alors, j’le mets ou j’le mets pas ?)

serviciodecorreo-10.es_-6

Cette histoire de perception, ça me fait penser à la météo des plages : on y parle de température réelle et de température ressentie. Vous y comprenez quelque chose, vous ? (comment prend-on la température ressentie, hein ?)

En fait, je dois vous l’avouer : je sais pas vous, mais moi, je comprends pas tout dans la vie.

Allez, c’est pas grave !
Comme dit l’autre, « le monde est grand et le salut nous guette de partout »*

©Bleufushia

*Titre d’un excellent film bulgare (de Stefan Komandarev)

Si vous voulez voir la crevette pistolet en action

2 réflexions sur “Western crevetti (7)

  1. Bon finalement tu te baignes à poal ou en voal ? Super bien vue ton histoare

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s