bleu fushia

always blue

Mais qui est donc Gunther ?

2 Commentaires

subway-underground_00402735

subway

Ce qu’on sait de lui, c’est qu’il n’est pas allemand, contrairement à la piste qu’on aimerait sans doute nous faire suivre.
Ou pas plus allemand qu’à l’époque où on était « tous des juifs allemands »… je ne sais pas si vous avez l’âge de vous en souvenir, c’était une époque de pavés qui volaient par-dessus des barricades, dans toute la magie hélas très fugace des possibles, une époque d’utopies dansantes.
C’est marrant, la mémoire ! cet antécédent des « on est machin, ou encore chose » qui fleurissent aujourd’hui vient juste de me revenir, sans doute parce que, dans un plan bref d’une série télé, j’ai aperçu hier soir la tête incongrue de Dany, juste le temps de le reconnaître et de me demander ce qu’il faisait là. Je me demande d’ailleurs s’il y a eu des antécédents à l’antécédent, mais sans avoir la réponse. Donc, je reviens à mes moutons, qui n’en sont pas, vous allez le voir.

mai-68-copie-2

Si on insiste pour savoir qui est exactement Gunther auprès de ceux qui sont au courant de l’affaire, ils répondent en rigolant que c’est un chien, mais que ça pourrait être n’importe quoi d’autre. Et que, d’ailleurs, on s’en fout, la question n’est pas là.
Quelle est donc la question, on ne va sans doute pas le savoir aussi facilement que ça.
A l’origine, rajoute la voix rigolarde, Gunther n’était pas seul, il y avait aussi Unter, l’alter ego de Gunther.
Unter, ça veut bien dire « dessous », j’ai appris l’allemand, moi, monsieur, et si je veux bien, à la limite, croire à l’existence d’un chien qui s’appelle Gunther, un qui s’appelle « dessous », on ne me la fait pas !
L’homme rajoute que, lorsqu’on appelle les deux chiens, il arrive qu’on crie : Ugévéka (UGWK). A cause du fait que leur propriétaire tient, mais l’hiver seulement, une taverne (Unter & Gunther Winter Kneipe)
Mais parfois on les nomme également UX.
Moi, j’ai vu un dessin les représentant, et franchement, on dirait plutôt des rats, non ?

Capture
Je n’y comprends rien, mais, à ce stade-là, je commence à me demander sérieusement qui peut bien se cacher « sous » Gunther ?

L’homme qui parle n’est pas le propriétaire des chiens, ou du moins, on n’en est pas certain, pas plus que de son nom à lui, qu’il consent à nous donner, comme un os à mordre. Il s’appellerait Lazar Kunstmann, ce qui sent son pseudo à plein nez. L’Artiste, voyez-vous ça ! Et la façon dont il parle le français ne laisse pas vraiment de doute : cet homme n’est pas allemand, non, non, l’Allemagne, c’est une fausse piste.
Si on lui demande qui, à la fin, est ce fameux Gunther, il répond en riant que c’est bien un chien (« mais je viens de vous expliquer que c’est un chien ! »), mais pas rien qu’un chien.
Il précise que ce n’est pas un homme non plus, bien que, par ailleurs, l’hypothèse ne soit pas totalement absurde.
Vous ne comprenez pas ?

Si, je pige qu’on a sans doute affaire à une fucking race de chiens mutants de l’occident pourri !

Not at all, précise Lazar, en souriant, pas plus de chien mutant que de mexicaine perforée.
Je ne vois pas de quoi il parle avec sa mexicaine, sinon qu’il essaie de m’égarer dans l’espace – si le Mexique était l’occident, ça se saurait ! -, mais je commence à comprendre que sous Gunther (un peu de la même façon étrange que sous les pavés, il y avait la plage) ce n’est pas d’un homme, mais de plusieurs qu’il s’agit, et même sans doute des femmes, et peut-être des enfants.

24522478-Cr-ne-de-sucre-mexique-jour-de-mort-Vector-Illustration-Banque-d'images

Mais pourquoi je vous raconte que Gunther est fameux, alors que son propos est de ne l’être pas ?
Ce n’est pas Gunther, vous l’avez bien compris, mais bien ceux qui se cachent sous Gunther qui sont remarquables, même s’ils se planquent.
Et si je vous en parle, c’est parce qu’ils me plaisent, ces gens-là. J’aime leur discrétion, leur passion, leur humilité, la voie qu’ils tracent hors des chemins balisés.

Leur existence a été connue du public, parce qu’il ne pouvait pas en être autrement.
Ça faisait à l’époque plus de 20 ans qu’ils oeuvraient dans la clandestinité la plus totale. Ils sont en effet une section volontairement invisible d’un mouvement d’expérimentateurs urbains : ils se chargent, à leurs propres frais, de restauration du patrimoine parisien intra-muros. Ils s’intéressent aux lieux urbains délaissés.
Et tout d’un coup, on leur a fait un procès plutôt surréaliste.

Un vrai procès ?
Oui, tout à fait.

Ils ont restauré l’horloge monumentale du Panthéon, avant qu’elle ne soit définitivement fichue, ce qui ne paraît pas de nature à les conduire devant la justice.
Mais ils ont pénétré dans un bâtiment public, déjoué la surveillance, installé un atelier clandestin, des bureaux, une bibliothèque, et travaillé pendant une année complète sur le projet, sans que jamais personne ne soupçonne leur existence.
On les a repérés, parce que l’horloge, pour fonctionner, demandait à être remontée une fois par semaine. Ils ont hésité, puis signalé à l’administrateur du monument qu’elle était désormais en état de marche.
Ils ont été accusés de restauration clandestine d’un monument public, et relaxés… parce que ce chef d’inculpation n’existe pas.

ug6

le coin bibliothèque des UG au Panthéon

La suite est encore plus surréaliste. Le Centre des Monuments Nationaux a délégué un horloger chargé de remettre l’horloge hors d’état de fonctionner. Oui, vous lisez bien… je crois que c’est ce qui me troue le plus dans cette histoire !
Le motif de cette décision idiote est, probablement, que l’action des UG aurait pointé l’incurie de l’administration (à la fois pour l’absence de surveillance des monuments publics et pour le défaut d’entretien), ce qui est un crime de lèse-majesté, ou je ne m’y connais pas !
A la trappe, les gêneurs !

Finalement, j’aurais pu intituler ce billet : Ubu Roi contre Gunther.
Depuis, les UnterGunther ont repris leurs activités silencieuses, sans plus en faire aucune publicité.

©Bleufushia

N.B. J’ai découvert les UnterGunther en lisant un (assez ébouriffant et incroyablement documenté) roman de Jean-Marie Blas de Roblès : L’île du point Némo. J’ai eu envie d’en savoir plus.

Et voilà inaugurée une nouvelle catégorie de « baguenaudages en marge de mes lectures »

re N.B. Je ne vous ai pas fait un article détaillé sur ce mouvement, et sur les mouvements qui lui sont liés, comme La Mexicaine de Perforation (une salle culturelle souterraine qui a diffusé pendant des années, jusqu’à une dénonciation) ou les Mouse House. Juste une petite mise en bouche.

untergunther au panthéon

UG au Panthéon

Pour aller plus loin et explorer ce drôle d’univers, vous pouvez lire

une interview passionnante, sur l’excellent site d’Article11, du porte-parole des UG
http://www.article11.info/?Lazar-Kunstmann-porte-parole-de-l

un article de l’Express au moment du procès
http://www.lexpress.fr/informations/sous-les-paves-les-explorateurs_722061.html

et visionner un petit film montrant cette opération
https://vimeo.com/51365068
Mais, en cherchant bien, si ça vous branche, vous pouvez encore découvrir d’autres choses, bien sûr !

Publicités

2 réflexions sur “Mais qui est donc Gunther ?

  1. Passionnant ! la destruction du travail sur l’horloge me troue !

  2. je serais curieux de discuter avec eux. Ca me plairait, ce genre d’actions.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s