bleu fushia

always blue

Proches de la syncope (3)

8 Commentaires

OI___e1Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.
Aujourd’hui, la fille sage à la blondeur candide était sage – pas forcément candide, mais je n’en sais rien, au fond – et ne rêvait pas.
Ou du moins, ça ne se voyait pas.
Mais un garçon – mèche sur l’oeil dans un désordre savamment élaboré, sourire timide, famille apparemment aisée, mais léger accent des banlieues – à qui je me suis aventurée à demander des précisions sur un rythme, m’a répondu après un moment de douloureuse réflexion… « il est trop bâtard, ce rythme, madame ! »
Sa bonne volonté à me répondre s’est heurtée à mon sourire réjoui. Il a pris l’air désolé de celui qui se dit que, trop tard, il s’est loupé, et cette réplique va le suivre et lui coller à la peau le temps de sa scolarité.
J’avoue que je ne m’étais jamais interrogée, avant sa remarque, sur la parentèle de la syncope, c’est sans doute un tort.
Cependant, j’ai trouvé que ce garçon, qui ne connaissait visiblement pas intimement le rythme en question, le jugeait quand même un peu vite.
Je crois qu’à son âge, je n’aurais pas osé être si péremptoire.

©Bleufushia

NB 1.3.1.2. = A.C.A.B (All Cops Are Bastards)

8 réflexions sur “Proches de la syncope (3)

  1. je veux dire… l’anecdote, et le commentaire de pierregrandmonde !
    Pour avoir eu du mal, au début, à jouer des syncopes, je confirme : toutes des bâtardes !

  2. Très drôle. J’ai l’impression de l’entendre dire ça.

  3. Bonjour,
    Autres temps, autres mœurs.
    Autres lieux, autres vies.
    Trop d’informations, tue l’information qui nous permet de garder un minimum de liberté.
    Ou est l’apprendre à apprendre ?
    ou est l’apprendre à croire, donc à abandonner ses liberté ?
    Jean-Jacques Rousseau est dans le verbe d’aujourd’hui.
    Cordialement

    • Merci de votre mot.
      L’apprendre à apprendre me parle, l’apprendre à croire, en revanche ne fait pas partie de mes conceptions (apparemment pas des vôtres non plus !).
      Croire est en effet se reposer sur quelqu’un d’autre qui « saurait » mieux que nous pour asseoir ce qui fera sens pour nous…
      J’aime mieux que chacun se fasse sa propre approche, et sa propre représentation des choses.
      Il est cependant vrai qu’au fur et à mesure que j’enseigne, je suis de moins en moins de la même génération que mes élèves, et que les différences de références, de culture, de réflexion sur les choses sont patentes. Les miennes ne sont pas meilleures, mais elles sont, à l’évidence, plus anciennes.
      Cela dit, ça m’a fait vraiment rigoler, cette remarque-là. On ne me l’avait jamais faite !
      Bonsoir.

Répondre à bleufushia Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s